Exodus, Gods and Kings 3D

Année : 2014
Réalisateur : Ridley Scott
Interprètes : Christian Bale, Joel Edgerton, John Turturro, Aaron Paul, Sigourney Weaver, Ben Mendelsohn, Ben Kingsley, María Valverde
Éditeur : Fox
BD : 1 Blu-Ray 3D + 1 Blu-Ray 2D, 150', zones A, B
Genre : péplum, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 27/05/15
Prix ind. : 29,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
HD 1 080p (MVC 3D)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master  Audio 7.1
Sous-titres
Français, anglais, danois, néerlandais, finnois, norvégien, suédois
Amazon
27,99 €
Un soir, Moïse (Christian Bale), élevé au sein de la cour royale d’Égypte, découvre ses racines juives, se laisse pousser la barbe, arrête de maltraiter les chèvres, jette ce mascara ridicule que portent tous les membres de la cour et baisse soudainement le ton de sa voix. On le sait tous, au moins depuis Charlton Heston dans Les dix commandements, le prophète s’exprime à voix basse, très basse, limite rocailleuse. Son buisson ardent, par lequel Dieu se révèle à lui, prend ici la forme d’un gamin de 11 ans très sérieux, qui lui indique le pourquoi (libérer les esclaves juifs du joug égyptien et les conduire sur leur terre promise), le comment (entraînement intensif et paramilitaire de ses ouailles) et le sens (la mer Rouge) de sa mission.

Les bigots ne seront sans doute pas à la fête devant la vision très « Nouveau Testament » de Ridley Scott, qui transforme ici le prophète en chef de guerre obsessionnel, individualiste et sanguinaire. Plus Alexandre d’Oliver Stone (mais sans sa folie psyché‑pathologique) que La Bible de John Huston. Moïse est donc seul, tout seul, et conduit son peuple comme un illuminé, soit le contraire du héros fordien, toujours attentif et concerné par sa communauté.

Résultat : à l’exception de John Turturro qui, dans le rôle de Séthi, trouve un court espace pour exister vraiment à l’écran, tous les personnages secondaires du film sont réduits à des silhouettes, à une poignée de répliques fonctionnelles, qu’il s’agisse de Ben Kingsley, de Sigourney Weaver ou de Hiam Abbass. Tandis que le musculeux Joel Edgerton, dans le rôle du mauvais pharaon Ramsès, mâche du chewing‑gum, fait mumuse avec des serpents et se demande visiblement pourquoi ce n’est pas lui qu’on a choisi pour jouer dans Fast & Furious.

Exodus résume assez bien l’impasse esthétique où butent tous ces péplums contemporains (et Scott fut aux avant‑postes de cette nouvelle donne avec son Gladiator en 2000), désireux de retrouver le souffle épique et grandiose des films de Cecil B. de Mille et de David Lean, mais avec les moyens illimités et glaciaux de l’image numérique. Souvenez‑vous dans Cléopâtre, Lawrence d’Arabie ou Les dix commandements, de la puissance de fascination de ces grands mouvements de foule, de ces plans d’ensemble révélant une ville romaine ou antique toute entière, avec ces milliers de figurants en chair et en os, ces décors reconstruits pour de bon sur les plateaux des studios ou dans un désert marocain.

Ici, c’est la même chose, puissance dix, des images numériques de plus en plus réalistes, bien faites, mais l’œil du spectateur glisse avec indifférence et lassitude sur ces tableaux balayés dans tous les sens par une caméra aérienne dont il sait d’emblée et intuitivement, qu’en réalité, celle-ci n’a survolé que du vide, un immense écran vert et une poignée d’acteurs en pagne attendant qu’on incruste autour d’eux des armées de pixels. Pas de rapport entre le grandiose et l’échelle, entre l’émerveillement du spectateur et la taille de ce qui l’image lui donne.

Bien sûr, ici ou là, une petite scène (et elles sont nombreuses : les fameuses dix plaies) fait son effet, à commencer par l’ouverture orgasmique de la mer Rouge, climax spectaculaire du film. Ridley Scott, qui n’est pas un cinéaste sentimental, a souvent su insérer dans ses récits bigger than life de fortes séquences d’intimité qui font ici cruellement défaut (voir l’épisode domestique au cours duquel Moïse se marie et apprend à son fils à jouer au baseball), mais c’était le Scott d’avant, celui d’Alien, de Blade Runner et même de La chute du faucon noir.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 24/04/15
Liste des bonus
- Commentaires audio de Ridley Scott et Jeffrey Caine, le scénariste
- Guide historique en surimpression en bas de l'écran
- Scènes coupées au choix en 2D ou 3D
- Blu-Ray 2D du film
- Copie digitale


Commentaire
La pièce maîtresse de cette interactivité est bien entendu le commentaire audio du réalisateur et son scénariste, qui ont déjà travaillé ensemble par le passé. Un commentaire dense, sans « ventre mou », détaillant les options scénaristiques (comment ne pas faire un film de dix heures ?) et toute la partie technique, effets spéciaux et astuces comprises pour gagner des milliers de dollars (même sur ce genre de film, ça compte). Scott a par exemple fait installer des roulettes sur quasiment tous ses décors intérieurs (meubles, panneaux, colonnes…) afin qu'un même plateau serve à plusieurs séquences du film (technique déjà utilisée sur son Gladiator). Le réalisateur n'est pas avare non plus en précisions sur ce qui est « vrai » ou « faux » à l'écran au sein d'un même plan, parfois juste un acteur et un fauteuil… Flippant.

Le guide historique n'est pas dénué d'intérêt, mais voir le film en VO avec les sous‑titres à lire en plus des infos en bas de l'écran, cela fait quand même beaucoup. Le bénéfice n'est pas supérieur à celui de profiter du film dans de bonnes conditions. On aurait préféré, plus simplement, un petit sujet avec un spécialiste de la période.

Enfin, ne ratez pas la première scène coupée : Joel Edgerton s'y montre en très petite tenue. On attend vos commentaires…

À noter, l'édition Collector (34,99 €, prix indicatif) contient en plus un making of, le sujet « Zones d’amélioration », un retour sur Moïse à travers l’histoire, de la documentation ayant précédé au film et des vignettes digitales interactives.
Note bonus : 3/6
Image
Du tout‑techno (fonds verts, FX…) qui a ses adorateurs comme ses détracteurs. Aucun défaut à signaler bien sûr à ce tel niveau de maîtrise technique. Et même si elle ne provoque au final que très peu d'émotion, cette image reste très belle à regarder tant sa précision et ses décors sont à tomber. Les plans aériens invitent au voyage tandis que les cieux sombres et les contrastes marqués font planer sur le film une ambiance lourde et inquiétante.

Déjà impactant en 2D, le film peine à surprendre davantage en 3D. Mais quelques scènes sortent du lot comme la prise de vue sous‑marine après la submersion par la vague de l'armée de Ramses. En fait, la 3D d'Exodus surprend là où on ne l'attend pas, et c'est peut‑être sa plus grande qualité.
Top image : 126' (falaise mortelle), 129'40 (le retour de vague)
Note image : 5/6
Son
Amateur de VF, sortez votre dico ! Les deux pistes n'ont rien à voir et le DTS français fait pale figure face au DTS-HD Master Audio 7.1 anglais bourré aux hormones, comme Joel Edgerton. Présence arrière accrue, caisson davantage sollicité, spatialisation du tonnerre… le 7.1 élargit carrément les murs. Et cela s'entend vraiment. Pas d'hésitation donc.
Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
31/10/21 Bronx
01/11/21 Ophélia
01/11/21 Le tartuffe
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Lucky McKee - The Woman
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
lucky-mckee
lucas-belvaux
jesse-tyler-ferguson
florent-siri
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser