Saint Laurent

Année : 2014
Réalisateur : Bertrand Bonello
Interprètes : Gaspard Ulliel, Jérémie Rénier, Louis Garrel, Léa Seydoux, Aymeline Valade, Amira Casar
Éditeur : Europa
BD : BD-50, 150', zone B
Genre : biopic, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 28/01/15
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
15,99 €
Paris, 1957. À seulement 21 ans, Yves Saint Laurent (Gaspard Ulliel, formidable) assure la direction artistique de la prestigieuse maison Christian Dior, décédé prématurément. Son premier défilé amorce les prémisses d’un talent qui bousculera à jamais les conventions figées de la haute couture. Avec Pierre Bergé (Jérémie Rénier), son compagnon jusqu’à la mort, il ouvre sa propre maison de couture.

Aux antipodes du biopic plus académique de Jalil Lespert sorti peu de temps auparavant et plus ou moins approuvé par Pierre Bergé, le Saint Laurent de Bertrand Bonello (L’Apollonide, Le pornographe) choisit la décennie qui précède au désenchantement. 1967‑1976 : catapulté au sommet de sa carrière alors qu’il n’a même pas 30 ans, Saint Laurent, monomaniaque, introverti, hermétique à l’ordinaire, souffre d’un désir boulimique de création qui le pousse dans les affres de la subversion.

Certes, le prince délicat de la mode a introduit le tailleur masculin et les premiers mannequins de couleur, mais Bonello s’empare du champ créatif ‑les défilés ovationnés, l’atelier de confection illuminé‑ comme d’un rempart anecdotique à l’autre dimension du créateur, ténébreuse et secrète. Sa rencontre avec son amant viscontien Jacques de Bascher (Louis Garrel) l’enchaînera douloureusement à ses démons intérieurs. La brillante séquence melvillienne, dans laquelle un nid de serpents s’enroule autour de son corps alangui, expose aussi bien sa décadence christique qu’elle n’érige sa nature primitive. Celle‑là même qui sexualise sa descente aux enfers, à chacune de ses expériences limites dans les bas‑fonds underground de la capitale.

L'utilisation du split‑screen obéit à son tour à l’essence shizoïde du créateur : d’un côté les cahots de la société européenne (Mai 68, l’Irlande du Nord, l’invasion de la Tchécoslovaquie), de l’autre, un défilé de mannequins étrennant des modèles échappés de l’imaginaire Saint Laurent. Ainsi, le monde se donne à voir sous un jour mouvementé mais inexorablement bloqué dans sa fonction documentaire.

Le contexte historico‑politique de l’époque ne peut donc qu’investir un champ en totale déconnexion avec un espace de création joignant la beauté à l’éphémère. L’actualité d’un côté et cet art de l'autre, la mode, qualifié par le couturier de mineur, cohabitent mais n’interagissent jamais. Comme si, derrière les volutes des clubs fréquentés où déambulant entre les objets d’art et les sculptures de sa collection personnelle, Saint Laurent avait choisi de s’extraire du temps, de s’engouffrer dans des limbes épineuses, en attendant qu’un exotisme fugace n’envahisse une ultime fois la salle de défilé. Bien plus qu’un biopic, une parcelle de vie hallucinatoire et vertigineuse.
Carole Lépinay - Publié le 23/03/15
Liste des bonus
- Rencontre avec Bertrand Bonello (1')
- Rencontre avec les personnages (2')


Commentaire
On regrette que les suppléments consacrés à un tel film soient si peu développés. On reste sur notre faim.
Note bonus : 1/6
Image
Saint Laurent n'a pas bénéficié des tenues prêtées par Pierre Bergé à l'autre film et semble parfois avoir manqué de moyens (certains décors ont été cadrés serrés et le faux bouc de Saint Laurent lors d'une séquence fait vraiment toc), mais la sensation ressentie est tout autre. La mise en époque, certains décors Seventies très cossus, les éclairages de Bonello et la patine Seventies raffinée apportée à l'image laissent une emprunte à la fois sensuelle et noire. La précision est aussi de la partie. On se régale.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Entre les airs de musique classique gentiment propulsés à l'arrière, les phases très dialoguées, les silences appuyés et la parcimonie du caisson, la bande-son du film reste essentiellement frontale. Ne vous attendez pas à une grosse ambiance.
Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Damian Lewis - Billions saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
damian-lewis
tom-selleck
melissa-bernstein
poppy-montgomery
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011