Wall-E

Année : 2008
Réalisateur : Andrew Stanton
Interprètes : Philippe Bozo, Marie-Eugénie Maréchal, Emmanuel Jacomy (voix-off)
Éditeur : BVHE
BD : 2 BD-50, 98', zone B
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 30/01/09
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-ES Matrix 6.1
Anglais DTS-HD Master Audio 6.1
Hollandais DTS-ES Matrix 6.1
Flamand Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour malentendants, néerlandais
Amazon
19,99 €
Sur une Terre qui n'est plus qu'une immense décharge baignant dans son jus sous un soleil voilé, Wall-E, le petit robot, ramasse, entasse et compacte tous les déchets abandonnés dans sa fuite par l'Humanité. Seul au milieu de tas d'immondices métalliques, avec comme unique compagnie celle d'un cafard, Wall-E voit son quotidien bouleversé par l'arrivée d'un autre robot : Eve. Une « robote » envoyée sur Terre par une colonie humaine errant dans l'espace afin d'y repérer d'éventuelles traces de vie. Wall-E va immédiatement tomber sous le charme de ce droïde au regard bleu azur.

Avec ses grands yeux façon E.T., ses gimmicks vocaux attachants et sa gentillesse, Wall-E met immédiatement les spectateurs dans sa poche. D'autant que, visuellement, les décors dans lesquels il évolue s'avèrent particulièrement créatifs.

Puis virage à 180 degrés. Eve apparaît. Le dessin animé tourne alors à la romance délicieusement rétro avec juste ce qu'il faut de musique et de gags pour séduire un public multigénérationnel. Mais lorsque Eve est relevée de ses fonctions, repart dans l'espace et que Wall-E lui emboîte les réacteurs, le film change une fois (de trop ?) de braquet.

L'originalité de la première partie cède alors la place à un récit de science-fiction beaucoup plus convenu où les humains (des êtres obèses qui ne savent plus utiliser leurs jambes et qui vivent allongés) occupent le premier plan, et où le Bien tente de triompher du Mal.

Malgré ce petit bémol, cette délicieuse romance reste un pur moment de bonheur aux vertus écologiques rafraîchissantes.
Jean-François Lefèvre - Publié le 26/02/09
Liste des bonus
- Mode de visionnage Ciné-Explore avec le commentaire audio (doublé en VF) du réalisateur et diverses informations en PIP
- Mode de visionnage Fan Absolu avec les commentaires audio-vidéo de l'équipe du film, en PIP toujours
- Deux courts métrages : Presto et Burn-E (avec ou sans story-board incrusté à l'écran pour ce dernier)
- Présentation de Wall-E (5')
- Zoom sur les différents modèles de robots et jeu interactif
- Quatre anciens jeux d'Arcade
- Fiches signalétiques des robots du film
- Scènes coupées présentées par le réalisateur
- Sujet sur le design et l'esthétique générale (14')
- Gros plan sur le développement des personnages humains du film (8')
- Focus sur la musique (11')
- Analyse du réalisateur sur une des premières scènes du long métrage (5')
- Sujet sur la création des robots (6')
- Reportage sur Wall-E et Eve (7')
- Visite virtuelle 3D des décors du film
- Spots publicitaires (9')
- Documentaire sur l'histoire de Pixar (88')
- Galeries de visuels
- Bandes-annonces
- Bonus cachés


Commentaire
Beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses ! Cinq bonnes heures sont nécessaires pour faire le tour de la question... Une rareté !
Note bonus : 6/6
Image
Un régal, comme prévu. Avec un niveau de détail époustouflant, une profondeur et une envergure vertigineuses sur tous les plans larges, cette image Blu-Ray relègue celle du DVD à des années-lumière. Ce n'est pas Cars, mais on n'est vraiment pas loin.
Top image : 4'00 (la Terre n'est plus qu'une immense décharge), 12'10 (une blatte plus vraie que nature), 29'21 (Waouh ! C'est splendide !)
Note image : 6/6
Son
Comme sur l'édition DVD, on savoure l'originalité de la bande-son, ses nombreuses ambiances musicales, ses atmosphères spatiales, sa circulation d'effets arrière, avec cette fois-ci l'énergie et la vigueur en plus. Celles de pistes DTS armées pour assurer le spectacle. La VO DTS-HD MA 6.1 est évidemment la mieux balancée, la plus percutante au niveau des basses et des effets. La VF DTS-ES Matrix 6.1 (1,5 Mbps) fait aussi un tabac et propose une activité multicanale très soutenue. Extra ! Carton plein.
Top son : 12'05 (une journée de travail), 33'30 (Wall-E s'accroche à Eve), 54'44 (la folle troupe de robots), 58'47 (Wall-E supersonique)
Note son : 6/6


PLANNING
DVD 26/02/20 Hors normes
BLU 26/02/20 Hors normes
BLUHD 28/02/20 Parasite
DVD 25/03/24 Design Vol.5
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Lucy Lawless - Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
lucy-lawless
justin-theroux
florent-siri
francois-charles-bideaux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011