Warm Bodies Renaissance

Warm Bodies
Année : 2013
Réalisateur : Jonathan Levine
Interprètes : Nicholas Hoult, John Malkovich, Teresa Palmer, Analeigh Tipton, Rob Corddry, Dave Franco
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 97', toutes zones
Genre : comédie horrifique, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scenes peuvent choquer)
Sortie : 24/07/13
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Anglais DTS-HD Master Audio 7.1
Sous-titres
Français, français sourds et malentendants
Amazon
24,99 €
Dans un monde post‑apocalyptique, les humains vivent en autarcie, à l’abri des assauts de morts vivants toujours plus nombreux et affamés. Pourtant, lors d’une expédition qui tourne mal, Julie (Teresa Palmer) est sauvée de justesse par un jeune zombie (Nicholas Hoult), qu’elle surnommera « R ». Il l’emmène dans son domaine et, contre toute attente, commence à éprouver des sentiments, complètement proscrits par sa condition de cadavre ambulant. Ensemble, ils vont tout mettre en œuvre pour prouver que l’armée des morts a changé et revient peu à peu à la vie.

Si la mythologie du vampire distille sa sève glam et sexy dans des produits pro‑Young Adult (Twilight, Vampire Diaries), le zombie éprouve davantage de difficultés à s’offrir sa part d’élégance, et pour cause : absence totale d’affect, borborygmes faisant office de langage, démarche brinquebalante et sérieux problèmes épidermiques.

Jonathan Levine (All the Boys Love Mandy Lane, 50/50) s’empare précisément de cette contrainte pour réinventer (voire relifter) la figure déliquescente que nous connaissons bien. Les monologues de R marquent aussi bien une distance naïve quant à sa nature zombifère, qu’une amorce de conscience, en passe de se propager.

La romcom, pourvue d’une irrésistible bande originale (Bruce Springsteen, Bob Dylan, Bon Iver…), cite la tragédie de Shakespeare (R, comme Roméo, soupirant au balcon de Julie) et bifurque aussitôt vers les miracles enchantés des contes de fées, dès lors que le paria monstrueux et son clan finissent par rejoindre la norme. Tout est bien qui finit bien.
Carole Lépinay - Publié le 12/07/13
Liste des bonus
- Commentaires audio du réalisateur Jonathan Levine, de l'acteur Nicholas Hoult et de l'actrice Teresa Palmer
- Du livre au film (10')
- R et J, préparation au tournage (16')
- Bêtisier (5')
- Scènes coupées commentées par le réalisateur (11')
- Casting (17')
- Conseils de jeu pour les zombies avec le très drôle Rob Corddry (5')
- La transformation en zombies : maquillage (10')
- Images personnelles du tournage de Teresea Palmer (12')
- Focus sur les lieux de tournage (15')
- Armes et cascades (10')
- Attention aux osseux (7')
- Bande-annonce
- DVD du film


Commentaire
Wahou… Voilà un éditeur qui croit à son film, et qui a raison de mettre le paquet. Tous les bonus ne sont pas du même niveau et cinématographiquement très parlant, mais quelques modules se laissent volontiers voir. On pense notamment à la séquence humoristique de Rob Corddry, ou encore au point de vue du réalisateur sur ses scènes coupées. D'autres sections plairont davantage aux ados, à qui s'adresse en priorité ce film. Les images personnelles du tournage de la jolie comédienne Teresea Palmer par exemple.
Note bonus : 4/6
Image
Les effets spéciaux ne resteront pas dans les annales (même un peu cheap parfois), ni même le look du film, mais les maquillages très réussis suffisent à faire la blague. La HD, pas vraiment d'un apport crucial, parvient toutefois à donner de la hauteur à cette photographie verdâtre aussi sexy qu'un zombie décomposé. Quoi qu'il en soit, techniquement, la lisibilité est toujours de mise et les défauts vraiment peu nombreux.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
C'est en VO 7.1 que la scène sonore virevolte dans la pièce, avec des surrounds back très actives et un caisson de basses littéralement à bloc. Ce dernier fait aussi bien en VF, mais les doublages français très juvéniles plombent vraiment le film. Sans compter ce peps qu'on ne retrouve pas, cette énergie symptomatique du 7.1. Tout sonne donc mieux en 7.1 : les voix, la musique très pêchue, les détails sonores et les riches ambiances.
Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
DVD 18/09/19 Cujo
BLU 18/09/19 Cujo
BLUHD 18/09/19 Christine
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
nic-pizzolatto
joel-schumacher
damian-lewis
sophie-turner
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011