Margin Call

Année : 2011
Réalisateur : J.C. Chandor
Interprètes : Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons, Demi Moore
Éditeur : ARP
BD : BD-50, 107', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 02/10/12
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, français pour malentendants
Amazon
20,04 €
2008. Wall Street. Dans une grande banque d’investissement, une charrette se prépare. Eric Dale, un analyste financier (très bon Stanley Tucci), est prié de faire ses cartons. Bureau vidé en quelques minutes et Dale se retrouve dans l’ascenseur.

Mais juste avant de quitter les lieux, il a le temps de glisser à l’un de ses jeunes collègues, Sulllivan, une clé USB contenant des informations sur un dossier en cours. Son conseil (« Fais attention », lui murmure‑t‑il, avant que les portes de ne se referment) suffit à intriguer son collègue qui, le soir‑même, plonge dans les données de Dale. Et sa découverte fait l’effet d’une bombe : les risques pris par l’entreprise ont été grandement sous‑estimés, la faillite se profile. C’est ce qu’on appelle le « margin call », moment critique où il s’agit de remettre l’économie virtuelle au niveau de la réalité.

Aussitôt, son supérieur hiérarchique (Kevin Spacey) convoque sa direction et le grand manitou du groupe (Jeremy Irons). Débute alors un huis clos oppressant où, en une courte nuit, va se jouer l’avenir de la bulle économique de Wall Street.

Flanqué d’une mise en scène sobre et efficace qui colle parfaitement à la froideur de ces financiers qui, du haut de leur tour de Manhattan, vont décider du sort du monde, Margin Call évoque bien sûr la faillite de Lehman and Brothers qui, en 2008, avait inauguré la crise économique dans laquelle nous pataugeons toujours. Mais loin de n’être qu’un film à charge, Margin Call sait trouver son équilibre, tout en nuance, entre requins sans affect dont le pragmatisme amoral effraie, jeunes traders fragiles rattrapés par le principe de réalité, et violence d’un monde qui doit offrir à l’opinion publique des victimes expiatoires (ici une femme, jouée par Demi Moore).

Il y a du Sidney Lumet qui coule incontestablement dans les veines de J.C Chandor et dont on suivra les prochains films avec attention.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 03/12/12
Liste des bonus
- Making of (6')
- Interview du réalisateur (76')
- Bandes-annonces


Commentaire
Le making of est anecdotique et la longue interview du réalisateur aurait mérité d'être divisée en chapitres.
Note bonus : 3/6
Image
Une chouette image aux couleurs métalliques et bleutées très prononcées, aux contrastes affirmés et à la définition tranchante. Visuellement, c'est splendide, mais l'ambiance du film est aussi glaciale qu'un cabinet dentaire.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Rien de très original dans la musique planante de Nathan Larson. Cependant, les deux mixages 5.1 se montrent suffisamment riches et aérés pour séduire le téléspectateur. Pas de grandes pirouettes acoustiques au menu, mais une atmosphère musicale tendue et oppressante.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
DVD 18/09/19 Cujo
BLU 18/09/19 Cujo
BLUHD 18/09/19 Christine
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Kyan Khojandi - Les nouveaux héros
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
kyan-khojandi
gillian-anderson
ken-follett
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011