Mon roi

Année : 2015
Réalisateur : Maïwenn
Interprètes : Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot, Louis Garrel, Isild Lebesco, Paul Hamy, Stephen Warbeck, Louis Garrel
Éditeur : Studicanal
BD : BD-50, 124', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 22/02/16
Prix ind. : 21,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Audiodescription
Sous-titres
Français, français sourds et malentendants
Amazon
19,99 €
Suite à une grave chute de ski, Tony (Emmanuelle Bercot) est admise dans un centre de rééducation. Pendant qu’elle suit de longues séances de manipulation douloureuses pour recouvrer l’usage de son genou, elle se remémore son histoire tumultueuse avec Georgio. Une remise en question qui s’avère aussi destructrice que salvatrice.

Le problème de Mon roi, c’est qu'il ressemble moins à un film fini qu'à un brouillon où tous les comédiens ont l'impression de se faire plaisir sans penser au nôtre, sous l'impulsion d'une metteur en scène répétant les mêmes scènes sur tous les tons, les empilant sans véritable colonne vertébrale. À ce côté artificiel, l’impression de lourdeur s’ajoute, appuyée par le parallèle entre la rupture des ligaments croisés de l’héroïne et sa rupture amoureuse.

Un petit supplément d’âme n’aurait certainement pas été accessoire. Mais était‑ce seulement possible avec ces personnages plutôt creux ? On se demande bien d'ailleurs ce que Tony trouve à Georgio, sorte de bo-beauf (mélange de bobo et beauf) bas de plafond et menteur. Dès lors, leur passion destructrice n’a plus guère d’intérêt.

À l’instar de Polisse, le précédent film de Maiwen, Mon roi ne transcende jamais son sujet, ne dépasse jamais le cadre de ce qui est convenu et attendu. Bref, il manque une histoire et du style. À noter, les comédiens sont excellents, à commencer par Louis Garrel, très drôle en total contre‑emploi.

Au final, on pourra revoir De rouille et d’os de Jacques Audiard qui, avec des thématiques similaires, avait autrement été plus généreux avec son sujet.
Cédric Melon - Publié le 11/02/16
Liste des bonus
- Scènes coupées (31')
- Bêtisier (15')


Commentaire
Des suppléments qui éclairent sur le film. Les scènes coupées ont autant d’intérêt que les scènes finalement gardées dans le film. Déjà‑vues donc. Le bêtisier n’en a que le nom, tant il met à distance et fait poliment sourire une ou deux fois en 15 minutes. Bref, tout ça manque de sens et de générosité.
Note bonus : 2/6
Image
Pour la partie image, tout va très bien. D’une netteté à toute épreuve, le rendu est d’une précision remarquable, exempt de défaut et offre un grand niveau de détail. Les couleurs foisonnantes couplées à des contrastes parfaitement soulignés donnent à l’ensemble un confort de visionnage complet.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Une piste DTS-HD Master Audio parfaitement sous‑exploitée. La spatialisation entre les différentes enceintes, peu enveloppante, n'est pas un modèle du genre. De par le sujet, l’utilisation des basses est elle aussi très discrète, ne favorisant jamais puissance et dynamisme. Heureusement, les dialogues sont toujours forts et clairs, la musique harmonieusement mixée. En résumé, il manque du détail et une meilleure sollicitation des enceintes arrière.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 24/07/19 Walter
BLUHD 24/07/19 Us
BLU 24/07/19 Us
DVD 24/07/19 Us
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
tatiana-maslany
mads-mikkelsen
joel-schumacher
tom-selleck
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011