Crimson Peak

Année : 2015
Réalisateur : Guillermo del Toro
Interprètes : Mia Wasikowska, Jessica Chastain, Tom Hiddleston, Charlie Hunnam, Jim Beaver, Burn Gorman
Éditeur : Universal
BD : BD-50, 119', zone B
Genre : fantastique, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 23/02/16
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS:X 7.1
Anglais DTS Headphone:X 2.0
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Espagnol DTS 5.1
Sous-titres
Français, allemand, espagnol, italien
Amazon
17,99 €
Buffalo, à la fin du XIXe siècle. Edith Cushing (Mia Wasikowska), apprentie romancière, vit avec son père, veuf et brave industriel. Depuis la mort de sa mère, la jeune femme reçoit la visite d’un fantôme qui la met en garde contre « Crimson Peak ». Touchée à nouveau par le décès tragique de son père, Edith part s’installer en Angleterre, dans la demeure familiale de Sir Thomas Sharpe (Tom Hiddleston), dont elle s’est éprise. Dans ce manoir gothique, habité également par sa mystérieuse sœur Lucille (Jessica Chastain), nombre de phénomènes confinent au surnaturel. Edith continue à être en proie à des visions de plus en plus terrifiantes…

On distingue clairement les références qui ont façonné l’imaginaire hybride du réalisateur de Pacific Rim (2013) et du Labyrinthe de Pan (2006). Bien sûr, afin que les migrations fantastiques opèrent, l’héroïne quitte une Amérique en plein essor industriel pour venir se perdre dans les corridors d’une propriété séculaire et décrépite. Ainsi, elle n’hérite pas seulement du patronyme mythique rattaché à la Hammer (pour rappel, Peter Cushing défia plus d’une fois Dracula), elle s'immerge (et nous avec) dans les entrailles d’une bâtisse qui suinte l’argile rouge et arbore le tableau d’une matriarche à l’aura maléfique.

La déliquescence des Sharpe s’infiltre à travers ces signaux, à l’instar de Roderick et sa jumelle Madeline dans La chute de la maison Usher, Thomas et Lucille s’enracinent dans « un palais hanté » édifié à leur image : un trou béant à la toiture qui laisse pénétrer la neige glaciale.

La facture flamboyante de Thomas E. Sanders, chef‑décorateur pour le Dracula de Coppola en 1992, fait du décorum gothique une expérience picturale renversante. Une déflagration de couleurs et de lumière qui va chercher sa fulgurance auprès de cinéastes maniéristes géniaux, tels que Mario Bava et Dario Argento. Del Toro ne nous propose pas qu’une histoire de fantômes, il ouvre également une brèche dans le merveilleux. À voir absolument.
Carole Lépinay - Publié le 17/03/16
Liste des bonus
- Cinq scènes coupées (4')
- Quatre modules sur les décors de la maison (18')
- Introduction au roman gothique (6')
- Un gothique fait à la main (9')
- Une chose vivante (12')
- Méfiez‑vous de Crimson Peak (8')
- Les fantômes pourpres (7')
- Commentaire audio de Guillermo del Toro (VOST)
- L'ombre et la lumière dans Crimson Peak (8')
- Copie numérique UltraViolet


Commentaire
Des effets spéciaux jusqu'à la musique en passant par la photo, les décors et le scénario, vous saurez tout du film, même si un making of global réunissant tous ces petits modules aurait été préférable.
Note bonus : 4/6
Image
La photo de Dan Lausten (Possédée, Le pacte des Loups, Silent Hill) est magnifique et fiche une sacrée trouille. Les couleurs sont splendides, les éclairages savamment dosés et les décors gothiques du film merveilleusement restitués par cette époustouflante édition Blu-Ray. C'est vraiment du travail d'orfèvre, surtout sur les scènes nocturnes à l'ambiance unique et aux contrastes prodigieux. Les scènes diurnes sont exagérément orangées, mais fidèles à l'image cinéma.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Superbe travail également sur les bruitages et la musique, signée Fernando Velazquez (Mama, The Impossible). Entre les jump scares des scènes d'horreur pure et les séquences plus classiques accompagnées d'un agréable filet musical, le mixage 5.1 allie richesse et efficacité. Et c'est en DTS:X 7.1 que le rendu est le plus vertueux. Le pendant DTS du Dolby Atmos enrichit sérieusement la scène sonore avec des effets verticaux et un élargissement général des ambiances musicales. Faites aussi un essai au casque avec le DTS Headphone:X, vous verrez que la spatialisation est très intéressante et transforme radicalement n'importe quel casque stéréo.
Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 16/10/19 Week-end
BLU 16/10/19 Week-end
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Christian Rouaud - Tous au Larzac
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
christian-rouaud
kyan-khojandi
florent-siri
leila-bekhti
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011