Mud

Année : 2012
Réalisateur : Jeff Nichols
Interprètes : Matthew McConaughey, Tye Sherida, Jacob Lofland, Reese Witherspoon, Sam Shepard, Michael Shannon
Éditeur : FTD
BD : BD-50, 124', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 04/09/13
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
24,99 €
« Je me rappelle encore la solennité du crépuscule et le mystère des bois profonds, les odeurs terreuses, le parfum discret des fleurs sauvages, le luisant du feuillage lavé par la pluie (…), les créatures sauvages que l’on dérangeait et que l’on apercevait brièvement quand elles détalaient dans l’herbe, je me rappelle encore tout cela et je peux le rendre aussi réel qu’autrefois, et avec tout autant de bonheur ».

Ces quelques lignes, extraites de l’autobiographie de Mark Twain se remémorant sa jeunesse dans un bled paumé au bord du Mississippi, pourraient servir à planter le décor du troisième film de Jeff Nichols (Shotgun Stories, Take Shelter), Mud, ou plutôt à saisir l’atmosphère de ce conte initiatique qui se déroule lui aussi au bord de ce fleuve au rythme alangui.

Là, vit Ellis, 14 ans, des problèmes pleins les bottes (des parents au bord du divorce, une région sinistrée par la crise), mais des désirs d’aventures plein la tête. Un jour, au cours d’une (petite) épopée, lui et son meilleur ami Neckbone découvrent une île déserte, plantée au milieu du fleuve, et font la connaissance de Mud, un dur à cuir tatoué reclus à l’intérieur d’un bateau perché au sommet d’un arbre. Avec sa chemise porte‑bonheur, sa conception de l’amour pur (il est là pour retrouver la femme de sa vie), ses histoires « bigger than life » et les empreintes en forme de croix que ses bottes cloutées laissent dans le sable, Mud, génialement interprété par Matthew McConaughey (déjà sensationnel dans Killer Joe), incarne la réserve d’imaginaire dont Ellis et Neckbone rêvaient secrètement, l’étrange figure de mentor qui permettra à ces deux gamins débrouillards de passer de la rive magique de l’enfance à celle, plus problématique, de l’adolescence avec ses premières désobéissances, ses fugues secrètes et ses premiers revers amoureux.

Nichols ne cache pas ses propres figures tutélaires ‑Un monde parfait d’Eastwood, le Carpenter de Starman, Mark Twain, John Sayles mais aussi E.T dont il pourrait être un remake caché‑, mais navigue au milieu d’elles avec une assurance toute classique qui tranche avec l’essentiel de ce que produit le cinéma américain contemporain.

Chez Nichols, pas la moindre trace de cynisme, d’ironie, de second degré, de jeu avec les références, mais le désir de remettre la croyance au centre de l’expérience cinématographique (c’est son côté ado) et comme moteur central de ses personnages, tous hantés par le sentiment d’un monde qui les étouffe (Take Shelter) ou les pourchasse (Mud et Ellis). Certes, on pourra reprocher au film un excès d’écriture, dans sa manière de vouloir à tout prix nouer entre eux tous les fils tissés par l’histoire, l’évidence de ses métaphores aussi, posées par les dialogues et/ou les situations. C’est que Mud se situe dans le contrechamp exact de Take Shelter (son antidote ?) qui s’enfonçait progressivement dans le mystère et l’inquiétude. Ici, à mesure que le film avance, le monde, celui des adultes, gagne en clarté ce qu’il perd sans doute en fascination.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 20/09/13
Liste des bonus
- Making of (16')
- Bande-annonce


Commentaire
Saucissonnée de petits entretiens avec le casting, le réalisateur et les coproducteurs. Avec un focus tout particulier sur le casting des deux enfants, Tye Sherida (The Tree of Life) et Jacob Lofland (un gamin du cru).
Note bonus : 2/6
Image
On attendait un vrai parti pris esthétique et nous l'avons eu. Volontiers naturaliste, la photographie de ce film qui prend son temps délivre des images solaires parfaitement maîtrisées, solidement contrastées et totalement dénuées de défaut. Une immersion mélancolique au cœur des bayous, au fil de l'eau.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Tout est ici question d'ambiance. Très peu d'effets Surround à noter, mais une atmosphère planante, presque lancinante et une épure qui nous immerge sur les rives du Mississippi. Le tout porté par la musique signée David Perkins et quelques basses bien placées. Avec son débit légèrement supérieur, la VF propose des voix plus (trop ?) présentes et s'impose davantage dans la pièce, mais la VO a pour elle l'équilibre et le charme des comédiens.
Top son : aucun
Note son : 4/6


Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
- 33 %
20 €
13.29 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Victor Matsuda - Vice-président Blu-Ray Group Sony et de la BDA (Blu-Ray Disc Association)
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
victor-matsuda
fabrice-gobert
stefano-sollima
lucy-lawless
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011