Mama

Année : 2012
Réalisateur : Andres Muschietti
Interprètes : Jessica Chastain, Nikolaj Coster-Waldau, Megan Charpentier
Éditeur : Universal
BD : BD-50, 100', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 01/10/13
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Espagnol DTS 5.1
Piste Audiodescriptive en anglais
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, espagnol, italien, danois, suédois, hollandais, norvégien, finnois, portugais, arabe, hollandais, coréen
Amazon
19,99 €
La petite histoire d’Andres Muschietti ressemble à un conte de fées. En 2008, cet Argentin passionné de cinéma dessine des story‑boards et enchaîne des courts métrages fauchés qu’il met sur le net. Par chance, l’un d’entre eux, Mama, attire l’attention de Guillermo Del Toro, le pape contemporain du cinéma fantastique espagnol (Le labyrinthe de Pan) qui, depuis Hellboy, possède aussi ses entrées à Hollywood. Del Toro propose alors à Muschietti de développer son essai sous la forme d’un long métrage et convainc Jessica Chastain, meilleure actrice américaine du moment (Zero Dark Thirty, The Tree of Life), d’interpréter le rôle principal. Idée maligne qui a permis à Mama, du moins aux États‑Unis où le film a cartonné, de toucher un public plus large que celui des aficionados du genre.

De quoi s’agit‑il ? Sur la forme, d’une énième variation du film de spectres, un mélofantôme dont les cinéastes ibériques, après un détour par la case nippone (Ring et consorts), font depuis dix ans leur miel. Peur et pleurs donc.

Sur le fond, Mama, c’est la rencontre du mythe de l’enfant sauvage et de cette mauvaise mère chère à Freud : après cinq années de recherches, Lucas retrouve enfin dans une forêt ses deux nièces disparues, que son frère, juste avant de suicider, avait laissées au fond d’une cabane digne de celle de Evil Dead. Entre‑temps, les deux sœurs sont devenues des enfants sauvages qui rampent, dévorent des insectes et lâchent des borborygmes inquiétants, ce qui n’empêche pas Lucas, filiation oblige, et sa compagne, Annabel (Chastain), de les recueillir sous leur toit. Mais très vite, les deux fillettes invoquent une étrange entité protectrice du nom de « Mama », qui voit d’un mauvais œil l’arrivée d’une deuxième mère possible.

Passés le film de fantômes dont Muschietti respecte tous les codes (longs cheveux ébènes de la Mama, apparitions choc ponctuées de déflagrations sonores, demeure labyrinthique, personnages secondaires qui servent de fusibles au récit, final ampoulé et grotesque…) et les emprunts multiples aux récents Esther et Insidious (le Mal vient provient aussi de l’enfant : sans doute l’hypothèse terrifiante que le film aurait dû emprunter), c’est le côté puritain du récit, l’air de rien, qui frappe.

Sous ses aspects de ghost movie classique, Mama décrit en effet la conversion forcée d’une femme indépendante et rockeuse (tatouage + guitare basse = mauvais signe pour Annabel) qui a décidé de ne pas avoir d’enfant. On la voit au début du film se réjouir d’un test de grossesse négatif, mais cette joie sera de courte durée puisque, comme une punition, deux sœurs des bois vont faire irruption dans sa vie et la contraindre à : 1. Laisser tomber son groupe gothico‑rock. 2. Devenir une bonne mère. Au foyer.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 08/10/13
Liste des bonus
- Six scènes coupées avec le commentaire audio optionnel du réalisateur
- Le court métrage original d'Andrés Muschietti avec une présentation de Guillermo Del Toro et les commentaires audio du réalisateur et de sa co‑scénariste
- Making of (9')
- Making of des effets spéciaux (6')
- Commentaires audio du réalisateur et de sa co‑scénariste et productrice, qui est aussi sa sœur


Commentaire
Une excellente interactivité dont il faudra se délecter après avoir vu le film, notamment le court métrage original qui a séduit Guillermo Del Toro et a permis au film de voir le jour.
Note bonus : 4/6
Image
Il y a un incontestable savoir‑faire technique et visuel dans ce petit film d'horreur d'obédience fantastique. L'ambiance est joliment façonnée avec des lumières économes, des décors glauques, des couleurs décharnées et une atmosphère constamment lugubre. Ce qui n'empêche pas la définition d'être maîtrisée et les contrastes secs. Le rendu est en tout cas irréprochable sur ce Blu-Ray, mais attendez‑vous à une ambiance sombre, très sombre même.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
La bande‑son est excellentissime, elle aussi. Entre la musique tendue comme une arbalète signée Fernando Velazquez (Babycall, L'orphelinat, The Impossible), les créations acoustiques inattendues qui vous soulèvent du fauteuil, les basses d'une générosité et d'une violence inouïes qui vous font faire des bonds, les canaux surround en activité permanente dès que les deux filles apparaissent à l'écran, les innombrables grondements signalant la fameuse présence fantomatique et la dynamique générale, le spectacle acoustique est ébouriffant. Et terrifiant ! Surtout sur la VO DTS-HD MA 5.1 un peu plus précise, mieux découpée et plus massive que la VF DTS 5.1 déjà sacrément costaude.
Top son : aucun
Note son : 6/6


PLANNING
BLU 19/11/19 Coffret Fellini
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Liam Neeson - Taken 2
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
liam-neeson
sophie-turner
rotem-shamir
tom-selleck
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011