Django Unchained

Année : 2012
Réalisateur : Quentin Tarantino
Interprètes : Christoph Waltz, Jamie Foxx, Leonardo DiCaprio, Kerry Washington, Samuel L. Jackson, Jonah Hill
Éditeur : SPHE
BD : BD-50, 165', zone B
Genre : western, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 16/05/13
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, anglais, arabe, danois, néerlandais, finnois, norvégien, suédois
Amazon
19,99 €
On pourrait résumer la trajectoire de Tarantino, « QT » pour les initiés, et comprendre pourquoi Django Unchained constitue non seulement son meilleur opus à ce jour, mais plus simplement un grand film américain, à un planétarium immense, rempli de constellations et de trois planètes qui viennent enfin parfaitement s’aligner : le western, l’Histoire et la vengeance.

Cela fait des lustres que Tarantino tourne autour du western, italien surtout, lui emprunte ses figures, son art de l’anamorphose, ses ballets de poussière et de sang, et toutes ses musiques : Bacalov, Nicolaï, Ortolani et Morricone, omniprésents sur la bande‑son de Django. Tarantino, plus que jamais obsédé par la trace qu’il laissera dans l’histoire du cinéma, ne pouvait que croiser la route, et le fer, avec ce genre dont André Bazin écrivit en 1954 qu’il constituait « le cinéma américain par excellence ». C’est donc chose faite et le résultat est prodigieux.

Nous sommes dans le Sud des États‑Unis, deux ans avant la guerre de Sécession. Un chasseur de primes allemand, le Dr. King Schultz (Christoph Waltz), fait l’acquisition d’un esclave, Django (Jamie Foxx), grâce auquel il croit pouvoir pister les frères Brittles. Django, lui, n’a qu’une idée en tête : retrouver Broomhilda, sa femme, séparée de lui et vendue à Calvin Candie (DiCaprio), nabab sadique et raffiné d’une plantation du Mississippi.

Rétrospectivement, Inglourious Basterds, dont on a dit (à juste titre) qu’il marquait une étape importante dans la filmographie de QT, apparaît comme une esquisse de Django Unchained, les premiers pas d’un cinéaste virtuose dans le maniement des genres et de ses motifs qui, pour la première fois, épinglait sur la grande toile de l’Histoire (la Seconde guerre mondiale) ses propres obsessions, et démontrait comment l’enthousiasme du cinéphile pouvait l’intégrer et même rectifier son cours (vaincre les Nazis par le cinéma). Surtout, Inglourious contenait un secret, la clé qui permettait de comprendre que la forêt de totems cinéphiles, à laquelle on a souvent réduit l’art séduisant de Tarantino, était archi‑peuplée, mais qu’un cinéaste la dominait, comme un phare, un modèle et un horizon. Ce cinéaste, c’est Sergio Leone. Souvenons‑nous de la séquence d’ouverture du film, sorte de coming out artistique où éclatait au grand jour sa passion pour le réalisateur d'Il était une fois la révolution.

La filiation avec le film éponyme de Sergio Corbucci (Django, 1966), et même avec Navajo Joe, fonctionne ici comme un leurre (la reprise du thème musical de Bacalov pour le générique, une apparition express de Franco Nero, et basta) et ceux qui s’attendaient à une version pulp et potache du western‑spaghetti en seront pour leurs frais. Désormais, la pop culture dialogue intelligemment avec des références nouvelles : Tarantino convoque Dumas, conspué en son temps pour sa couleur de peau, la légende des Nibelungen (avec Django, avatar noir et moderne de Siegfried) et, comme une petite vengeance personnelle à l’égard de ceux qui ont longtemps moqué sa culture fast‑food, s’attache à montrer combien la culture haute, elle, n’a jamais empêché ceux qui la détiennent de commettre les pires atrocités : la seule fois où le Dr. Schultz perd son sang‑froid et son sourire malicieux, c’est lorsque la sœur du tortionnaire Candie se permet de jouer du Beethoven.

Au fond, Inglourious Basterds est à la filmographie de Tarantino ce que Le bon, la brute et le truand était à celle de Leone (qui invitait, lui, la guerre de Sécession dans le monde clos des bounty killers), et Django Unchained serait son Il était une fois dans l’Ouest, moins la dimension mélancolique du maître italien. Car l’ampleur de Django permet à Tarantino de revisiter l’Histoire l’œil tourné vers le présent, non pas du point de ce qui s’est perdu (un rapport entre les hommes d’avant la Loi : Peckinpah ou Henry Fonda dans L’Ouest), mais comme une dynamique intemporelle et critique : après le Boss Nigger Django, Rosa Parks, Malcom X et Obama.

Tarantino n’est pas Ken Loach et sait combien cette période taboue de l’Histoire ne peut se résumer à un antagonisme binaire entre de gentils Noirs et d’horribles Blancs. Ainsi, son film évite surtout toute forme de manichéisme et aborde la question de l’esclavage, ou plus précisément de l’émancipation, dans sa complexité, y compris dans ce qu’une partie de la communauté noire américaine ne veut plus, ou ne peut plus, entendre (Samuel Jackson, génial, dans le rôle du valet noir lâche et collabo), à l’image de Spike Lee, outré par le nombre de fois où le mot « nigger » est prononcé dans le film (par les Blancs et par les Noirs : une réalité de l’époque).

Certes, Django Unchained contient son petit lot de moments qu’on qualifiera de réjouissants où s’entremêlent le pur plaisir esthétique de l’œil (massacre final écarlate et chaotique façon La horde sauvage) et un sens inouï du rythme (longues séquences dialoguées et éclats brutaux de violence gore), mais il apparaît comme la version décantée d'Inglourious, débarrassée de ses tics, à commencer par son récit, d’une linéarité toute classique, qui rompt avec l’éclatement un peu tape‑à‑l’œil de ses précédents films.

C’est donc un double affranchissement que filme Tarantino, celui de son esclave, bien sûr, qui mettra 2h45 à devenir un « free man » dans une Amérique esclavagiste qui va bientôt donner naissance au KKK (formidable séquence des cagoules mal taillées), et le sien, comme si Reservoir Dogs, Pulp Fiction et autre Kill Bill n’avaient été que les chrysalides de ce monument classique.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 29/04/13
Liste des bonus
- Focus sur les cascades et le travail avec les chevaux (14')
- Les costumes de Sharen Davis (12')
- Hommage au directeur artistique J. Michael Riva décédé pendant le tournage (13')
- BO et spot promo (1')
- Promo pour un coffret Collector réunissant les films de QT (1')


Commentaire
Ce n'est pas l'interactivité du siècle, ni même du mois, mais on en apprendra un peu plus sur le tournage des cascades et le travail des dresseurs de chevaux, passionnés par les équidés et le cinéma de père en fils (depuis Leone en fait). Tarantino a veillé comme à la prunelle de ses yeux sur les animaux du film qui, faut‑il le rappeler, ne sont pas sur les plateaux de tournage de leur plein gré (contrairement aux acteurs). On apprend aussi que Jamie Foxx monte son propre cheval, entraîné pour l'occasion.

Le petit sujet sur les costumes est un hommage à Sharen Davis, qui a opéré un travail remarquable. Tout comme le regretté J. Michael Riva, grand directeur artistique disparu pendant le tournage.
Note bonus : 3/6
Image
Quelle photographie ! À la fois froide, puis chaude, hype‑référentielle, chargée en contraste, stylisée mais pas trop, bourrée de détails, ample mais jamais toc, voici une grande leçon de magie signée par Quentin Tarantino.

Zooms aussi secs que des coups de feu, quelques effets de manche typiques QT (les lettres jaunes type western défilant dans le sens inverse du mouvement à l'image), couchers de soleil majestueux, fureur sanguinaire dans les champs immaculés de coton, reconstitution historique sur les lieux mêmes de la grande Histoire : difficile de trouver le détail qui cloche. Quelques mots se précipitent : maîtrise, puissance, ampleur, aisance.

Ce Blu-Ray reflète donc avec l'art et la manière le travail de tous les corps de métier ayant opéré sur le film, du chef déco en passant par les costumes et la vision géniale de l'auteur. Les scènes sombres sont à tomber, les images décadrées très efficaces, la netteté inégalée, les contrastes boostés. Un festival de coups de cœur qui ne nous tirent jamais hors du film. C'est même tout l'inverse.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Comme toujours dans les films de Tarantino, la bande originale joue un rôle majeur. Et celle de Django vous restera longtemps dans la tête une fois le film terminé, notamment les thèmes hommages à Leone, mais aussi le plus récent Who Did That To You (Call the Police) de John Legend, plutôt chargé en basses. Bien distribuées sur les six enceintes, les musiques ponctuent magistralement le récit. Mais le reste de la bande‑son est aussi soigné que le choix de l'ambiance musicale.

Sans jouer la carte du spectaculaire à outrance, Tarantino offre toutefois quelques séquences magistrales d'effets acoustiques parfaitement localisés aux quatre coins de la pièce, comme autant de moments de furie sonore. Le tout avec un caisson de basses qui manifeste sa présence fermement.

On apprécie aussi la multitude de détails de cette piste audio riche en bruits organiques, plongeant le spectateur naturellement au cœur de l'action. Bref, beaucoup d'authenticité et de fraîcheur en VO, que la VF n'arrive pas à concurrencer, la faute à des voix moins bien intégrées et à un jeu des acteurs forcément plus plat.
Top son : aucun
Note son : 6/6


PLANNING
BLUHD 22/11/19 Le roi lion
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Mads Mikkelsen - Hannibal saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
mads-mikkelsen
melissa-george
fabrice-gobert
leila-bekhti
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011