TV - Écran plat

Loewe Bild 4.55

Par Jacques Guiot - Publié le 04/12/17
Mustav
Prix indicatif : 3 190 € TTC
Note AVCesar.com


Type : OLED
Diagonale de l'image : 139 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3840 x 2160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui
Contraste : :1
TNT : double tuner (HD et UHD)
HDMI : 4 (v 2.0, dont 2 arrières et 2 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1230 x 791 x 270 mm
Poids : 21,3 kg
13490,00 €
Amazon.fr
L’essentiel

La technologie Oled se démocratise à grande vitesse depuis ce début d'année 2017. Une excellente nouvelle car cela nous offre plus de choix en termes de marques et de modèles, avec des tarifs de plus en plus abordables. Nous avions même eu le bonheur de tester un téléviseur Oled signé Loewe à la fin de l’année 2016 commercialisé au prix de 4 990 €, le Bild 7.55. Un prix plutôt étonnant venant de ce fabricant réputé pour le design et la qualité de ses TV, mais aussi pour des prix souvent élevés.

 

 

L’adoption de cette technologie d’affichage marquait un tournant dans la feuille de route Loewe avec, d’une part la volonté affichée de développer le nombre de ses références Oled, d’autre part de les proposer à des prix compétitifs. Une stratégie mise en œuvre dès le salon IFA de Berlin en septembre dernier avec la présentation de la série Bild 4, en test ici. Bonne nouvelle, malgré des tarifs plus attractifs, la marque de fabrique Loewe reste identique, à savoir un design et une finition particulièrement soignés, un système audio de qualité, le tout avec une grande ergonomie. La preuve avec ce modèle Loewe Bild 4.55 (55" donc) proposé au prix indicatif de 3 190 euros. Loewe assure que ce dernier offre la même qualité d'image que le Bild 7.55, la différence provenant de l'équipement. Une affirmation que l’on compte bien vérifier à l’occasion de ce test.

 

Présentation du Loewe Bild 4.55

Et, en effet, sur le papier le Loewe Bild 4.55 compte de nombreux points communs avec le Bild 7.55. Il propose exactement les mêmes réglages (cf. photo ci‑dessous) et modes Image, le même processeur vidéo, le même CPU et la même interface Smart TV.

 

 

D’autres similitudes apparaissent, comme les compatibilités HDR10, HDR HLG et HDR Dolby Vision. Bref, les différences semblent minimes à l’instar de la barre sonore intégrée qui n'est plus motorisée et légèrement moins puissante (80 W), un pied toujours rotatif mais qui perd la motorisation pour l'orienter avec la télécommande, et l'absence de HDD intégré (les fonctions associées sont toujours disponibles, mais nécessitent l'ajout d'un HDD externe). Enfin, la dalle perd également le filtre anti‑reflet VantaVision et la compatibilité 3D, comme tous les TV 2017, ou presque.

 

Malgré ces innombrables ressemblances, nous avons tout de même souhaité tester ce spécimen. Non seulement pour vérifier si la qualité était bien préservée, mais aussi pour tester les performances HDR, et plus spécifiquement le HDR Dolby Vision qui, pour rappel, étaient indisponible lors du test du Bild 7.55 (lors de notre banc d’essai, le TV était disponible depuis peu et le Firmware HDR n'était pas encore installé. Pour le coup, au regard de la filiation patente entre les écrans Loewe, notre ressenti HDR sur le Loewe 4.55 pourra donc être transposé sur les autres TV Oled de la marque en considérant qu’ils se comportent, au minimum, comme lui.

 

Aucune surprise, donc, en ce qui concerne la dalle Oled. Celle‑ci, toujours d’obédience LG Display, est un spécimen Oled WRGB 10 bits, Ultra HD et 100 hertz. Par contre, d'après les mesures effectuées, nous sommes plus proches d'une dalle Oled 2016 que 2017. En effet, comme nous le verrons plus en détail dans le chapitre Verdict Technique, le pic lumineux s'est avéré plus faible que celui relevé sur les modèles équipés de dalles 2017. Au final, vous constaterez plus loin que cela ne change pas grand‑chose. Nous rappelons évidemment que si la dalle utilisée est de confection LG, toute l'électronique est signée Loewe et cela influence énormément le rendu final de l'image. Si vous suivez régulièrement les tests d’AVCesar.com, vous avez pu constater à quel point les résultats pouvaient être dissonants entre un TV Oled LG, Panasonic, Sony ou Loewe bien sûr, alors qu’ils intègrent pourtant la même dalle.

 

Les apports de Loewe concernent ici sur le traitement vidéo, l'Upscaling Ultra HD, la compensation de mouvement, la colorimétrie, les réglages disponibles, la gestion de la TNT ainsi que toute l'interface Smart TV et les applications. Bref, l'écosystème de ce téléviseur est donc entièrement développé par le constructeur allemand. Comme nous avions pu le voir lors du test du Bild 7.55, Loewe se démarque avec un excellent traitement vidéo et Upscaling Ultra HD grâce au puissant processeur vidéo Image+ Active, mais ne propose pas de possibilité de calibrage colorimétrique, uniquement des modes pré‑calibrés. Comme nous l'a expliqué Loewe, leur but est avant tout de proposer un TV facile à mettre en œuvre, pratiquement prêt à l'emploi avec une image qui correspond au goût de la majorité des utilisateurs.

 

 

Cependant, il est possible d'accéder à un menu Service via le mode Personnel, étonnamment verrouillé par un code secret. Ce mode est donc accessible seulement par un professionnel mandaté par un revendeur Loewe. Si la possibilité de faire finement calibrer son TV existe, c'est une option payante. En bref, les amateurs de calibrage précis et de certification ISF ou THX ne trouveront pas leur bonheur avec ce téléviseur. En effet, l’objectif assumé de la marque avec le Loewe Bild 4.55 (et plus généralement tous ses TV), en plus de proposer un écran de grande classe, élégant et ergonomique, est de commercialiser un téléviseur doté d'une très grande qualité d’affichage capable de contenter les besoins de Monsieur Toutlemonde, peu féru de technique, le tout avec une simplicité d'utilisation déconcertante !

 

Loewe a en effet fondé sa réputation sur un concept, une qualité de fabrication, un design intemporel et un SAV de qualité. Pour être clair, l'utilisateur est clairement invité à ne rien faire. Il achète son téléviseur et Loewe s'occupe du reste ! Des techniciens viennent chez vous pour déballer, installer et configurer votre Bild 4.55 ou encore connecter tous les autres appareils de la maison au téléviseur. Ensuite, le client a droit à une véritable petite formation privée pour apprendre à manipuler le TV et exploiter toutes ses possibilités. Cela dit, aucune inquiétude, l'univers Smart TV de Loewe est simple, intuitif, bien pensé et présenté au sein d'une belle interface moderne et très complète. Un vrai plaisir à utiliser au quotidien ! Mais nous reviendrons en détail sur tout cela plus avant dans ce banc d’essai, passons tout d'abord à l’étude de ce fameux téléviseur Oled…

 

Design sobre, moderne, intemporel, qualité de fabrication de référence

Comme nous le précisions, malgré deux ou trois évolutions par rapport au Bild 7.55, la qualité de fabrication a été préservée. Le Loewe Bild 4.55 n'a clairement pas à rougir du Bild 7.55. C'est, encore une fois, une véritable œuvre d'art !

Lorsque l'on découvre ce téléviseur pour la première fois, impossible de ne pas être émerveillé par la qualité de fabrication, exemplaire, et la sensation d’intemporalité qui s'en dégage. Malgré une finesse de dalle incroyable, merci la technologie Oled (à peine 7 mm), le TV affiche tout de même 21,4 kg sur la balance ! Il faut dire que le châssis est 100% en métal. Le cadre, le pied, le socle ou même le coffre, tout est en acier épais et solide, tout en conservant un design raffiné, sobre, de couleur noir mat avec quelques parties recouvertes d'un épais tissu noir. Enfin, sachez qu'il est également possible de raccorder un système audio 2.1 composé de deux enceintes et d’un caisson de basses Klang 1 pour évoluer vers une configuration 3.1 (évolutivité possible jusqu’en 5.2), la barre de son du téléviseur faisant office de voie centrale. Évidemment, on peut également fixer le téléviseur au mur.

 

 

La dalle, pour sa part, est plate et fumée avec un filtre anti‑reflet efficace, sans plus. S’il reste dans la moyenne, comme pressenti, il s’avère moins absorbant que le traitement anti‑reflet VantaVision de la série Bild 7. L’encadrement de la dalle est aussi discret qu’élégant et la marque a bien compris que l’exclusivité se cache dans les détails. La preuve avec un petit badge sérigraphié sur le côté droit de l’écran, un cercle lumineux au centre de la barre sonore, un tissu sonore digne d'une enceinte Hi‑Fi (cf. photo ci‑dessus), et un pied de type socle en acier épais recouvert d'une plaque de verre qui stabilise parfaitement le téléviseur. Encore une fois, c'est sobre, ultra‑slim, tout en inspirant la pérennité.

 

 

TV ultra‑fonctionnel

Difficile de faire plus complet que l'équipement du Bild 4.55. De ce côté‑là, il conserve tout du grand frère ! En effet, ce téléviseur est doté d'une connectique très riche (voir plus bas) et embarque un double tuner DVB‑C/DVB‑T2 et DVB‑S2 avec les compatibilités H.265 (HEVC) et AVC/H.264 pour profiter des chaînes HD et Ultra HD.

 

 

Loewe propose de nombreuses fonctions pour améliorer le confort d'utilisation et exploiter ce double tuner :

 

  • Loewe Smart Assist : une application disponible sous iOS/Android pour contrôler, régler, et programmer votre TV Loewe
  • EPG et DVR+ : possibilité d'enregistrer plusieurs chaînes en même temps, un EPG propriétaire ou la possibilité de partager le tuner sur le réseau personnel
  • DR+ Streaming : pour lire ses enregistrements TNT/Sat sur d'autres appareils via UPnP (DLNA)
  • Follow me : poursuivre le visionnage d'un film ou d'une émission sur un autre TV Loewe
  • Mobile Recording : pour programmer un enregistrement à distance depuis un smartphone ou une tablette
  • Instant Channel Zapping : permet un zapping très rapide d'une chaîne à l'autre en utilisant le second tuner (à la condition de zapper sur les canaux directement au‑dessous ou en dessus de celui à l’écran)
  • MediaNet : portail internet qui regroupe quelques applications, entre autres VOD Amazon, Youtube, Tidal, webradios, navigateur internet, Deezer, iConcert, Berliner Philarmoniker et un accès au App Gallery
  • Digital Media Renderer Client/Server : possibilité d'accéder aux contenus multimédias stockés sur disque dur Nas, mais aussi de partager les contenus multimédias stockés sur un HDD raccordé sur le réseau personnel. Seul le protocole réseau UPnP est pris en charge, pas de Samba ni de NFS

 

Sachez qu'il est possible de personnaliser l'interface du TV pour afficher ses chaînes, applications et contenus préférés ou encore un accès rapide aux appareils connectés au TV. Cela dit, le nombre d'applications est tout de même un peu limité, on regrette l'absence de Netflix (tout n’est pas perdu, cf. la conclusion de ce test) ou encore Plex qui sont de plus en plus utilisés. Autre précision, Loewe propose des fonctions pour harmoniser l'utilisation de deux TV Loewe dans un même foyer comme le fait de partager les contenus, ou reprendre le visionnage d'un film sur le TV de votre chambre là où vous l'avez arrêté sur le TV de votre salon, par exemple. Malin et (très) pratique.

 

Section Smart TV et multimédia

Comme tout bon Smart TV, le Loewe Bild 4.55 peut évidemment lire de nombreux formats audio, vidéo et photo, que ce soit via USB ou UPnP (DLNA). La très grande majorité de nos contenus ont été lus sans encombre, mais étonnamment certains fichiers AVI ou même MKV ont posé quelques soucis. L'encodage DivX 5 et les versions antérieures ne sont pas lus. D'autre part, les chapitres ne sont pas fonctionnels et à peine 50% de nos vidéos Ultra HD ont été gérées. Probablement quelques paramètres d'encodage qui engendrent des bugs de lecture puisque de toute évidence ce n'est qu'une question d'optimisation du Firmware.

 

 

En effet, les bases sont là, pratiquement tous les codecs sont pris en charge, que ce soit l'AVC/H.264, le HEVC (H.265) ou le DivX, les pistes audio DTS et Dolby, le Flac, l’AAC, l’Ogg, le MP3, ou encore les conteneurs MKV, TS, AVI, MP4 et Wav. Évidemment, comme déjà mentionné, là aussi désormais les vidéos HDR10 et HDR Dolby Vision sont lues. Sinon, il est toujours possible de changer la piste audio ou les sous‑titres. Le décodage vidéo est vraiment d'excellente qualité avec une parfaite fluidité (la conversion 24p en 60 im/s est très bien réalisée et on retrouve les qualités du processeur vidéo Image Active+ avec un désentrelacement), un Upscaling Ultra HD et une amélioration des détails superbes. Le lecteur multimédia est par ailleurs très bien conçu, facile à utiliser avec tous les réglages images accessibles et de nombreuses fonctions de lecture. Ceci étant dit, ça reste une gestion multimédia assez classique, à l’instar de tous les TV ou presque, qui ne remplacera pas un bon lecteur multimédia externe.

 

Connectique assez classique

La connectique rassemble quatre entrées HDMI 2.0b certifiées HDCP 2.2, 2 160p/60 et HDR, Deep Color, CEC, PIP (ARC et MHL pour l'une d'entre elles). Le reste de la connectique regroupe deux ports CI+, deux ports USB 2.0, un port USB 3.0, une sortie coaxiale, une sortie casque mini‑Jack 3,5 mm, un port Micro‑AV (adaptateur pour YUV, péritel et Sub‑D15), un port Ethernet, une interface RS‑232C avec connecteur RJ45 et un connecteur Digital Audio Link propriétaire. Évidemment, les fonctions Wi‑Fi et Bluetooth sont intégrés.

Évidemment, les connecteurs sont tous logés dans deux compartiments avec couvercles pour préserver la sobriété du design. Précisons également la possibilité d'« appairer » un système audio Loewe sans‑fil ou un casque Bluetooth pour éliminer le plus possible les câbles.

 

Concurrence

L'année 2017 aura finalement été l'année de la démocratisation de l'Oled. Il existe donc de plus en plus de concurrence et ce n'est pas pour nous déplaire, puisque cela devrait contribuer à voir les prix baisser rapidement. Malgré de gros efforts pour un fabricant tel que Loewe, le Bild 4.55 reste positionné dans une tranche de prix assez haute et se confronte donc à divers concurrents, bien souvent des modèles phares. On peut citer par exemple le Panasonic TX‑55EZ950 (cliquez sur la référence suivante, Panasonic TX‑65EZ950, son grand frère, pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com), peut être moins design et avec un système audio moins performant, mais qui se distingue par une très grande maîtrise de la colorimétrie avec des modes ISF/THX quasi‑parfaits et un processeur vidéo de référence, le Studio Master HCX². D'autre part, il embarque une dalle LG 2017 et propose un rendu HDR10 de référence.


Citons également le LG 65G7V avec les compatibilités HDR Dolby Vision, HDR HLG et HDR10, un mode pré‑calibré Technicolor (assez similaire au mode THX), la certification ISF (donc de nombreux outils pour réaliser un calibrage fin), un pic lumineux annoncé proche de 800 nits (dalle Oled 2017), et un nouveau processeur vidéo MP16+. D'autre part, le 65G7V se démarque par une compatibilité Dolby Atmos via ARC et une barre sonore de très bonne qualité signée Harman Kardon.


Autre concurrent intéressant, le Sony KD‑55A1, (cliquez sur la référence suivante, Sony KD‑65A1, son grand frère, pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com)un Android TV compatible HDR10, HDR HLG et en attente de mise à jour HDR Dolby Vision, qui intègre lui aussi une dalle LG 2017 avec une luminosité que nous avions mesurée à 700 nits lors du test publié dans nos colonnes. Cet écran se démarque évidemment par le savoir‑faire de Sony en termes de traitement vidéo avec un impressionnant processeur X1 4K HDR qui offre des conversions SDR/HDR magnifiques, un traitement HDR de très haut niveau et surtout le post‑traitement vidéo le plus puissant testé à ce jour (en attendant le test du P5 de Philips) y compris pour son Upscaling UHD. Ce TV propose également une excellente colorimétrie et un système audio de qualité dénommé Acoustic Surface, innovant, qui fait vibrer la dalle Oled (le son sort directement de l'écran !).


Enfin, peut également citer le Philips POS9002F récemment arrivé dans nos locaux pour test et qui s'annonce vraiment très prometteur avec le célèbre et exclusif système Ambilight, un OS sous Android TV et plusieurs nouveautés très intéressantes comme le nouveau traitement vidéo P5 Perfect Picture Engine (cliquez pour en savoir plus), le Micro Dimming Perfect, ou le dispositif Color Booster 17 bits pour un espace couleur étendu (99% DCI‑P3) qui devrait lui aussi, à l'instar du Super Bit Mapping de Sony, réduire considérablement les soucis de postérisation.

Fiche technique
Type : OLED
Diagonale de l'image : 139 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3840 x 2160 pixels
Processeur : Quad Core
HDR : HDR10, HDR HLG, HDR Dolby Vision
100 Hz : oui
Contraste : :1
Réception : télétexte, PAT, PIP, PAP, Infos+, EPG, TNT (double tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+), SAT (double tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+), Câble (double tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 2.0, dont 2 arrières et 2 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 3 entrées péritel (1 RVB, 2 ), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio stéréo, 1 sortie audio numérique (coaxiale), 1 sortie subwoofer, 2 ports CI+, 3 ports USB Host (latéral) dont 1 USB 3, 1 port Ethernet, Wi‑Fi (ac)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, DivX (Ultra HD), WMV (Ultra HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (Ultra HD), MKV (Ultra HD), TS (Ultra HD), HEVC, VP9, Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth APT-X, HBBTV, iTunes (bonjour), Podcast, Webradios, WebTV, accès Web
Usage : télécommande préprogrammée, capteur de luminosité, CEC, Auto Lipsync, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 20 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC, DTS), ARC, processeur surround (Oui), traitement audio (Barre de son klang), égaliseur, AVL, mode voie centrale
Consommation : 155 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1230 x 791 x 270 mm
Poids : 21,3 kg
ph image
Verdict technique

Le verdict technique de ce test pourrait se résumer à peu de chose finalement. Avec un téléviseur doté du même circuit électronique, des mêmes processeurs, des mêmes réglages, des mêmes compatibilités et options et enfin de la même dalle que le Loewe Bild 7.55 déjà chroniqué dans nos colonnes, on pourrait simplement dupliquer nos précédentes observations et s’arrêter là. Mieux, renvoyer sur notre banc d’essai du Bild 7.55 pour découvrir nos appréciations sur ce Bild 4.55. D'autant plus que l'Oled est une technologie très homogène, non sujette aux fuites, ni au phénomène de Clouding et surtout très stable, avec pratiquement aucune variation colorimétrique d'une dalle à l'autre.

 

 

Pourtant… Après vérification, nous remarquons qu'un effort important a été fait au niveau du calibrage (voir plus bas dans ce test). De plus, on observe plusieurs autres différences qu’il est important de relater. Alors que la dalle du Bild 7.55 est similaire à celle des TV LG G6V (modèles phares 2016 chez LG qui embarquaient une dalle plus lumineuse que le reste de la gamme 2016), ce qui explique la présence d'une compatibilité 3D passive, sur le Bild 4.55 nous sommes en revanche en présence d’une dalle 2016, et avec elle du filtre « Pattern » (si on ne peut pas le garantir, on le subodore fortement à la vue de nos tests de mire au rendu strictement identique à celui des dalles Oled 3D), qui assure la polarisation dite « line‑by‑line » pour exploiter la 3D passive (ce dernier dégradant légèrement le piqué de l'image en 2D, une dalle 2017 exempte de ce filtre aurait sans doute permis une petite amélioration des performances de post‑traitement déjà excellentes). Les attributs de la 3D, en plus des réglages associés dans les menus, sont donc conservés (cf. photo ci‑dessous), pourtant la gestion du relief est bien absente de ce modèle, curieux… (NDLR : le constructeur allemand nous annonce que le Loewe Bild 4.55 serait bien doté d'une dalle Oled 2017. Cette information ne change rien à notre verdict technique et mesures publiés mais on enquête pour avoir le fin de l'histoire…)

 

 

Ensuite, le pic lumineux HDR relevé ici affiche 615 nits sur une mire APL de 10%, alors que les dalles LG millésime 2017 sont capables de monter au‑delà de 700 nits (cf. notre test du Sony A1, par exemple). Et pour être plus précis, nous avons pu mesurer un Bild 7.55 après mise à jour HDR, celui‑ci proposait un pic lumineux supérieur à 760 nits. Sinon, à propos de gamut Rec.2020, pour être francs, nous n'avons pas constaté de réelle amélioration entre les dalles LG 2016 et 2017, les différences de couverture sont surtout dues à l'exploitation software de chaque fabricant.

 

Colorimétrie proche des standards en Rec.709

La colorimétrie s'est donc avérée plus proche des standards du cinéma professionnel. Soit Loewe a calibré ce modèle de test, soit la colorimétrie a été améliorée depuis notre test du Bild 7.55 (pour rappel, celui‑ci venait juste de sortir lors de notre passage dans notre laboratoire et une importante mise à jour Firmware était en préparation). Précisons aussi, une nouvelle fois, que les outils proposés dans le menu Service (bloqué par mot de passe comme déjà mentionné) permettent d'avoir une superbe colorimétrie parfaitement fidèle aux standards du cinéma professionnel, avec des erreurs de Delta E inférieurs à 1 au niveau de la Balance des Blancs et Deta E inférieur à 2 du côté du gamut que ce soit en Rec.709 ou Rec.2020, soit bien en dessous des 3 recherchés (pour rappel, l'œil ne voit quasiment plus de dérive colorimétrique avec un Delta E inférieur à 3). 

Ce menu Service étant verrouillé pour l'utilisateur, le Loewe Bild 4.55 ne propose aucun outil de calibrage, donc nous devons juger ce TV tel qu'il est commercialisé, soit avec une colorimétrie réglée par défaut sur laquelle on ne peut pas intervenir à moins, on le rappelle, de payer un supplément en passant par un calibreur mandaté par un revendeur Loewe. 

 

 

Nous retrouvons donc pour chacun des modes Image (Cinéma, Premium, Personnel… cf. photo ci‑dessus) les quatre modes préréglés (Doux, Normal, Étendu et Intensif) pour la balance des blancs, sachant que le ton Doux est assez froid (mesuré aux environs de 7 250° K), le ton Normal assez neutre (7 050° K), et le ton Intensif est désormais le plus proche des standards du cinéma (aux alentours de 6 350° K) même s’il a toujours tendance à tirer sur le vert. Sans surprise finalement, en interrogeant la plupart des utilisateurs non avertis gravitant autour de nous, ils préfèrent très majoritairement le mode Normal qui affiche le rendu le plus proche de la colorimétrie utilisée pour les documentaires ou reportages, proche de la lumière du jour. Même si nous adorons calibrer nous‑mêmes les TV qui nous passent entre les mains, il s’agit cette fois‑ci d’en prendre son parti.

 

 

Le mode Cinema utilise le ton Intensif par défaut, donc un rendu plus chaud, proche des 6 500° K recommandés par Hollywood, mais qui ne plaît pas à tout le monde. Le mode Premium s'est révélé le plus équilibré et peut convenir à toute sorte de contenu, et sera probablement le mode le plus utilisé par les possesseurs de ce TV, surtout pour regarder les chaînes TV. Sinon, les gamut Rec.709 et Rec.2020 se sont avérés très justes avec un Delta E mesuré, respectivement, à 1,9 et 2,4.

 


Plus globalement, après avoir remisé nos outils de mesures, force est de constater que la colorimétrie proposée est vraiment très agréable. Forcément, les plus exigeants regretteront que les réglages avancés soient verrouillés, mais pour 95% des utilisateurs si ce n'est plus, de nets progrès sont visibles. Le mode Cinéma propose désormais une colorimétrie juste et le mode Premium affiche une image parfaitement équilibrée qui plaira énormément à tous ceux qui recherchent un rendu le plus neutre possible, pas trop chaud, plus proche de la lumière du jour. La proposition de Loewe apparaît cohérente. Et même si nous sommes les premiers à nous réjouir lorsque les possibilités de calibrage sont vastes, on comprend la démarche de Loewe.

 

 

Toutefois, toujours avec un signal SDR, notons tout de même que le gamma manque légèrement de linéarité, surtout visible lorsque nous mesurons la luminance sur 21 points ce qui se traduit avec un léger manque de lisibilité dans les noirs de 5% à 10% et une légère surexposition des blancs de 90% à 100% (cf. photo ci‑dessus). Encore une fois, cela peut être corrigé via le mode Service. Étonnamment, en HDR la courbe de transfert EOTF (voir capture ci‑dessous) est très bien gérée…

 

 

Rendu HDR très plaisant, très beau et nuancé

C'était donc la partie que nous avions le plus à cœur de tester puisque, comme déjà évoqué, nous n'avions pas pu le faire lors du test du Bild 7.55. Nous savions toutefois qu'il n'y avait pas trop de souci à se faire compte tenu de l'expertise Loewe et du fait que les TV Oled affichent en général un rendu HDR d'excellente facture. Effectivement, en HDR, on retrouve pour chacun des modes (Premium, Cinéma…) les mêmes qualités que celles constatées en SDR. Et le DCI‑P3 (pour rappel, pour le moment le gamut des films 4K Ultra HD est le DCI‑P3, au sein d'un conteneur Rec.2020, ce dernier servant entre autres pour le HDR) est couvert à 98,3%, comme ce que propose la majorité des TV Oled.

 

 

En revanche, et nous le précisions en introduction, c'est plus du côté de la courbe de transfert EOTF que le Loewe Bild 4.55 affiche ses limites. En effet, nous constatons ici des performances similaires à celles du LG B6V, soit un pic lumineux de 615 nits alors que les gammes 2017 proposent des pics lumineux compris entre 660 nits et 720 nits. Pour être franc, la différence ne saute pas aux yeux, vu que l'Oled propose de toute façon un ratio de contrastes infini et donc une image à la dynamique exceptionnelle. À moins de visualiser deux TV Oled l’un à côté de l’autre, l’un d’obédience 2016, l’autre 2017, ce n'est pas 100 nits de moins qui vont changer quelque chose.

Par contre, la cartographie tonale en HDR est vraiment très bien gérée par l'algorithme de Loewe, pratiquement aussi bien que sur le très performant Panasonic EZ950. En effet, le Bild 4.55 propose une très belle lisibilité dans les scènes sombres, et des blancs parfaitement dégradés. L'image HDR est nuancée, avec très peu de postérisation ou solarisation. Inversement, le Bild 7.55 affichait plus de brillance et de détails dans les fortes luminosités, mais une légère postérisation. De plus, et c’est une divine surprise, l'algorithme de Loewe arrive à parfaitement s'adapter avec les disques Ultra HD Blu‑Ray encodés à 1 000 nits (cf. première photo ci‑dessous) ou 4 000 nits (cf. seconde photo ci‑dessous), ce qui est assez rare pour être souligné. Le Bild 4.55 est également compatible HDR Dolby Vision avec des résultats assez proches du rendu HDR10 en ce qui concerne la luminosité, mais comme souvent la colorimétrie apparaît plus naturelle, avec des zones sombres extrêmement lisibles, grâce aux métadonnées dynamiques. C'est somptueux !
Enfin, comme sur tous les TV Oled ou presque, ce spécimen bride la luminosité avec les images très blanches via un système ABL qui fait passer le pic lumineux de 615 nits à 122 nits. Même si celui‑ci ne s'active que rarement, il est surtout gênant avec les jeux ou lorsque l'on utilise le TV comme écran d'ordinateur.

 

 

 

 

Traitement vidéo très performant et polyvalent !

Aucun changement de ce côté. Si les réglages colorimétriques sont donc le relatif point faible de ce TV, sa grande force se situe au niveau du traitement vidéo. En effet, de ce côté‑là, nous sommes très impressionnés par les résultats ! Le plus marquant vient de l'absence totale de bruit et fourmillement, pourtant si délicat à traiter sur l'Oled, et une réelle efficacité pour corriger les artefacts de compression Mpeg. On trouve évidemment un réducteur de bruit (cf. photo ci‑dessous), mais avec la majorité des contenus son utilisation n'est pas nécessaire. Certes, cette absence de bruit vient en partie du fait que Loewe lisse légèrement l'image, le piqué est donc moins précis que sur certains TV Oled concurrents (surtout sur les modèles sans filtre Pattern 3D), comme le Panasonic EZ950 récemment testé.

 

 

Cependant, le processing vidéo Image+ Active permet de rehausser les détails de façon spectaculaire ! L'image est nette, précise et offre un beau relief. Certes, nous pourrions faire les difficiles en soulignant le manque de paliers, puisque les choix possibles se résument à Doux, Normal, Étendu et Intensif, mais l'efficacité est bien là.

De plus, l'Upscaling Ultra HD est vraiment bien réalisé et donne d'excellents rendus avec toute sorte de contenus (vidéos de qualité 1 080p, ou SD assez compressées). Alors que les TV Oled LG affichent une qualité assez mitigée avec les chaînes TV hertziennes, le Bild 7.55 délivre une belle image, précise, propre, avec très peu de jaggies (effets d'escalier) grâce à un désentrelacement efficace. Enfin, le traitement interne 12 bits réduit considérablement les soucis de banding avec de beaux dégradés, même s'il reste tout de même quelques légères traces de postérisation, comme sur tous les TV Oled que nous avons pu observer, surtout en HDR comme déjà précisé. Toutefois, ici, c'est très contenu.

 

Compensation de mouvement de qualité

Loewe a également développé sa propre compensation de mouvement DMM que l'on peut activer et régler dans l'Onglet Lissage du film avec, toujours, quatre niveaux (Off, Doux, Moyen, Intensif). Là encore, belle surprise, les images sont bien fluides tout en restant naturelles. Même sur le réglage Bas nous ne rencontrons pas de saccades, et encore moins d'artefacts autour des objets en mouvement. En revanche, nous aurions aimé des images en mouvement plus précises, la technologie Oled permettant en effet d'atteindre une plus grande précision.

 

 

Il est fort possible que ce souci soit lié à l'Input Lag, un peu élevé sur ce TV. Nous l'avons relevé à 100 ms avec DMM activé, 40 ms en mode Jeu 1 080p DMM désactivé et 60 ms en mode jeu 2 160p DMM désactivé.

Forcément, en activant le mode Jeu, l'image est bien plus précise en mouvement, mais on perd aussi en fluidité. À noter, cette compensation de mouvement s'est avérée aussi performante en 50/60 im/s qu'en 24 im/s, c’est‑à‑dire avec les chaînes TV, les jeux ou les disques Blu‑Ray.

Enfin, concernant l'homogénéité, aucune surprise, c'est une référence en la matière. Si la technologie Oled ne souffre d'aucune fuite, ni blooming, ni clouding, Loewe propose en plus une telle qualité de fabrication que la dalle est parfaitement plate et ne souffre d'aucune torsion. Seul un tout léger vignettage est perceptible sur des fonds unis en HDR, mais il faut vraiment le chercher, d'autant plus que les fonds unis ne sont pas nombreux dans les films. Ce vignettage est totalement absent en SDR.

 

Une section audio toujours au top !

La qualité sonore du Loewe Bild 4.55 est peut‑être légèrement moins bonne et surtout moins puissante que celle du Bild 7.55, toujours est‑il que l'on retrouve la signature Loewe qui a toujours porté une grande attention à la section audio de ses TV. C'est vraiment digne d'un véritable petit système sonore, via une restitution naturelle, légèrement douce et feutrée avec des médiums bien ronds et des graves intéressants, même si l'ajout d'un caisson de basses est tout de même conseillé. On peut même parler d'une certaine musicalité, puisque lors des tests multimédias nous avons été surpris par la qualité d'écoute avec nos fichiers de test Hi‑Res Audio en Flac.

 

Évidemment, c'est surtout au niveau de la reproduction des dialogues que ce système offre ses meilleures performances avec des voix fermes, naturelles, soutenues et intelligibles. Une qualité d'écoute très agréable et rare pour un TV ! C'est d'autant plus intéressant qu'il est possible de connecter un caisson de grave ou même d'autres haut‑parleurs sans‑fil (wireless). On peut ainsi configurer un système 5.2 Loewe en utilisant la barre sonore du TV comme voie centrale. Pour tout dire, même en mesurant cette barre sonore avec nos protocoles de tests dédiés aux appareils Hi‑Fi, les résultats sont très étonnants avec une réponse en fréquence parfaitement équilibrée. Allez, pour chipoter disons que les aigus sont un peu descendants et donc manquent de ciselé, mais d'un autre côté cela permet un rendu plus doux, moins montant et surtout d'éviter les sifflantes, souvent présentes avec les systèmes audio embarqués sur la majorité des TV.

 

 

Pour conclure

Loewe surprend de nouveau son monde avec ce Bild 4.55 encore plus accessible, un véritable effort pour ce fabricant qui a revu ses prix à la baisse tout en conservant son ADN avec un design unique, alliant sobriété, grande classe et ergonomie. Alors certes, quelques points sont encore perfectibles, mais il sera difficile de trouver une telle qualité de fabrication au rayon TV Oled dans cette gamme de prix.

 

Pour résumer les petits regrets, on compte en premier lieu cet accès verrouillé par mot de passe aux réglages avancés qui permettent de calibrer le TV plus finement. Ensuite, l'emploi d'une dalle Oled LG 2016 (encore une fois, nous le pensons très fortement, dotée de son filtre Pattern 3D malgré l'absence de compatibilité 3D), sans oublier un pic lumineux moins puissant que les dalles 2017. Enfin, l'interface Smart TV assez limitée en nombre d'application, dépourvue de Netflix (il existe cependant une astuce, en passant par le navigateur internet pour profiter du service de streaming, comme sur un ordinateur ; il est même possible d’installer un raccourci sur l’interface TV comme pour une application), malgré une excellente ergonomie et de nombreuses fonctions très intéressantes pour lire ses fichiers multimédias ou enregistrer ses émissions (avec l'ajout d'un HDD externe). Cela dit, l'interface est bien pensée, ergonomique avec de nombreuses fonctions très utiles, notamment pour programmer les enregistrements depuis un smartphone.

 

 

En dehors de ces petits reproches, le Loewe Bild 4.55 est une franche réussite ! Nous attendions de tester le rendu HDR des TV Loewe et, sans surprise, la qualité est au rendez‑vous et même plus, puisque l'algorithme propose une excellente lisibilité dans les noirs, un secteur qui pose pourtant souvent problème sur la plupart des TV Oled. Dorénavant, Loewe propose un mode Cinema bien plus juste, mieux calibré en sortie de carton, plus proche des standards. En toute franchise, à moins d'être exigeant ou un professionnel, nous pensons que 95% des utilisateurs seront ravis de la colorimétrie proposée par les modes Cinema ou Premium (l'un pour le rendu cinéma, l'autre pour un rendu plus neutre qui donne d'excellents résultats en affichage HDR), le tout sans le moindre réglage, pour un TV véritablement prêt à l'emploi, simple et agréable à utiliser au quotidien.

En ce qui concerne la qualité de fabrication, c'est évidemment un sans‑faute, surtout dans cette gamme de prix. Elle s’avère tout simplement exceptionnelle avec un châssis en acier épais et un design somptueux, classe, moderne, sobre et intemporel. De même, la barre sonore qui n'a pas à rougir de celle embarquée sur le Bild 7.55. Malgré une puissance revue à la baisse, elle délivre une vraie qualité d'écoute, une parfaite restitution des dialogues et même une certaine musicalité.
Enfin, nous avons particulièrement apprécié le traitement vidéo du processeur Loewe Image Active+, très efficace avec toute sorte de contenus Ultra HD, HD ou SD, associé à un Upscaling redoutable, une image dénuée de bruit numérique pour l'un des meilleurs résultats avec les chaînes TV.

 

Loewe ayant corrigé le principal défaut constaté lors de la sortie du Bild 7.55, une colorimétrie qui manquait de justesse, ce Loewe Bild 4.55 est réellement une très belle surprise tant au niveau du prix que des performances et représente donc une vraie alternative à son grand frère. Il se démarque de la concurrence avec plusieurs petites exclusivités et originalités tout en alliant qualité, design et ergonomie. Alors, si tout le monde n'aura pas un TV Loewe Oled, tout le monde pourrait cependant bien vouloir un TV Loewe Oled !

 

(NDLR : comme déjà mentionné au début du Verdict Technique, le constructeur allemand nous annonce que le Loewe Bild 4.55 est doté d'une dalle Oled 2017. Cette information ne change rien à notre verdict technique et mesures publiés mais on enquête pour avoir le fin de l'histoire…)

+ Les points forts
»  
Référence en termes de design et qualité de fabrication
»  
Traitement vidéo et Upscaling Ultra HD très performants
»  
Superbe qualité des chaînes TV
»  
Absence totale de bruit (Mpeg)
»  
Magnifique rendu HDR10 ou HDR Dolby Vision
»  
Compensation de mouvement efficace
»  
Simplicité d'utilisation et ergonomie de l'interface
»  
Barre sonore d'excellente qualité
»  
Qualité et design Loewe à prix accessible
- Les points faibles
»  
Pas de balance des blancs, ni de CMS
»  
Compatibilité multimédia limitée
»  
Nombre d'applications restreint
»  
Lisibilité dans les noirs en SDR (on chipote…)
»  
Absence de HDD sur ce modèle
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES