Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1

Spartacus : Blood and Sand
Année : 2010
Créateur : Steven S. Deknight
Interprètes : Andy Whitfield, Lucy Lawless, John Hannah, Peter Mensah, Manu Bennett, Viva Bianca, Craig Parker, Jai Courtney, Erin Cummings
Éditeur : Fox
BD : 4 BD-50, 48' x 13, zone B
Genre : péplum, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 01/02/12
Prix ind. : 49,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1 (contrairement à ce qu'indique la jaquette)
Anglais Dolby Digital 5.1 (contrairement à ce qu'indique la jaquette)
Allemand Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, allemand, portugais, italien, néerlandais, norvégien
,0 €
Amazon.fr
Spartacus (Andy Whitfield), valeureux guerrier thrace, est trahi par un ambitieux général romain. Réduit en esclavage, il va devoir devenir gladiateur s’il veut espérer un jour revoir sa femme. Au sein de l’école de combat, l’infâme Batiatus (John Hannah) et son impitoyable épouse Lucretia (Lucy Lawless) vont lui rendre la tâche bien difficile !

Cinquante ans après le film culte de Stanley Kubrick, voici une variation TV érotico‑trash des aventures du légendaire gladiateur Spartacus. Treize épisodes d’une rare violence et d’un érotisme sulfureux, qui explosent en mille morceaux les derniers piliers de la censure puritaine télévisuelle américaine. À la production : Robert Tapert et un certain Sam Raimi.

Dans la forme, Spartacus se veut très proche de 300 de Zach Snyder ou Sin City de Roberto Rodriguez. Sur le fond, dès les cinq premières minutes, le ton est donné : deux gladiateurs s’affrontent dans une arène au cours d'un combat fratricide, où les gerbes de sang giclent par galons au ralenti. Une autre scène moite et torride dévoile un homme et une femme en train de faire l'amour, intensément. Aucun détail anatomique des deux participants ne nous échappe. Puis, ce sont bientôt des tsunamis d’hémoglobine qui traversent l'écran, agrémentés de séquences érotiques frénétiques à faire passer les scènes les plus sulfureuses de Basic Instinct pour des séminaires ecclésiastiques !

C’est bien simple, à un moment ou un autre, tous les comédiens de Spartacus apparaissent nus, de face, de dos, en diagonale… Même la Néo‑Zélandaise Lucy Lawless, ex‑Xena la guerrière qui tient le rôle‑clé de Lucretia, donne de sa personne. Entre quatre scènes de sexe et cinq de combats en moyenne par épisode, il arrive quand même aux personnages d’éructer des lignes de dialogues. Ce qui, au fil des épisodes, très moyens au départ puis bien meilleurs, laisse entrevoir une bonne histoire et des enjeux prenants. À suivre.
Cédric Melon - Publié le 14/02/12
Interview Lucy Lawless
À bientôt 43 ans, Lucy Lawless est une très belle femme qui a illuminé de sa beauté le dernier Festival de la Télévision de Monte‑Carlo. Après avoir été Xena la légendaire guerrière, elle embrasse le rôle sulfureux de l’ignoble Lucretia dans Spartacus. Un grand écart artistique que la comédienne revendique sans sourciller ! Lire la suite
Liste des bonus
- Coulisses (15')
- Bataille en règle (7')
- Camp d'entraînement des gladiateurs (4')
- Crasse et châtiment (5')
- Andy se fait plâtrer (3')
- Une légende revisitée (4')
- Quels excités, ces Romains ! (6')
- Écran vert : l'ombre de la mort (5')
- Bêtisier (5')


Commentaire
Riche et variée, voici une interactivité fort complète qui devrait combler les fans de la série. À travers différents modules dépassant rarement les 5 minutes, on plonge dans les différentes étapes du tournage, des effets spéciaux (écrans verts) aux scènes de nudité. Sans oublier un sympathique bêtisier. Bref, la diversité est au cœur de cette interactivité, qui a le mérite de ne jamais être barbante.
Note bonus : 4/6
Image
Sublime. La palette colorimétrique est foisonnante et les contrastes appuyés de manière absolument fantastique. Profondeur, précision, partis pris esthétiques, richesse des détails… tout est splendide.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Avec une telle image, difficile de comprendre l'absence d'encodage DTS‑HD Master Audio 5.1, voire 7.1 ! Il faudra donc se contenter de pistes Dolby Digital 5.1 proposant une belle clarté, un bon niveau de détail sonore, une répartition active et une excellente gestion des basses. Seul petit souci, la surexposition de la musique lors des phases de combat, qui finit par être (très) pesante.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 22/06/18 Black Panther
BLU 22/06/18 Black Panther
BLUHD 22/06/18 Black Panther
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
nic-pizzolatto
lucas-belvaux
bryan-cranston
joel-schumacher
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Lg. Alimentation 19.5 V 4.7 A 90 W. Ref: Pse50067eu - Dual CS 415-2 - Platine - noir - Magnétoscope Samsung sv-232fb - demodulateur tntsat Sagemcom DS87 HD - platine vinyle Philips 523 - Platine vinyle et haut-parleurs Bigben TD114NSPS - BD-R PANASONIC DMR-BWT850EC - Samsung HT-D5000 - Système Home Cinema - 2 Go - Radio réveil Lecteur/enregistreur cassette Philips D3700 The Nigh... - Samsung DVD-F1080 - Lecteur DVD - Trans-Continents TR710DBL Lecteur DVD Portable - Double écran 7 - Projecteur Bauer T1S SUPER 8 Film Cinématographique - Smart TV LED Samsung UE32ES5500 32 1080p (Full HD) - Amplificateur/Tuner intégré RUSH 3020 Stéréo Vintage Pré ampli/Am... - Ampli Audio-Vidéo Philips FR966 - Smart TV OLED LG OLED55B6V 55 4K UHD (2160p) - Onkyo TX-SR608 - Amplificateur Home Cinéma 7.2 - 7x160 Watts - Dell S320 - Projecteur DLP - 3D - 3000 lumens - XGA (1024 x 768) ... - Récepteur Satellite HD ST 5100 HD MK2 - Lenco L-69 - Platine avec graveur numérique -