Spring Breakers

Année : 2012
Réalisateur : Harmony Korine
Interprètes : James Franco, Vanessa Hudgens, Selena Gomez, Ashley Benson, Rachel Korine
Éditeur : TF1 Vidéo
BD : BD-50, 93', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 10/07/13
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, français pour sourds et malentendants
22,99 €
Amazon.fr
On avait perdu de vue Harmony Korine et le voilà qui revient, avec un film fracassant, aussi peu aimable que fascinant, et surtout, violemment à l’heure de notre époque (lorsque tant de films, à peine sortis, datent déjà d’hier).

Débuts fracassants avec le scénario du Kids de Larry Clark en 1995, puis réalisateur du génial Gummo deux ans plus tard, qui lui valut l’étiquette de cinéaste indépendant fasciné par le trash et la bêtise de ses contemporains (plutôt de Nashville, la ville dont il est natif et qu’il a récemment filmée dans Trash Humpers, inédit en France), Korine retravaille pour Larry Clark en 2002 (Ken Park) et signe Mister Lonely, en 2007, tentative arty ratée.

Avec Spring Breakers, Korine quitte enfin son territoire naturel ‑cette Amérique blanche, WASP, sale, imbécile et désœuvrée qu’il décrit depuis presque vingt ans‑ pour le soleil orangé de la Floride, au moment du Springbreak, fête printanière où se ruent des centaines de milliers d’étudiants yankee en quête d’un gigantesque rêve (ou cauchemar) éthylique et partouzard.

Qui n’a pas déjà vu ces images de bimbos en bikini, se trémoussant au ralenti sur des plages bondées, et ces grappes de cacous bronzés, tout pectoraux sortis, verser de la bière sur des jeunes filles aux poses lascives, en hurlant des « yeah », comme s’il s’agissait du nec plus ultra de la branchitude, le genre de pensées dignes de celles qui devaient traverser les primates filmés par Kubrick au début de son 2001 ?

C’est de là que part Spring Breakers, formidable séquence d’ouverture qui condense en quelques minutes techno et fluo cette esthétique clinquante et vulgaire, devenue langage commun d’une quantité industrielle de pubs, de clips de R’n’B et de rap, et d’émissions de téléréalité. À quelques kilomètres de là, quatre jeunes filles rêvent de participer, elles aussi, à cette grand‑messe contemporaine et braquent un diner afin de réunir les dollars qui leur permettront d’accéder enfin au paradis artificiel du Springbreak.

Après une première partie qui recycle tous les codes du genre façon Projet X (mais flanqué d’un montage virtuose), le film change subtilement de direction lorsqu’un caïd local (James Franco, très bon), monstre grotesque à mi‑chemin de Tony Montana (Scarface) et des gros bras du rap black, sauve nos quatre ingénues d’un mauvais coup, et les transforme en walkyries du crime.

Le dépucelage littéral que Korine fait subir ici aux ex‑héroïnes proprettes de High School Musical (Selena Gomez, Vanessa Hudgens…), série à succès de la firme Disney, elle aussi toute fluo et peuplée de poupées Barbie, n’est qu’un leurre brillant si l’on considère que la sitcom, avec ses messages idiots, ses personnages benêts et sa pauvreté visuelle et narrative, n’est que la version soft ‑mais tout aussi polluante et idiote‑ de cette fête annuelle qui condense, sous la forme extatique d’une soupape nécessaire, une époque fascinée par le fun et le rien.

Avec Spring Breakers, Korine se branche à merveille, et avec intelligence, sur l’humeur et la folie absurdes de notre société de consommation, fascinée par la surface et l’idiotie ‑ce qui explique au passage le succès conjoint du Springbreak (et de MTV, NRJ and Co) et des zombies, deux formes d’hyperdétermination auxquelles manque tout simplement une visée.

Et le film se retrouve tout naturellement contaminé par cette bêtise ambiante, fait brillamment corps avec elle, se plaçant à la hauteur du néant politique et culturel qu’il entend décrire et qui ‑il faut le reconnaître‑ possède aussi cette puissance de fascination que suscitent ceux prêts à tout, mais pour ne rien accomplir. Ici, sexe, drogue mais pas de rock’n’roll, plutôt du « fun », tant la visée politique est dramatiquement absente du Springbreak.

Comment est‑on passé de Woodstock à ça ? Comment les utopies, mêmes naïves, des années 60 et 70, ont‑elles pu déboucher sur une société où sa jeunesse ne rêve que de zombies et de bikinis fluo ?
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 27/06/13
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire
Fort surprenant et dommage.
Note bonus : 0/6
Image
Évidemment, Harmony Korine n'a pas voulu faire du beau (hormis quelques plans captés sur une plage de Miami désertée soleil couchant), mais du vrai, du laid, du glauque, du rien. Nos petites délinquantes et bientôt meurtrières en bikini ont tous les atours des bimbos locales, mais en y regardant de plus près, leur crasse empeste presque à travers l'écran, leurs pieds sales, leurs ongles abimés et leurs cheveux en bataille ne prédisent rien de bon. Car c'est bien une plongée au cœur du néant à laquelle on assiste, littéralement pétrifiés.

Les partis pris esthétiques de Korine se tiennent de bout en bout. Et de la laideur naît un graphisme pop fait de couleurs fluo, de couchers de soleil de carte postale et de scènes ultra‑kitsh mais puissantes (la leçon de piano façon Alien). Une réussite totale qui allie fond et forme.

Cela dit, pas sûr que sans la HD, l'image fasse un carton plein au niveau des contrastes et de la gestion des nombreuses scènes sombres.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
C'est la bande‑son de l'été qui va décrasser les enceintes. Salves de basses, bombardement d'infragraves, nappes électro signées Cliff Martinez (Californication, Drive), la maison se transforme en véritable boîte de nuit. Un vrai design sonore encore plus impactant en VF (débit supérieur oblige). Mais la VO se montre beaucoup plus naturelle, constante (moins de variations d'amplitude d'une scène à l'autre). Attention, il ne s'agit pas d'un blockbuster gonflé aux hormones, mais d'une plongée en plein cauchemar, particulièrement bien illustrée aussi du côté de la bande‑son.
Top son : aucun
Note son : 6/6


PLANNING
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
tatiana-maslany
poppy-montgomery
lucky-mckee
eric-rochant
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Canon EF - Objectif - 50 mm - f/1.8 II - Canon EF - pour EOS 1000... - Nikon Speedlight SB-22 - Flash - OLYMPUS Viseur VF4 - Canon EOS 100 - Nikon D3100 Reflex 14.2 Mpix - Objectif AF-S VR DX 18-55 mm - Sigma Art - Objectif - 30 mm - f/2.8 DN - Sony E-mount - Sony Cyber-shot DSC-R1 - Lowepro Flipside 200 - Sac à dos appareil photo - noir - Disque Sacoche Sac à dos pour gros Phantom 3 Quadcopter Noir - Minolta SrT 101 avec objectif - Pentax 06 - Téléobjectif zoom - 15 mm - 45 mm - f/2.8 - pour Pent... - Canon EF - Objectif grand angle - 35 mm - f/2.0 IS USM - Canon EF - 7 Artisans -Fish-eye 7,5mmf2,8 monture M4/3 Olympus-Panasonic - Canon PowerShot SX620 HS Noir - JVC GY-HM100 - Camescope Pro HD - Monoculaire Longue Vue 7x18 / Monocular Vision Jumelles - Sony Handycam DCR-SR32E - Caméscope - mode écran large - 800 KP -... - Téléconvertisseur Tamron TC-X14 pour monture NIKON - Hanimex Disc 120 - Cache objectif, cache de protection pour objectif Lens Cap 58mm 5... -