Sherlock saison 2

Année : 2012
Créateurs : Mark Gatiss, Steven Moffat
Interprètes : Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Una Stubbs, Lara Pulver, Rupert Graves, Andrew Scott
Éditeur : FTD
BD : 2 BD-50, 95' x 3, zone B
Genre : série policière, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 08/01/13
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais
Amazon
17,99 €
Tandis que Guy Ritchie s’amuse au cinéma avec ses blockbusters postmodernes et tonitruants ‑mais films d’époque‑, d’autres Anglais poursuivent leur retour aux sources du mythe créé par Sir Arthur Conan Doyle. Ce qui peut paraître paradoxal puisque l’argument de la série imaginée par Mark Gatiss et Steven Moffat (notamment auteurs pour la série Doctor Who) est justement de ramener le fin limier de Baker Street dans le Londres du XXIe siècle. Et de le faire enquêter avec tous les attributs de l’homme moderne, téléphone portable en tête, tandis que ce cher Watson (Martin Freeman, héros de la trilogie Le Hobbit de Peter Jackson), médecin fraîchement revenu d’Afghanistan, tient un blog. Élémentaire.

Après une première saison de trois épisodes qui avait su convaincre de l’intemporalité du héros, notamment grâce à l’élégance à l’ancienne de son interprète, Benedict Cumberbatch (qui a depuis séduit en masse le cinéma, de Peter Jackson à Spielberg, en passant par J.J. Abrams et Steve McQueen), voici une seconde salve toujours aussi savoureuse, novatrice sans jamais trahir l’esprit de l’œuvre de Conan Doyle.

Le premier épisode de cette seconde saison, Un scandale à Buckingham, place la barre très haut, avec l’apparition de la femme fatale Irene Adler (Lara Pulver), et une conclusion magistrale, aussi habile que touchante. Le second, Les chiens de Baskerville, se réapproprie avec ingéniosité l’histoire originelle, et le dernier, La chute du Reichenbach, promet le retour de Moriarty et un final grandiose, à mille lieues de celui de Sherlock Holmes 2, s’inspirant du même récit. Trois épisodes pour trois enquêtes à la mécanique parfaitement huilée, mais qui s’intéressent aussi en filigrane à l’évolution psychologique et émotionnelle de Holmes.

Car s’il reste un génie antipathique et misanthrope, le vernis va craquer au cours de ces trois épisodes, lentement certes, pour révéler un être attachant car inadapté. Une thématique que l’on retrouve dans bon nombre de séries contemporaines reposant sur l’ambiguïté de leurs héros. On pense ici à Dexter, Dr House et, surtout, au personnage de Sheldon Cooper dans la sitcom The Big Bang Theory, scientifique au QI stratosphérique mais handicapé en relations humaines et qui va apprendre, tant bien que mal, à manifester ses émotions. Ces nouveaux héros qui peuplent nos petites lucarnes confirment le nouvel adage en vogue : « Smart is the new sexy ». Et ce Sherlock l’est en Diable. Vite la saison 3, damned !
Laurence Mijoin-Duroche - Publié le 12/02/13
Liste des bonus
- Commentaires audio sur deux épisodes en VO uniquement
- Sherlock à découvert (19')


Commentaire
La featurette « Sherlock à découvert » permet de découvrir quelques images de tournage et des effets spéciaux, notamment pour la scène du rêve. Les commentaires audio des deux premiers épisodes en apprendront bien plus aux aficionados, à condition d'être parfaitement anglophone, puisque lesdits commentaires audio ne comportent pas de sous‑titres français.
Note bonus : 1/6
Image
Comme sur le DVD, on apprécie la belle restitution de la photographie de Fabian Wagner grâce à une colorimétrie riche en nuance et à des contrastes solides. Le recours systématique aux longues focales (occasionnant de nombreux flous d'arrière ou avant‑plan sur DVD) passe beaucoup mieux en HD. À noter aussi, une superbe précision qui révèle le grain de peau jusque dans ses moindres détails, et une réelle mise en valeur des trouvailles visuelles de la série (notamment des plans fixes tournés avec l'appareil photo reflex 5D Canon).
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Que ce soit en VO ou en VF, la bande-son ne sollicite les enceintes arrière qu'à travers la musique (et ses belles envolées). Le reste du temps, les dialogues et les effets droit/gauche sont concentrés sur la scène frontale avec une belle dynamique. Bien sûr, inutile de préciser que regarder un épisode de Sherlock en VF, et ainsi se priver de l'accent britannique des comédiens, serait un sacrilège...
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Anthony Hopkins - Westworld saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
anthony-hopkins
lucy-lawless
ken-follett
leila-bekhti
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011