Hacker

Blackhat
Année : 2015
Réalisateur : Michael Mann
Interprètes : Chris Hemsworth, Tang Wei, Leehom Wang, Viola Davis, William Mapother, Holt McCallany, Ritchie Coster, Manny Montana
Éditeur : Universal
BD : BD-50, 132', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 28/07/15
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais Audiodescription
Espagnol DTS 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, allemand, italien, portugais, danois, néerlandais, finnois, islandais, norvégien, suédois
Amazon
17,99 €
Six ans après Public Enemies, Michael Mann revient avec Blackhat ‑en français Hacker‑ un film d’avant‑garde prodigieux, inquiet, gris anthracite, froid, qui avance masqué sous les traits d’un action movie post‑11 septembre. Le film fut un échec retentissant aux États‑Unis, ce qui obligera sans doute Mann, 72 ans, à rebattre les cartes de sa carrière.

Tout commence dans les airs, et dans le silence, par une vue de la Terre semblable à une gangue glacée, à l’intérieur de laquelle la caméra s’engouffre, pénètre au cœur de circuits informatiques jusqu’à une minuscule diode dont l’allumage va provoquer l’explosion d’un silo nucléaire. La catastrophe a lieu à Hong‑Kong et déclenche l’action concertée des autorités chinoises et américaines, lesquelles décident de libérer un hacker surdoué, Nick Hathaway, sorte de Snake Plissken 2.0 interprété par Chris Hemsworth (Thor), afin qu’il les aide dans leur traque d’un cybercriminel sur lequel on ne sait rien, sinon qu’il est capable de provoquer, à distance, des catastrophes économiques, humaines et écologiques.

La première fois qu’on découvre Hathaway, dans sa cellule et casque sur les oreilles, il lit Foucault, Surveiller et punir. Sur une petite étagère, d’autres classiques apparaissent, comme Baudrillard (Le système des objets) ou Lyotard. Drôle de coming out existentiel, presque un peu trop littéral, comme si on ne savait pas déjà (depuis Le sixième sens ? Heat ?) combien les théories post‑modernes appartiennent à l’ADN du cinéma de Michael Mann, qu’il s’agisse de son obsession de l’éclatement identitaire, du déclin de l’affect ou de l’angoisse cartographique.

À peine sorti de prison, Hathaway fait bloc avec une jeune Chinoise et son frère, et plonge dans une aventure « escapiste » folle, où l’on saute à la faveur d’un clic de Washington à Djakarta. Le couple formé par Hathaway et Lien Chen (Tang Wei), qui évoque le duo Colin Farrell/Gong Li dans Miami Vice, se forme à vitesse grand V, d’un regard, comme une évidence sur laquelle Mann ne veut pas s’attarder, une convention à rétablir illico tant ce qui travaille le film est ailleurs, du côté d’une technologie fascinante et anxiogène (des pixels, des programmes, des procédures techniques, des écrans d’ordinateur) face à laquelle l’humanité, si elle veut survivre, doit taire ses états d’âme, ses clivages, et avancer soudée. Pas le temps de se courtiser ou de profiter de la liberté, pas le temps non plus de savoir de quel bois psychologique se chauffent les uns et les autres, ce qui explique, au passage, comment Mann a pu passer en trente ans d’acteurs monstres et incarnés (Caan, Pacino, De Niro) à des corps réceptacles, sans véritable envergure (Farell, Hemsworth, Depp).

Blackhat cale son tempo sur la vitesse des flux et de la technologie, Miami Vice à la puissance mille, des cours de la bourse et des torrents d’information. Un plan du market déserté de Chicago évoque d’ailleurs les séquences de la bourse romaine dans L’éclipse d’Antonioni, ça tombe bien : Blackhat possède ceci d’antonionien qu’à l’exception de deux séquences de fusillade stupéfiantes, à l’ancienne, et conséquences des effets collatéraux de la cybercriminalité, il rend sensible la fragilité de l’humanité, traitée comme l’acouphène d’une technologie qui, au fond, n’a plus besoin de nous pour exister et se déployer.

À côté des cadavres, les balises électroniques continuent d’émettre. Mann cherche plus à rendre compte d’un état du monde, à en saisir la beauté et l’énigme, la juste rumeur, qu’il ne suit la piste d’un récit criminel, réduit ici à son ossature la plus simple et codée, presque minimaliste, au risque de perdre en rase campagne une bonne partie de des spectateurs venus voir un film (un blockbuster sur fond de cyberterrorisme) qu’ils ne verront pas. Ou pas vraiment.

Ce qu’ils verront, à condition d’ouvrir un peu les yeux, est plus puissant. Cela ressemble à ce mot de Panosky sur la mélancolie, humeur manienne par excellence qui « n’est pas tendue vers un objet qui n’existerait pas, mais vers un problème qui ne peut être résolu ».
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 10/07/15
Liste des bonus
- La cyber menace (13')
- Sur les lieux de tournage, autour du monde (10')
- Créer la réalité (17')
- Copie digitale UV


Commentaire
Des bonus plutôt pertinents et donnant la parole à Michael Mann, ce très grand cinéaste aussi rare que précieux. Et si vous vous posez la question de savoir si les USA peuvent vraiment libérer un hacker de haut vol pour les besoins d'une enquête, sachez que la plupart des enseignants dans ce domaine au MIT (Massachusetts Institute of Technology) sont passés par la case prison.

Sachez enfin que l'équipe a tourné dans 74 décors différents, dans quatre pays, et que la grande scène finale du film à Jakarta a nécessité par moins de 5 000 figurants. Une grande claque esthétique, émotionnelle, qui restera longtemps gravée dans nos mémoires.
Note bonus : 3/6
Image
Du Mann, très vite reconnaissable. Image tranchée, toujours en mouvement et immergée dans le réel, des personnages filmés très près, des couleurs froides, des néons, des ralentis, trois grandes scènes « effet wahou », une économie d'effets spéciaux et des lieux de tournage à couper le souffle, d'une rampe de parking à un port plein de containers, en passant par une fête religieuse d'inspiration balinaise, tout est sublime. Du grand art. Du Mann. Du grand Blu‑Ray.
Top image : 68' (premier choc), 115'25 (face‑à‑face final)
Note image : 6/6
Son
Soit, la VF DTS 5.1 mi‑débit s'en sort pas mal du tout, mais franchement, la VO fait entrer le film dans une autre dimension. 768 Kbps contre 4 ou 5 Mbps : tout est dit. Et tout est mieux : la dynamique, la diaphonie avant-arrière, la présence de la musique signée Harry Gregson‑Williams et Atticus Ross pour la partie électro (Millénium, Gone Girl…), qui offre au passage des passages sans dialogue. Tout était dans le dosage, et c'est très beau.
Top son : 68'15 (premier choc)
Note son : 6/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tom Selleck - Blue Bloods
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
tom-selleck
martin-scorsese
gillian-anderson
matt-dillon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011