Maggie

Année : 2015
Réalisateur : Henry Hobson
Interprètes : Arnold Schwarzenegger, Abigail Breslin, Joely Richardson, Douglas M. Griffin, JD Evermore
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 95', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 28/09/15
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Anglais DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, français pour sourds et malentendants
Amazon
17,99 €
Dans un monde dévoré par un virus vorace, un père veuf, Wade, retrouve sa fille fugueuse, Maggie. Celle-ci, contaminée, va hélas rejoindre à brève échéance les quelques zombies qui ont échappé à l'armée. Bien que l'issue de la maladie de sa fille ne fasse aucun doute, Wade ramène Maggie à la ferme familiale pour vivre encore quelques jours avec elle.

L'épidémie zombie à peine esquissée n'est ici clairement qu'un prétexte visuel à un drame familial minimaliste. Les amateurs de The Walking Dead ou des films de Romero passeront donc leur chemin. Les fans du Schwarzy des années 80 aussi. Car Schwarzenegger (Wade) ne va ici sauver ni le monde ni personne, mais simplement tenter de profiter des derniers feux de sa fille, sur le point de disparaître.

Contre toute attente, celui qu'on surnommait jadis le « chêne autrichien » incarne avec conviction et sans excès de pathos un personnage vulnérable, sensible, marqué par le deuil et manifestement incapable d'affronter l'issue fatale qui s'annonce. Schwarzenegger tient là le rôle le plus riche et ‑il le dit lui‑même dans les bonus‑ le plus humain de sa carrière. Sa performance est surprenante et émouvante, tout comme d'ailleurs celle d'Abigail Breslin (Maggie) qui sait garder à son personnage d'ado condamnée une vraie charge émotionnelle malgré un maquillage de plus en plus éprouvant à mesure qu'avance la zombification.

L'esthétique crépusculaire choisie par le réalisateur Henry Hobson est sinon subtile, en tout cas cohérente et bien ouvragée. Néanmoins, le film ne convainc pas totalement, souffrant de défauts de construction qui lézardent sa construction. D'une part, la relation Wade/Maggie aurait mérité d'être plus dense et nourrie. On esquisse plus qu'on n'expérimente les relations entre Wade et sa fille. Le film s'égare aussi un moment dans la chronique adolescente et escamote temporairement ‑et selon nous très malencontreusement‑ le personnage central du père à un moment crucial de la narration.

Si Henry Hobson réussit avec beaucoup de sensibilité un final déchirant et surprenant, son récit ne se remet jamais complètement de ce gros trou d'air momentané. Et la chose est fort dommage au regard des efforts remarquables consentis par Arnold Schwarzenegger et Abigail Breslin.
Paco Altura - Publié le 25/09/15
Liste des bonus
- Making of (18')
- Scène coupée (2')
- Commentaire audio (VO non sous‑titrée)


Commentaire
Le making of s'attache à quelques aspects intéressants, notamment la densité de l'interprétation d'Arnold Schwarzenegger et l'esthétique choisie par le réalisateur. Malheureusement, les autres acteurs sont un peu délaissés et la thématique sur l'esthétique singulière du film reste à peine esquissée.

La scène coupée montre quant à elle une séquence effectivement redondante avec une scène similaire du film. On espérait enfin beaucoup du commentaire audio du réalisateur : le propos, pour le coup très dense, est hélas en pure VO sans le moindre sous-titre pour les non‑anglophones...
Note bonus : 2/6
Image
L'esthétique crépusculaire du film rappelle ‑la chose est intentionnelle comme le révèle le réalisateur dans le making of‑ les célèbres photos de la Grande Dépression aux États‑Unis. Une esthétique de cendre et de terre, étouffante et réussie, qui transforme le moindre rai de lumière (feu, bougies) en angoissantes étincelles dans la nuit éternelle. Des choix esthétiques forts qui estompent toutefois un peu trop les détails à l'image. Même en HD.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Un travail très propre aussi bien en VO qu'en VF. Ce huis‑clos funèbre ne recèle cependant aucun moment de bravoure sonore qui mettrait particulièrement en valeur les pistes sonores.
Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
DVD 24/07/19 Walter
BLUHD 24/07/19 Us
BLU 24/07/19 Us
DVD 24/07/19 Us
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tom Selleck - Blue Bloods
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
tom-selleck
stefano-sollima
mads-mikkelsen
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011