A Dangerous Method

Année : 2011
Réalisateur : David Cronenberg
Interprètes : Keira Knightley, Michael Fassbender, Viggo Mortensen, Vincent Cassel, Sarah Gadon
Éditeur : Warner
BD : BD-50, 99', toutes zones
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 25/04/12
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français DTS-HD Master Audio 2.0
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français (imposé sur la VO), français pour sourds et malentendants
Amazon
14,99 €
Début du siècle, Zurich puis Vienne, le débutant Carl Jung (Fassbender) voit débarquer Sabina Spielrein (Knightley), une patiente diagnostiquée « hystérique ». S’inspirant des travaux de Freud (Mortensen), il tente sur la jeune femme, une Russe cultivée mais plombée par un père castrateur et un tropisme SM, ce qu’on n'appelle pas encore une psychanalyse. Dans le même temps, Freud lui envoie pour traitement un toxicomane lubrique et amoral (Cassel), qui ne va pas tarder à décoincer Jung le corseté.

Quelles contorsions critiques délirantes faudra‑t‑il, cette fois, inventer pour tenter de faire croire qu’avec son nouveau film, David Cronenberg n’a rien perdu de sa puissance, et mieux (ou pire), qu’il a atteint, encore une fois et après History of Violence et Les promesses de l’ombre (deux fois bof), une maturité complète ? Quel tour de passe‑passe rhétorique transformera l’inertie compassée du film, sa forme conventionnelle et ripolinée, en preuve d’un tumulte intérieur qui peine à affleurer ? Quel détail anodin tiré de derrière les fagots permettra de relier cette Method à Videodrome ou au Festin nu ?

Pour l’heure, on ne peut que constater la chute vertigineuse d’un auteur chéri jusqu’à Crash en 1997, film de la synthèse et point d’origine de sa dégringolade artistique (souvenez‑vous du fiasco Spider dont A Dangerous Method pourrait être le codicille immobile). Celui que la critique institutionnelle qualifiait de « pornographe » dans les années 1970 (Frissons, Rage, Chromosome 3) a fini par obtenir la reconnaissance (La mouche et Faux semblants), puis la consécration (président du Festival de Cannes en 1999). En quinze ans, Cronenberg a gagné en sérieux et en respectabilité ce qu’il a perdu en invention, en brutalité, en visions.

À quoi ressemble donc ce film ? À une enfilade pénible de séquences bavardes et en huis clos, à deux ou trois personnages mis en scène comme autant de consultations chez le psy (l’un devant et l’autre, forcément, derrière), à un exposé scolaire des théories freudiennes et jungiennes façon Dossier de l’écran, à une bonne copie moins classique que terriblement conventionnelle, flanquée de cette arrogance propre au super‑auteur qui vous écrase d’un grand sujet.

Keira Knightley fait tout ce qu’elle peut (gesticulations, grimaces de prognate, grands yeux de mérou, élocution saccadée) mais la belle n’est ni Elizabeth Taylor ni Vanessa Redgrave ; Mortensen, barbe de prof et pipe au bec, fait « Hum… hum… » et ressemble au Capitaine Haddock, quant à Michael Fassbender, il est le seul à tirer son épingle du « Je ».

Cela dit, la psychanalyse, les formes étranges et anarchiques de l’esprit, les déchaînements organiques d’un corps hors de contrôle, ont toujours hanté l’œuvre de David Cronenberg qui, à défaut d’être d’un grand cinéaste, fut un grand créateur d’images. Dans Chromosome 3, une jeune mère de famille transformait ses pensées négatives en d’horribles petits monstres meurtriers, dans Videodrome, le patron d’une chaîne de télé câblée se métamorphosait en homme‑magnétoscope, dans Le festin nu, des machines à écrire cafards croisaient un étrange mugwump. C’était l’époque où Cronenberg déchirait le voile de la réalité tangible et convertissait ses idées, ses pensées, ses métaphores, en images folles et tératologiques.

Depuis, le cinéaste ontarien a intériorisé tous ses monstres (à moins qu’il n’en ait plus en stock) et se contente de discourir bourgeoisement sur les profondeurs chaotiques de la psyché humaine. Pourquoi pas ? Mais il n'y a plus grand‑chose à voir.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 25/04/12

Cinécult' David Cronenberg : les démons intérieurs

Même si le nom de Cronenberg semble aujourd'hui familier, ses films, du moins les premiers, le sont moins. À l’exception de La mouche, son plus gros succès, de Faux‑semblants, qui lui valut une reconnaissance critique en 1988 et du mal‑aimé (à tort) eXistenZ, la plupart des réalisations du pape du cinéma canadien (ontarien faut‑il préciser) restent souvent méconnues.

Lire la suite
Liste des bonus
- Making of (8')
- Masterclass du réalisateur à l'American Film Institute (31')
- Photos
- Bande‑annonce


Commentaire
Ne comptez pas sur le making of pour vous livrer les coulisses du tournage avec Cronenberg (qui a pourtant une méthode de répétition singulière). Il est avant tout constitué d'interviews et de montages promo. La masterclass est donc le bonus vers lequel se tourner. À réserver aux cinéphiles avertis toutefois.
Note bonus : 2/6
Image
Comme si Cronenberg avait voulu mettre l'accent sur ses personnages et effacer les décors, pourtant créés avec soin et raffinement, l'arrière‑plan est souvent voilé, estompé, texturé. Les teintes ont été volontairement limitées, presque délavées, et il ressort une sensation d'irréalité (avec petits soucis de précision), qui ne colle gère aux standards actuels de la HD. On a même plutôt l'impression de se trouver face à un bon DVD. Cela dit, les contrastes sont assumés et les noirs solides. Une photographie froide, détachée, mais pas intimiste pour autant.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Une bande‑son multicanale à l'image du film, froide et détachée, qui ne comblera pas toutes vos attentes. Un peu de musique d'époque, quelques ambiances naturelles sur les surrounds lors des scènes tournées en extérieur, des cris et des angoisses lors des séquences de psychanalyse avec Sabrina. Ambiance épurée que la stéréo parvient d'ailleurs à restituer avec soin.
Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Jesse Tyler Ferguson - Modern Family saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
jesse-tyler-ferguson
melissa-bernstein
nic-pizzolatto
justin-theroux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011