Lolo

Année : 2015
Réalisateur : Julie Delpy
Interprètes : Julie Delpy, Dany Boon, Vincent Lacoste, Karin Viard, Antoine Lounguine, Christophe Vandevelde
Éditeur : TF1 Vidéo
BD : BD-50, 99', zone B
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 02/03/16
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants

En vacances à Biarritz, Violette (Julie Delpy), parisienne de 45 ans, fait la connaissance de Jean-René (Dany Boon). Elle a du style, travaille dans la mode et fréquente les soirées branchées, il est informaticien, porte des chaussettes avec ses scandales et déboule dans la capitale, flanqué des clichés du provincial neuneu‑naïf. Rien ne laissait donc présager une idylle entre ces deux‑là, et pourtant…

Ce n’est ni le sempiternel clivage entre la Ville Lumière et la province jugée ringarde, ni la magie des contraires finalement complémentaires qui servent le propos du film. En introduisant Eloi surnommé « Lolo » (Vincent Lacoste, excellent), 20 ans, égocentré et bien décidé à faire capoter l’histoire d’amour de sa mamounette afin de récupérer sa place de petit roi, Julie Delpy innove brillamment dans le genre.

Le fils choyé n’acceptant aucune intrusion masculine se sert précisément du fossé entre son cocon bobo‑mondain et la beaufitude de « JR » (il l’a rebaptisé) pour entreprendre sa stratégie de démolition. Tout est bon pour ridiculiser l’informaticien du sud‑ouest, du relooking vestimentaire aux poils à gratter, sans oublier la drogue dans le champagne et le sabotage d’un entretien professionnel décisif.

Mamounette paie ainsi les conséquences du mythe de l’enfant‑roi, Lolo étant le rejeton narcissique de son exclusive couvée. Les parents font parfois des monstres, avec lesquels ils doivent à tout prix couper le cordon, simple reflexe de survie. Ce que l’on considère comme une comédie familiale empiète légèrement sur le sol accidenté du fantastique. Le couple qui regarde Le village des damnés (Wolf Rilla, 1960) à la télévision ne le sait pas encore, mais Lolo pourrait bien refouler quelques troubles pathologiques, à l’instar de ces enfants aux visages d’ange. Un bon moment.

Carole Lépinay - Publié le 25/02/16
Liste des bonus
- Scènes coupées (6')
- Bêtisier (6')
- Copie digitale


Commentaire

Des suppléments plutôt drôles avec papa Delpy en cameo qui méritent un petit détour.

Note bonus : 2/6
Image

Une image maîtrisée de bout en bout par le directeur de la photographie Thierry Arbogast (connu pour sa collaboration avec Luc Besson). Rien de tape‑à‑l'œil mais une ambiance feutrée et douce. Le chic à la parisienne pour un master sans défaut.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Volontiers bavards, les films de Julie Delpy privilégient les ambiances aux effets sonores. La scène frontale fait presque seule le boulot, mais le fait bien.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 24/07/19 Walter
BLUHD 24/07/19 Us
BLU 24/07/19 Us
DVD 24/07/19 Us
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Priyanka Chopra - Quantico saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
priyanka-chopra
tara-reid
rotem-shamir
nic-pizzolatto
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011