I, Robot

Année : 2004
Réalisateur : Alex Proyas
Interprètes : Will Smith, Bruce Greenwood, James Cromwell
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 110', zone B
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 27/08/08
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Allemand DTS 5.1
Sous-titres
Français, néerlandais, anglais pour malentendants, allemand, danois, norvégien, finnois, suédois
Amazon
20,99 €
En deux longs métrages (The Crow en 1994 et Dark City en 1998), Alex Proyas a réussi à s’imposer comme l’une des figures incontournables du cinéma de science-fiction et fantastique. Mais cette fois-ci, c’en est fini des petits budgets et des films crépusculaires. À la tête d’une enveloppe de plus de 100 millions de dollars, avec Will Smith en vedette et quatre producteurs avisés sur le dos (dont John Davis), Alex Proyas a pu composer un grand divertissement populaire au look clinquant et au design fashion, loin des ambiances sombres de ses deux précédentes partitions cinématographiques.

Chicago. 2035. Une mégalopole futuriste et surpeuplée (proche de Minority Report) au sein de laquelle les robots sont devenus les assistants fidèles et polis des êtres humains. C’est au milieu de cette jungle technologique, où les hommes cohabitent avec les machines, que le détective Del Spooner (Will Smith) doit mener son enquête sur l’assassinat du Dr Alfred Lanning, un éminent chercheur en robotique. Le principal suspect se trouve justement être son robot personnel, Sonny. Mais normalement, d’après la loi sur la robotique, les robots n’ont pas la faculté de tuer.

Quelques scènes d’action ahurissantes (notamment lorsque le robot de surveillance de Lanning surprend Spooner dans la maison de son maître et décide d’intervenir), des représentations intéressantes des cités urbaines et de l’habitat du futur (sans parler du superbe prototype Audi qu’utilise Will Smith pour se déplacer), des effets visuels fascinants et une intrigue prenante, I, Robot a du répondant. C’est le moins que l’on puisse dire. Et s’il reste bien peu de choses du roman original d’Isaac Asimov, et si toutes les promesses ne sont pas tenues, on passe vraiment un excellent moment.
Jean-François Lefèvre - Publié le 09/10/08

Cinécult' Will Smith : show off

Nous n'avons pas résisté à l'envie de vous faire vivre une conférence de presse avec Will Smith comme si vous y étiez. Lors de la sortie d’I,Robot au cinéma, l'acteur américain était à Paris aux côtés du réalisateur Alex Proyas. Et même sans caméra, Will, il donne toujours de sa personne…

Lire la suite
Liste des bonus
- Coulisses du tournage, sorte d'énorme making of découpé en cinq parties (66')
- Commentaires audio du réalisateur Alex Proyas et du scénariste Akiva Goldsman
- Possibilité d'indexer via mots-clés certaines scènes du film pour y accéder ensuite plus rapidement
- Option PIP textuelle délivrant moult informations sur le film et ce qui se passe à l'écran
- Option permettant de sélectionner ses scènes préférées et de les regarder à la suite
- Accès à la piste D-Box


Commentaire
Le gros journal de production vaut le détour. Mêlant coulisses du tournage, interviews captées sur le vif et en studio, sujet sur le design du film, réflexion sur la robotique et le comportement des machines au cinéma, analyse des effets spéciaux et scènes inédites, il comblera les fans de SF. Tout comme les deux commentaires audio.
Note bonus : 5/6
Image
Une claque visuelle incroyable. Sans doute une des plus belles images Blu-Ray du moment. Pourtant, le film ne date pas de cette année… À tel point que les légers défauts aperçus au cinéma à l'époque ressortent plus que sur DVD. Il n'empêche, les noirs sont d'une profondeur insondable et la compression idéale. Aucun problème de transfert. C'est splendide.
Top image : 03'30 (Chicago en 2035… à couper le souffle), 21'28 (Will Smith à la poursuite d'un robot dans la foule), 80'34 (les robots mis à la casse se rebellent), 100'09 (Chicago, encore…), 104'40 (dernier plan à La planète des singes)
Note image : 6/6
Son
VO diabolique, dynamique, limpide, précise. Les effets sont nombreux et hyper-précis, la musique distribuée sur toutes les enceintes avec force, la bande-son truffée de détails sonores. Un spectacle acoustique aussi bluffant que l'image. Mieux qu'au cinéma ? Certainement… On se régale. La piste française DTS 5.1 mi-débit (768 kbps), excellente, ne joue pas dans la même catégorie que la VO DTS-HD Master Audio 5.1.
Top son : 40'03 (un robot démolisseur de maison), 52'20 (la fameuse scène du tunnel, attention les basses), 96'14 (bataille finale)
Note son : 6/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Poppy Montgomery - Unforgettable saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
poppy-montgomery
anthony-hopkins
liam-neeson
justin-theroux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011