Lecteur Blu-Ray

Oppo UDP-203

Par Vincent Morette - Publié le 10/04/17
Mustav
Prix indicatif : 849 € TTC
Note AVCesar.com
Type : lecteur BD Profile 6.0
Décodeur audio : Dolby TrueHD et DTS-HD
Sortie HDMI : 2 (v 2.0)
Dimensions (L x H x P) : 430 x 311 x 79 mm
Poids : 4,3 kg
929,90 €
Amazon.fr
L’essentiel

Voilà de nombreuses années déjà que le constructeur chinois Oppo Digital accumule les récompenses pour la qualité inégalée de ses lecteurs Blu‑Ray. La marque a d'ailleurs déjà été plusieurs fois primée dans nos colonnes avec, entre autres, le fameux Oppo BDP-103EU (cliquez pour découvrir le banc d'essai complet du produit par la rédaction d'AVCesar.com). Et, si aujourd’hui nous avons entre nos mains son successeur, l’Oppo UDP‑203, ce nouveau lecteur inaugure une nouvelle ère, ni plus ni moins.

 

 

C'est en effet le tout premier lecteur 4K Ultra HD de la marque et le troisième au monde compatible avec le nouveau format défini par la BDA (Blu‑Ray Disc Association), en concurrence avec, à l’heure d’écrire ses lignes, seulement deux autres acteurs sur le marché, à savoir Samsung et Panasonic (cliquez sur les liens suivants pour découvrir les tests complets de ces matériels par la rédaction d'AVCesar.com : Panasonic DMP‑UB900 et Samsung UBD‑K8500). Être présent parmi les premiers sur ce nouveau marché illustre les ambitions d’Oppo : se positionner comme un acteur incontournable du marché Ultra HD et comme un leader technologique auprès des consommateurs. Reste désormais à vérifier si l’UDP‑203 est véritablement digne de ses devanciers. C’est, bien sûr, ce que nous nous proposons de juger à travers ce banc d’essai préparé de longue date.

 

 

Lecteur optique + lecteur multimédia

Avec une finition toujours aussi impeccable reprenant le galbe raffiné des précédents modèles de la marque, l’Oppo UDP‑203EU a donc la difficile tâche de représenter le nec plus ultra des sources Home Cinéma, sans trop se soucier de la question du rapport qualité‑prix. Le nouveau venu est d’ailleurs proposé au même prix que son prédécesseur (avant dézonage) avec en plus, toutefois, la compatibilité avec les nouveaux disques 4K Ultra HD et l’intégration d’un nouveau Dac. Mais si l’Oppo UDP‑203EU est avant tout un lecteur de disques 4K Ultra HD Blu‑Ray, Blu‑Ray et DVD, sa polyvalence le rapproche de plus en plus d’une véritable plateforme multimédia grâce à une large compatibilité de formats de fichiers et une lecture réseau impeccable.

 

 

Lecteur universel de galettes 12 cm

Ainsi donc, l'Oppo UDP‑203EU est d’abord un lecteur universel capable de lire aussi bien les CD audio, DVD, BD 2D, BD 3D et bien sûr 4K Ultra HD BD ainsi que leurs dérivés réinscriptibles, mais aussi les CD HDCD, les DVD Audio et SACD, en stéréo ou en multicanal. Pour cela, la mécanique a été entièrement revue et corrigée avec un bloc optique propriétaire de nouvelle génération, totalement blindé et monté sur système anti‑vibrations. Cette mécanique est associée à un processeur vidéo lui aussi propriétaire, spécimen Quad Core, une première chez Oppo, compatible avec le format Ultra HD natif (3 840 x 2 160 pixels) et non pas uniquement via un Upscaling comme c'était le cas sur les modèles précédents.

 

Bien sûr, cette puce dispose d’un certain nombre de paramètres pour affiner le rendu de l’image, mais aussi de conversions HDR>SDR, pour le plus grand bonheur des possesseurs de video‑projecteurs incompatibles HDR ou ne disposant pas de réglages adéquats. À côté d'une première sortie HDMI CEC 2.0a, l’Oppo UDP‑203EU dispose d’une seconde sortie HDMI purement audio permettant ainsi de séparer totalement l'image et le son et bénéficier ainsi de la meilleure restitution audio possible. L'Oppo UDP‑203EU conserve bien sûr le mode Source Direct qui désengage les circuits de traitement vidéo afin de récupérer l’image (et le son) sans passer par les processeurs de la machine, pour ceux qui préfèrent s’en remettre à un scaler ou à un processeur vidéo externe.

 

 

Entrée HDMI pour améliorer le signal vidéo des sources externes 

De plus, l’Oppo UDP‑203EU propose une entrée HDMI située à l'arrière de l'appareil afin de profiter des qualités du traitement d'image propriétaire Oppo ARM OP8591 sur des sources HDMI externes comme une box TV, un lecteur multimédia ou un décodeur câble ou satellite. Bien vu ! Ces dernières permettent de récupérer également le son jusqu’à 7.1 canaux en 192 kHz PCM (précédemment limité à 96 kHz en 5.1), ou 5.1 canaux en DSD, et Bitstream. On remarque au passage la disparition de la seconde entrée HDMI en façade.

 

Convertisseur AKM 384 kHz/32 bits

Côté son justement, l'Oppo BDP‑203EU est équipé là encore d’un processeur audio de qualité pour décoder en interne les bandes‑son DTS‑HD Master Audio et Dolby TrueHD d’un Blu‑Ray (les formats DTS:X et Dolby Atmos sont downmixés en DTS‑HD Master Audio ou Dolby TrueHD) ‑mais aussi le DSD d’un SACD‑ pour les véhiculer en LPCM via ses prises HDMI à un amplificateur dépourvu des décodeurs idoines. Mais la plupart des utilisateurs préféreront sortir le flux audio numérique natif non décodé (flux Bitstream), afin de laisser cette tâche à un amplificateur ou un processeur externe.

 

 

On peut aussi profiter des excellents convertisseurs N/A AKM 384 kHz/32 bits pour le récupérer à travers la sortie 7.1 RCA plaquée or. On dispose également de deux sorties numériques, une optique et une coaxiale, si l’on préfère s’en remettre à un convertisseur N/A externe pour les sources non HD.

 

Large compatibilité multimédia 

Mais en plus d'être un excellent lecteur de disques optiques, comme déjà explicité plus haut, l’Oppo UDP‑203EU est aussi une plateforme multimédia très complète, avec ses trois ports USB Host (un en façade et deux à l’arrière) compatibles avec les clés idoines et les disques durs (NTFS et Fat32), et sa fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA) ainsi que SMB (Samba). Cette dernière lui ouvre les portes du réseau domestique et d’internet grâce à un port Ethernet ou un dongle Wi‑Fi ac, fourni d’origine, pour récupérer les fichiers audio, photo et vidéo stockés sur un serveur Nas, un disque dur réseau ou un ordinateur connecté.

 

L’Oppo UDP‑203EU sait lire la plupart des conteneurs actuels (AVI, MKV, MP4, M2TS, Mov, TS, JpegWav…) et des formats de fichiers audio et vidéo : MP3, Ogg Vorbis, Flac et WMA pour le son ; HEVC, H.265, x265, DivX, AVC/H.264, AVC‑HD et tous les formats Mpeg pour la vidéo…

 

Compatibilité Iso toujours absente…

La liste est longue et non exhaustive, puisque l’Oppo UDP‑203EU peut, là encore, bénéficier de mises à jour Firmware régulières dès lors qu’un nouveau conteneur ou une évolution de format viendrait à manquer à son palmarès. Seul regret : l’Oppo UDP‑203EU ne « retrouve » toujours pas la compatibilité avec les fichiers Iso Blu‑Ray qui a longtemps fait le bonheur des utilisateurs de l'Oppo BDP‑93EU (ce dernier l'a toutefois également perdue suite à une mise à jour logicielle…). La pression du consortium Blu‑Ray, auquel le constructeur appartient, a définitivement été la plus forte. Autre restriction, les fichiers vidéo protégés par Cinavia ne sont pas lisibles. Ces fichiers sont réservés aux lecteurs multimédias, qui eux ne sont pas soumis aux pressions du consortium Blu‑Ray et peuvent donc aussi bien lire les fichiers Iso Blu‑Ray et DVD, et MKV protégés Cinavia.

 

Néanmoins, il reste possible de lire les dossiers dotés de structures Blu‑Ray (dossiers BDMV) via l'utilisation d'un petit logiciel gratuit qui convertit la structure en format AVC‑HD. Attention néanmoins, cette astuce n'est pas fiable à 100% et il faut parfois redémarrer le lecteur. Il existe également une modification alternative non officielle payante permettant de lire les fichiers Iso/BDMV, ainsi que les MKV protégés Cinavia.

 

Gestion du protocole réseau SMB (Samba)

L'Oppo BDP‑203EU propose également une fonctionnalité relativement rare, déjà proposée chez le fabricant depuis le modèle BDP‑103EU, la gestion SMB (Samba)/CIFS, permettant de lire par réseau filaire des contenus vidéo, audio et photo partagés sur un ordinateur distant ou un disque dur Nas à travers le réseau local, via les protocoles Server Message Block (SMB) ou Common Internet File System (CIFS). Ces derniers, plus puissants que le DLNA en termes de compatibilités de fichiers, autorisent la lecture via réseau de gros fichiers (par exemple, un fichier Blu‑Ray M2TS, impossible à transférer via DLNA). Sinon, certains utilisateurs regretteront l'abandon des applications externes telles que YouTube ou Netflix. Il est vrai que c’est dommage.

 

 

OSD simple et efficace 

Du point de vue interface utilisateur, l’Oppo UDP‑203EU adopte une évolution esthétique majeure par rapport à ses prédécesseurs mais conserve globalement les mêmes menus de réglages. Cette nouvelle interface propose une meilleure navigation multimédia et permet d’exploiter les nombreuses possibilités de l’appareil, depuis une télécommande rétroéclairée toujours aussi ergonomique et agréable d'utilisation que la précédente.

 

 

L’OSD permet de configurer, rapidement, aussi bien la section audio (configuration des enceintes pour la sortie analogique 7.1, sortie numérique, etc.) que vidéo, et d’accéder aux nombreuses fonctions de personnalisation, dont certaines sont uniques à ce jour sur un lecteur 4K Ultra HD Blu‑Ray. Il est ainsi possible, en plus des classiques réglages de netteté, de réduction de bruit vidéo, de couleur et de contraste, d’accéder à un mode de déformation verticale de l’image pour l’adapter à un écran 2.35 (typiquement utilisé avec un projecteur muni d’une lentille anamorphique), voire de rehausser les sous‑titres pour les positionner dans le cadre. On dispose encore de plusieurs zooms, d’un grand nombre de ratios d’images et de trois mémoires utilisateur pour faciliter l’exploitation de différentes sources d’images : 4K Ultra HD Blu‑Ray, Blu‑Ray et fichiers multimédia, par exemple.

 

 

Application Oppo Media

Enfin, Oppo propose depuis deux générations de lecteur déjà, une application intitulée Oppo Media développée pour les smartphones et les tablettes Android et iOS. Elle permet notamment de piloter la lecture de fichiers audio sans avoir à allumer son téléviseur. À l’heure où nous écrivons ce test, la version dédiée au UDP‑203EU n’est pas encore disponible mais elle est annoncée pour une sortie prochaine sur le site officiel. Enfin, à savoir, l'Oppo UDP‑203EU est disponible aussi en version multirégions pour les Blu‑Ray et multizone pour les DVD afin de profiter de toutes les galettes du marché, d’où qu’elles viennent.

Concurrence

Difficile de parler de réelle concurrence… Avec, à ce jour, uniquement deux platines 4K Ultra HD Blu‑Ray disponibles chez Samsung et Panasonic, l'Oppo UDP‑203EU n’a pour ainsi dire pas d’adversaire dans sa catégorie. Certes, la platine Panasonic est aussi une bonne machine mais l'Oppo la surpasse sur bien des plans : aussi bien sur la qualité de sortie audio vidéo que sur les fonctions multimédia. Seule l'absence de l'application Netflix pourra faire pencher la balance en faveur de la concurrence.

Fiche technique
Type : lecteur BD Profile 6.0
Décodeur audio : Dolby TrueHD et DTS-HD
Compatibilité : CD audio, CD DTS, DVD vidéo, DVD audio, SACD, BD vidéo, 3D, Ultra HD, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHD, DTS, DTS-HD
Connectique : 2 sorties HDMI (v 2.0), entrée HDMI (v 2.0), sortie stéréo, sortie multicanale (7.1), sortie audio numérique (optique et coaxiale), 3 ports USB Host, port RS-232, port Ethernet, Wi‑Fi (ac)
Multimédia : MP3, WMA, Ogg, Flac, Dolby TrueHD, Dolby Atmos, DTS-HD, DTX:X, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), MKV (SD et HD), TS (SD et HD), HEVC, Jpeg, Fat32, NTFS, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, Accès Web
Fonctions : CEC, xvYCC, Deep Color, High BitRate Audio, désentrelacement (vidéo/film) automatique, upscaling vidéo Ultra HD, gestion du zoom à partir du 4/3 basique, conversion 2D/3D, gamme HDMI réglable, gamma (préréglages), réglage de netteté
Réducteur de bruit : D NR
Télécommande : rétroéclairée
Consommation : 40 W (0,5 W en veille)
Finition : noire
Dim. (L x H x P) : 430 x 311 x 79 mm
Poids : 4,3 kg
ph image
Verdict technique

Avant d’aller plus loin dans cette section de notre banc d’essai, sachez que nous avons délibérément souhaité attendre la publication de certaines mises à jour Firmware. Faire un test de l’UDP‑203 à sa sortie aurait en effet eut peu de sens au regard de ses nombreuses erreurs de jeunesse (la fréquence 23,976 Hz affichée en 23,999 Hz sur notre appareil de mesures par exemple ou la fonction Strip Metadata HDR inopérante). Nous n’aurions pas pu apprécier cette platine à sa juste valeur.

 

Heureusement, à l’instar des autres produits de la marque, on connaît l’implication des ingénieurs Oppo dans le suivi de leur matériel et nous n’avions aucun doute sur la disponibilité à terme de diverses corrections. Pour rappel, l'Oppo BDP‑103EU avait eu lui aussi à sa sortie son lot de bugs dont l'impossibilité de lire les DVD Pal mais le constructeur a toujours su être réactif. Ce fut effectivement encore le cas avec le UDP‑203 et le nouvel Oppo a rapidement bénéficié de plusieurs mises à jour gratuites de son système d’exploitation, permettant de corriger les divers problèmes constatés à son lancement. Nous avons donc pu, enfin, juger de ses réelles capacités sans souci majeur.

 

 

Nouveau traitement vidéo et fonction Strip Metadata HDR

En premier lieu, il faut savoir que les traitements d'image sont beaucoup plus légers et moins abrasifs que sur les modèles précédents et sont quasiment invisibles sur les sources Ultra HD. Interrogé à ce sujet, le distributeur de la marque nous a indiqué qu'Oppo et ses ingénieurs avaient réalisé de nombreux tests et qu'ils étaient arrivés à la conclusion que pour bénéficier de la meilleure image UHD possible, il fallait préserver au maximum l'intégrité du signal d'origine. Cela étant dit, la précision du décodage vidéo est supérieure à tout ce qui a été fait jusqu'à présent chez le fabricant avec un bruit vidéo extrêmement faible.

 

Le résultat est ainsi tout simplement bluffant et jamais vu, osons les mots, surtout sur les sources Ultra HD en HDR dont le lecteur se délecte particulièrement et cela, malgré l'absence de traitement d'image de type Darbee ou autre. Même sur notre téléviseur de test du moment, un diffuseur LG Oled série 6 que l’on sait extrêmement sensible au bruit video et aux artefacts de dégradés et de hautes lumières, l'image est parfaitement stable et naturelle. Une prouesse qu'aucun lecteur Ultra HD n'avait jusqu'ici réussie à atteindre.

 

 

Le mode Strip Metadata HDR, pour profiter du signal UHD sans les données HDR sur un diffuseur UHD/4K non compatibles HDR (pour éviter de « griser » les noirs et d'afadir les couleurs), est également particulièrement intéressant, notamment sur les projecteurs Ultra HD/4K. Et la conversion HDR vers SDR propose différents niveaux de réglages, ce qu'aucun autre appareil ne propose à ce jour. La luminosité est ainsi enfin retrouvée en vidéoprojection et les noirs sont débouchés. Sur les disques Blu‑Ray, la mise à l'échelle est particulièrement soignée et le décodage vidéo est tel que l'on en vient parfois à se demander si le disque inséré ne serait pas finalement une galette 4K Ultra HD.

 

Attributs de l'Ultra HD sur un TV Full HD

Et pour les utilisateurs puristes, la sortie directe a été largement améliorée par rapport au modèle précédent avec un bruit vidéo totalement inexistant, une précision d'image incroyable et un décodage couleur exempt de tout défaut. Fait intéressant, le lecteur est capable de downscaler des images UHD en vrai signal Full HD, non compressé. Cela offre un vrai plus au niveau de la précision d'image sur un téléviseur non compatible UHD et de profiter de la plupart des avantages des supports UHD tels que le débit video supérieur, l'espace couleur Rec.2020, et de la compression video HEVC. Néanmoins, à cause des protections HDCP 2.2, il vous faudra très probablement investir dans un boîtier de conversion du type de l'HD Fury pour bénéficier de cette très intéressante fonction et profiter ainsi des avancées technologiques du nouveau lecteur Oppo sans pour autant devoir casser sa tirelire pour un nouveau téléviseur ou videoprojecteur Ultra HD/4K.

 

 

Mécanique Ultra HD Blu‑Ray ultra‑rapide

Sinon, son nouveau processeur Quad Core surpuissant permet à la mécanique de lecture Blu‑Ray d’afficher une vitesse de réaction encore supérieure à celle de son prédécesseur, déjà très rapide. Un pur bonheur ! Comme déjà mentionné plus haut, celle‑ci a donc été entièrement revue et corrigée par le fabricant avec un nouveau bloc optique afin d’embrasser la compatibilité avec les nouveaux disques 4K Ultra HD Blu‑Ray. Elle est montée sur amortisseurs et complètement blindée et isolée du reste de l'électronique afin de générer le moins de perturbations électro‑mécaniques. Ce soin particulier permet aussi de profiter pleinement des disques musicaux.

 

 

Processeur vidéo made in Oppo

Une fois n'est pas coutume, la partie traitement d'image n'est pas sous‑traitée par un fournisseur externe Qdeo, VRS ou Darbee. Tout est géré en interne par un processeur propriétaire Oppo OP8591 conçu à grands frais. Tout compte fait, c'est pas plus mal car Oppo maîtrise désormais de bout en bout tout le chemin du flux vidéo. Si le traitement Darbee était extrêmement intéressant sur le modèle précédent, cette solution offre l'avantage d'avoir un chemin vidéo plus court et sans intermédiaire pour un signal plus pur et dénué de toute interférence. Et ça se voit à l'image ! Tout apparaît à la fois précis et naturel, sans que l’on ait l’impression d’être confronté à une image vidéo un peu artificielle.

 

En un mot, si les fans de Darbee pourraient être un peu déçus, les autres seront immédiatement conquis. Comme toujours chez Oppo, la fidélité des couleurs, le contraste et la fluidité sont au rendez‑vous. Mais si l'image est déjà exceptionnelle sur des contenus Blu‑Ray traditionnels, c'est certainement sur les contenus Ultra HD que l'Oppo prend une tout autre dimension. Le détail et la finesse dépassent tout ce que nous avons pu voir jusqu'à présent. Et l'on découvre tout le potentiel de l'Ultra HD.

 

 

Ce qui surprend le plus, c’est la présence d’une profondeur d’image exceptionnelle qui relègue loin derrière la concurrence japonaise et coréenne. Impossible d’ignorer son talent sur un film 3D, qui affiche un relief particulier avec le lecteur Oppo relié au TV LG Oled. Sur un film tourné en 3D comme Le Bon Gros Géant, la différence de rendu est presque choquante comparée à celle d’un lecteur Blu‑Ray d’un constructeur généraliste. Il faut vraiment le voir pour le croire. Voilà qui ajoute aux regrets de voir les constructeurs de téléviseurs, notamment ceux adeptes de la 3D polarisée, abandonner la gestion du relief.

 

D'autre part, nous avons pu nous rendre compte sans tarder de l’intérêt de l'entrée HDMI et du traitement vidéo apporté au signal d’une box internet ou d’un lecteur multimédia : il apparaît évident que l’image est légèrement plus fluide, le bruit vidéo légèrement réduit et la précision subjectivement supérieure (attention, tous les défauts ne disparaissent pas par magie…). Par contre, nous avons détecté un problème de coupure lors de l'utilisation simultanée des deux sorties HDMI en plus de entrée HDMI. Mais nul doute que Oppo corrigera rapidement ce petit souci.

 

Qualité vidéo des fichiers multimédia en hausse

À l'instar de notre expérience avec un décodeur TNT, on peut aussi apprécier ses capacités de traitement vidéo même sur un signal par essence moins bon que celui d’un Blu‑Ray. En présence de fichiers multimédias et en particulier les spécimens MKV, le traitement d'image apparaît supérieur à celui de précédents lecteurs signés Oppo. Nous l’avons remarqué après avoir raccordé le UDP‑203 à un vidéoprojecteur et recommencé tous nos tests pour vérification.

 

 

Rien de mieux, en effet, qu’une grande image pour vérifier nombre de problèmes identifiés sur un TV. Résultat, en abordant de nouveau le chapitre multimédia de notre procédure de test, nous avons été impressionnés par la qualité de l’image obtenue, même sur un écran de 3 m de base. Le rendu reste, bien sûr, en retrait par rapport à celui de vrais disques Blu‑Ray lus sur le lecteur Oppo, même en utilisant des fichiers MKV non recompressés mais c’est néanmoins remarquable. Au final, alors que l’on s’attendait à ce que le traitement d'image délivré par le UDP‑203 sur les contenus multimédia soit identique à celui opéré sur les Blu‑Ray, celui‑ci est donc semble‑t‑il légèrement différent.

 

Qualité audio en hausse

N'oublions pas non plus la partie audio digne de bon nombre de lecteurs CD audio audiophiles à travers une conversion numérique‑analogique réellement étonnante et nettement supérieure à celle de son prédécesseur, merci la pièce rapportée AKM ! Qualité que l’on retrouve d’ailleurs sur la sortie analogique 7.1 permettant de profiter des bandes‑son Home Cinéma DTS‑HD et Dolby TrueHD sur un amplificateur audio‑vidéo (un peu ancien donc) démuni de connecteurs HDMI mais possédant une entrée multicanal RCA ou simplement pour écouter des disques SACD en conversion directe de qualité.

 

On peut aussi, d'un point de vue purement musical et pour les plus exigeants, utiliser les sorties numériques (optique ou coaxiale) pour profiter des performances hors du commun de la partie lecture (précision au niveau de l'extraction des données) de l’UDP‑203 EU avec un convertisseur numérique‑analogique externe plus performant. Sans rivaliser avec les meilleures mécaniques audiophiles du marché, là encore, l’Oppo se permet de venir taquiner des appareils évoluant dans des eaux tarifaires de plusieurs fois son prix, et qui ne savent rien faire d’autre que de lire des CD audio !

 

 

Bien sûr, toutes ces remarques restent valables en présence de fichiers musicaux dématérialisés avec la gestion Hi‑Res Audio. Le meilleur résultat est bien sûr obtenu en utilisant les sorties analogiques pour profiter du convertisseur AKM. Celui‑ci est éminemment supérieur au convertisseur présent dans de très nombreux amplificateurs Hi‑Fi  ou Home Cinéma. Si, par contre, l’Oppo UDP‑203EU est branché à un ampli audio‑vidéo haut de gamme, il est peut‑être préférable de rester en connexion numérique pour utiliser le convertisseur intégré de ce dernier. La vérité est fonction de l’équipement. Mais il est intéressant de constater que l’Oppo UDP‑203EU concurrence de nombreux lecteurs réseaux parmi les plus performants du marché.

 

Conclusion

En conclusion, avec sa polyvalence, son Dac AKM de très haute fidélité et son décodage vidéo hors normes, il apparaît évident que le nouveau lecteur Oppo UDP‑203EU s'impose comme LE lecteur définitif des cinéphiles les plus exigeants. Digne successeur de ses désormais légendaires prédécesseurs, il offre en plus la compatibilité ultra haute définition. Nul doute que l’on tient avec l’Oppo UDP‑203EU la nouvelle référence du marché des platines 4K Ultra HD Blu‑Ray.

+ Les points forts
»  
La qualité de fabrication et de finition
»  
La qualité du son en analogique et numérique
»  
La précision du décodage vidéo
»  
Écoute CD audio et SACD
»  
La télécommande rétro‑éclairée à détection de mouvement
»  
Le rapport qualité‑prix
- Les points faibles
»  
Pas de traitement Darbee
»  
Pas d'application Netflix
»  
Une seule entrée HDMI
»  
Seconde sortie HDMI uniquement audio
»  
Quelques bugs de jeunesse
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement