Game of Thrones saison 5

Année : 2015
Créateurs : David Benioff, Dan B. Weiss
Interprètes : Peter Dinklage, Nikolaj Coster-Waldau, Lena Headey, Emilia Clarke, Kit Arrington, Sophie Turner
Éditeur : Warner
BD : 4 BD-50, 55' x 10, toutes zones
Genre : heroic fantasy, couleurs
Interdiction : tous publics (accord parental souhaitable)
Sortie : 15/03/16
Prix ind. : 49,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby TrueHD 7.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 2.0
Tchèque Dolby Digital 2.0
Polonais Dolby Digital 2.0
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, espagnol, allemand, tchèque, polonais, néerlandais, danois, finnois, norvégien, suédois, grec

Avec la saison 5 de Game of Thrones, on peut légitimement se demander si ses auteurs ne sont pas allés trop loin. Depuis sa création en 2011, Game of Thrones est un modèle de narration, une série ambitieuse, novatrice et palpitante qui a su gagner le cœur de millions de fans à travers la planète, notamment grâce à sa capacité à surprendre le téléspectateur mais aussi et surtout à le malmener. Tous les fans se souviennent encore avec émotion de l’épisode 9 de la saison 3, au cours duquel les auteurs D.B. Weiss et David Benioff prenaient un malin plaisir à trucider pas moins de trois personnages emblématiques. Mais deux saisons plus tard, à force d’en rajouter, les deux showrunners ont fini par déraper.

À la fin de l’épisode 6 de la saison 5, une protagoniste centrale de la série subit les pires sévices de la part d'un mari violent déjà responsable de la mort de sa mère et de son frère, le tout, devant le regard impuissant d’un ami d’enfance qui la considère comme sa sœur. La situation, particulièrement choquante, a d’autant plus fait bondir les fans qu’elle ne figure pas dans les romans d’origine et que, contrairement au massacre de l’épisode 9 de la saison 3, elle ne présente aucun intérêt narratif supplémentaire pour les personnages.

À force de pousser le curseur trop loin, on se demande bien comment les auteurs vont faire la saison prochaine quand on sait qu’ils n’auront plus aucun garde‑fou : George R.R. Martin, l’auteur des romans dont la série est adaptée, n’a pas terminé le prochain tome et les scénaristes vont devoir improviser.

Après cette surenchère permanente, cette violence outrée, ces humiliations constantes et cette cruauté devenue une véritable marque de fabrique, on souhaite que les choses rentrent dans l'ordre et que les différences entre le livre et la série soient exclusivement au service de l’histoire et non pas les manifestations de plus en plus choquantes d’un manque flagrant d’inspiration et d’une perversité à peine voilée. La série, dans son ensemble, vaut mieux que ça.

Cédric Melon - Publié le 18/03/16
Liste des bonus
- Guide des épisodes (interactif et écrit)
- Commentaires audio de tous les épisodes sauf le 7 en VO non sous-titrée français
- Une journée avec l'équipe de tournage (26')
- Nouveaux personnages et lieux (8')
- Anatomie d'un épisode : la miséricorde d'une mère (30')
- La véritable histoire derrière le trône de fer (en deux parties) (40')
- Histoire et tradition (interactif et écrit)
- La danse des dragons (animation) (20')
- Scènes coupées (8')
- Copie digitale


Commentaire

Trois gros focus de 30 minutes chacun au moins pour découvrir les coulisses de production, l'histoire de la saga et le déroulé d'un épisode. De quoi contenter les fans qui savent sans doute déjà que Game of Thrones est la seule série au monde à avoir deux équipes de tournage en simultané dans le monde. Et parfois plus, un producteur se rappelant devant nous que la production fut un jour à cheval sur trois pays.

Note bonus : 4/6
Image

Tous les codes sont respectés, les effets spéciaux parfaits pour une série d'heroic fantasy, les décors naturels joliment mis en valeur (Croatie, Sud de l'Espagne, Irlande) et la précision toujours de mise pour un rendu plutôt haut de gamme. Une HD solide en toutes circonstances. Même les plus terribles.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Oui, le Dolby Atmos 5.1 fait clairement la différence. Quelques séquences sortent vraiment du lot et lâchent les dragons. Du moins le feu et la puissance. Avec un débit parfois à plus de 7 Mbps, on ressent physiquement ce surcroît de voies, de watts, de précision et d'impact. Et lors des séquences plus posées, c'est le découpage plus précis de la bande‑son qui se fait remarquer avec des subtilités sonores inédites. Le Dolby Digital ne peut lutter. Ce n'est tout simplement pas le même spectacle audio.

Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 26/06/19 Paradise Beach
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
joel-schumacher
sarah-jessica-parker
kyan-khojandi
matt-dillon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011