par Carina Ramon
27 juin 2019 - 19h05

Paradise Beach

année
2018
Réalisateur
InterprètesSami Bouajila, Mélanie Doutey, Hugo Becker, Tewfik Jallab, Kool Shen, Seth Gueko
éditeur
genre
notes
critique
2
10
A

Une équipe d’anciens braqueurs coulent des jours heureux à Phuket en Thaïlande jusqu'au retour de leur ancien complice, Medhi. Après 15 années passées en prison, il réclame sa part du butin. Problème, il ne reste plus rien.


Sur l'autel du réalisme sordide allant apparemment de pair avec tout film de gangsters qui se respecte, Xavier Durringer (La conquête) oublie de faire du cinéma. Festival de clichés et de répliques vulgaires, son Paradise Beach accumule un nombre hallucinant de tares cinématographies : réalisation antidatée et sans inventivité, interminables invectives en guise de dialogues (on a la sensation que tous les personnages s’appellent « Ferme ta gueule » ou « Enculé »), le tout éructé par des comédiens qui, en majorité, jouent extrêmement mal.

 

Prévisible et étiré à outrance, le scénario (co‑écrit avec l'ex‑braqueur et ex‑taulard Jean Miez pour la caution de la rue) fait de la violence sans aucune nuance son terrain de jeu et oublie carrément de rendre ses personnages crédibles, changeant de motivation d’une scène à l’autre. Mais que sont allés faire Sami Bouajila, Mélanie Doutey et Kool Shen dans cette galère ? En dehors de profiter du cadre paradisiaque de Phuket aux frais de la production, on ne voit pas trop.

sur les réseaux
proposer une vidéo
test
dvd
cover
- de 12 ans
Prix : 14,99 €
disponibilité
26/06/2019
image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9
bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 2.0
Français Audiodescription
sous-titres
Français, français pour sourds et malentendants
5
10
image

Une image souvent tape‑à‑l'œil mais correcte proposant une belle colorimétrie même si la précision et le niveau de détail auraient pu être améliorés, même pour du DVD. En revanche, les séquences nocturnes sont plus discutables, elles manquent de profondeur avec une gestion des contrastes qui laisse à désirer.

5
10
son

Compte tenu du contenu de la bande‑son et des dialogues estampillés banlieue très agressifs, ce Dolby Digital 5.1 s'en sort bien malgré l’omniprésence de la musique (pas bon signe) qui a tendance à écraser tout le reste dès qu'elle le peut. Les ambiances sonores sont elles aussi inégales, parfois sans relief, parfois un poil présentes.

0
10
bonus
- Aucun

On est soulagés.

en plus
soutenir
Recevez l’actualité tech et culture sur la Newsletter cesar
Inscrivez-vous
OK
Non merci, je suis déjà inscrit !