Boss saison 1

Année : 2011
Créateur : Farhad Safinia
Interprètes : Kelsey Grammer, Kathleen Robertson, Connie Nielsen, Hannah Ware, Jeff Hephner
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : 2 BD-50, 8 x 56', toutes zones
Genre : fiction politique, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 02/01/13
Prix ind. : 44,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
39,99 €
La première saison de Boss, c'est huit épisodes remarquables au cours desquels le spectateur cale son pas sur celui de Tom Kane, maire de Chicago (Kelsey Grammer, excellent), un prédateur politique effrayant, atteint d'une grave maladie dégénérative. En dépit du mal incurable qui le ronge un peu plus chaque jour, ce dernier refuse de renoncer au pouvoir et va tout faire, même le pire, pour le conserver. Pour lui, s'arrêter, c'est mourir. Littéralement.

Il y a des signes qui ne trompent pas. L’année dernière, alors qu’elle n’a même pas encore diffusé la saison 1, la chaîne câblée américaine Startz renouvelle Boss pour une saison 2. Encore inconnue, la série est un événement, car elle marque le retour au premier plan de Kelsey Grammer, une immense star aux États‑Unis qui, jusqu'à ce rôle, s’était plutôt illustré dans un registre comique avec Cheers et Frasier. Le comédien met cette fois sa puissance, son naturel, son regard d'acier et sa voix grave, au service d'un personnage « dramatique » qui restera dans les annales cathodiques.

Boss, c’est aussi la première incursion du réalisateur de cinéma Gus Van Sant (Elephant) dans le monde de la série TV. Il réalise ici le pilote et assure la fonction de producteur exécutif. Sa patte est visible dès le générique jusque dans son sens du cadre, alternant vastes plans d'ensemble énigmatiques et resserrements sur des détails des visages.

Et dès le pilote, on se dit que l'on tient là une nouvelle série de référence. Générique envoûtant (sur le titre Satan your Kingdown Must Come Down de Robert Plant, le chanteur de Led Zep), photo magnifique et musique atmosphérique : d'emblée, la forme est soignée. Ça continue avec la mise en scène où gros plans, cadrages et ralentis sur les scènes les plus sulfureuses sont parfaitement pensés et calibrés.

La distribution n’est pas en reste puisque, de Connie Nielsen (New York unité spéciale) à Jeff Hephner (Castle) en passant par Kathleen Robertson (Beverly Hills) et Martin Donovan (Dead Zone), tous les comédiens sont excellents.

Sur le fond, Boss est un modèle d'écriture. Si chaque épisode est une parfaite illustration de la célèbre citation d'Emerich Acton (historien et philosophe anglais qui a déclaré : « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument »), Boss n’est pas seulement une série « politique ». C’est aussi et surtout une véritable tragédie shakespearienne qui en dit davantage sur la nature humaine que sur la politique elle‑même.

Pour ne rien gâcher, l’intrigue est construite comme un véritable thriller, où il est possible de superposer le visage de l’homme politique réel que l'on désire sur celui des protagonistes de Boss. Certaines similitudes avec le contexte politique réel fusionnent parfois si bien, que cela fait froid dans le dos.
Cédric Melon - Publié le 07/01/13
Liste des bonus
- Commentaires audio épisodes 1 et 8 en VO non sous-titrée
- Entretien avec le créateur de la série Farhad Safinia et Kelsey Grammer, l'incroyable comédien qui campe le non moins incroyable maire de Chicago (16')


Commentaire
Zappons les commentaires audio uniquement destinés aux anglophones, pour apprécier la petite interview de Farhad Safinia et Kelsey Grammer. Le créateur du show et son interprète principal reviennent sur l'esprit de la série, ses références, et leur travail respectif. Court mais captivant.
Note bonus : 3/6
Image
Un sans‑faute. Du début à la fin, cette série est soignée, tenue, pensée jusque dans les moindres détails, mise en scène et éclairée de façon magistrale. Du grand art qui n'a rien à envier au cinéma. Une nouvelle référence en matière d'esthétique (malgré son aspect classique d'un premier abord), de profondeur d'image, de détail et de précision. On n'aime pas… on adore !
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Ça commence fort avec le générique sur la voix d'outre‑tombe de Robert Plant. Son titre Satan your Kingdown Must Come Down, bluesy à souhait (on est à Chicago, il ne faut pas l'oublier), colle parfaitement au thème de la série. Sans être d'une démonstration sonore torride, tout est en place, en VO comme en VF d'ailleurs. Mais nous ne saurions que trop vous conseiller la VO pour le jeu de tous ces formidables comédiens. Autre point fort : ce design sonore raffiné, qui n'hésite pas à faire le vide quand il le faut, et à tout lâcher à d'autres moments. Assumé et très bien fait pour une série qui a remplacé ses scènes d'action par de longs discours.
Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
- 14 %
370 €
316.83 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Tom Selleck - Blue Bloods
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
tom-selleck
tatiana-maslany
michael-c-hall
damian-lewis
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011