Dallas Buyers Club

Année : 2014
Réalisateur : Jean-Marc Vallée
Interprètes : Matthew McConaughey, Jared Leto, Jennifer Garner, Steve Zahn, Michael O'Neil
Éditeur : TF1 Vidéo
BD : BD-50, 112', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 04/06/14
Prix ind. : 20,06 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
22,99 €
1986, Dallas. Ron Woodroof, fan de rodéo et tombeur compulsif, vit de son métier d'électricien et de petites arnaques. Une analyse sanguine révèle qu'il a le sida et plus que trente jours à vivre. Refusant la fatalité, Woodroof rejette le traitement officiel, l'AZT, encore en essai clinique. Avec l'aide d'un autre malade, Rayon, il approche la communauté gay qu'il méprise et se lance dans la contrebande de médicaments efficaces mais non autorisés en provenance du Mexique. Pour contourner la loi, Ron crée un « club » d'achat : le Dallas Buyers Club.

Réalisé dans des conditions commando ‑25 jours chrono‑ ce récit basé sur une histoire vraie repose presque exclusivement sur les épaules Matthew McConaughey (Ron) et Jared Leto (Rayon). Les deux acteurs s'y donnent, au sens propre, corps et âme avec une implication, un sens du détail, du geste et de la nuance proprement éblouissants. Ils ne jouent pas Ron et Rayon. Ils sont.

Ce dévouement quasi-fanatique au récit, les deux acteurs l'ont puisé dans leur personnage. McConaughey y incarne un beauf raciste et homophobe, un individu odieux qui se découvre au moment paradoxal où on lui apprend sa fin prochaine. Personnage complexe et franchement déplaisant, Ron n'a pas de circonstances atténuantes : il fait juste partie de cette légion d'anonymes qui ont des possibilités énormes mais qui n'en font rien ou si peu, par paresse. Désormais pris par le temps, pourchassé par la maladie, Ron est contraint de courir. Fini de traîner, il faut vivre, trouver des échappatoires, des solutions maintenant et tout de suite. Et, peut-être, au bout du chemin, cesser de se contempler le nombril. McConaughey a très justement reçu un doublé rare de récompenses pour ce rôle : Golden Globe et Oscar !

De l'autre côté, Rayon, personne fine, délicate et délicieuse qui ne peut pas, ou ne veut pas, stopper la spirale auto‑destructrice dans laquelle son histoire personnelle et familiale l'a placé. McConaughey et Leto, deux Stradivarius, mêlent leur musique avec délicatesse, sans maniérisme. Entre Ron et Rayon, il n'y aura pas de miracle, pas d'amour, peut‑être un semblant d'amitié, sûrement du respect ‑la richesse de leur relation et la sophistication extrême du jeu des deux acteurs sont telles, que le spectateur doit rester littéralement rivé à leur regard pour percevoir les infinies nuances délivrées‑.

Avec ces deux instrumentistes d'exception, le réalisateur Jean-Marc Vallée, qui a porté tout le projet malgré d'infinies tracasseries financières, réussit l'essentiel : dépeindre deux hommes de chair, filmer une course contre le temps, en préserver un peu pour l'ironie et dessiner aussi la sinistre silhouette d'une période, pas si lointaine, où le sida était considéré comme une « maladie d'homos ».

Son récit, bien rythmé, filmé avec une sécheresse inspirée, trébuche parfois (passages en voix off inutiles, le personnage de Jennifer Garner de médiocre facture), mais court avec une fièvre de vie et une absence de pathos qui emportent l'adhésion.
Paco Altura - Publié le 04/06/14
Liste des bonus
- Making of (15')
- Scènes coupées (4')


Commentaire
Peu de choses à se mettre sous la dent et c'est bien dommage tant la création du film tient du miracle (le principal financier s'est désisté au dernier moment). Le making of (VOST) qui n'en est pas un, garde un intérêt certain puisque les deux acteurs (McConaughey et Leto) évoquent avec beaucoup de passion leur vision de leur personnage et leur psychologie.

Les scènes coupées (il y en a trois) sont plus anecdotiques mais valent le déplacement : pas bien écrites ou chargées de trop de pathos, elles permettent de comprendre un peu mieux le travail de dépouillement réalisé par Jean-Marc Vallée.
Note bonus : 3/6
Image
Le Blu-Ray propose une image vintage aux couleurs légèrement désaturées, mais à la définition exemplaire et à la luminosité bluffante. Un retour efficace dans les années 80 avec un Matthew McConaughey très amaigri et méconnaissable.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Comme sur le DVD, la bande‑son reste sage et essentiellement frontale. Peu d'ambiance, peu de musique, c'est assez chiche sur le plan sonore. Les canaux Surround ne sont utilisés qu'en de trop rares occasions. Et c'est la même rengaine en VO et en VF.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
nic-pizzolatto
anthony-hopkins
martin-scorsese
jesse-tyler-ferguson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011