Homeland saison 5

Année : 2015
Réalisateurs : Howard Gordon, Alex Gansa (d'après Hatufim de Gideon Raff)
Interprètes : Claire Danes, Mandy Patinkin, Rupert Friend, Nazanin Boniad, Suraj Sharma
Éditeur : Fox
BD : 3 BD-50, 12 x 52', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 23/04/16
Prix ind. : 34,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, danois, néerlandais, finnois, norvégien, suédois

L’année dernière, après trois saisons palpitantes, Homeland faisait sa révolution en proposant une saison 4 radicalement différente des précédentes. La saison 5 poursuit sa mutation.

En effet, continuer la série après la disparition tragique de l'un de ses personnages fondateurs (alias Brody, interprété par Damian Lewis) était un pari risqué de la part des auteurs. Ce virage narratif parfaitement négocié recentrait le récit sur Carrie Mathison (Claire Danes) et Saul Berenson (Mandy Patinkin), présentait de nouveaux personnages et proposait une immersion narrative plus poussée dans le monde des services secrets.

La saison 5 continue sur la voie du changement tout en proposant une nouvelle métamorphose de la série. Exit le Pakistan et les États‑Unis. C’est en Europe, et plus précisément en Allemagne (les épisodes ont tous été tournés à Berlin), que se déroule la nouvelle saison. Un opus centré sur les relations géopolitiques des États‑Unis avec le reste du monde en général, et avec l’Europe et Berlin en particulier.

Outre le traitement dans le récit de personnages réels qui ont fait l’actualité récente comme Edward Snowden (lanceur d’alerte qui a mis au jour les pratiques de la NSA en matière de surveillance électronique) et Laura Poitras (journaliste, réalisatrice et photographe américaine oscarisée en 2015 pour son documentaire Citizenfour, qui retraçait les révélations de Snowden et créait un scandale planétaire), les scénaristes évoquent aussi les événements tragiques survenus dans l’enceinte de la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Et sans le vouloir, anticipent les attentats de Bruxelles (la similitude avec certaines images récentes, terroristes casquettes vissées sur la tête, dans le métro, sont vraiment troublantes).

Aussi didactique que passionnante, cette saison entretient un équilibre parfait entre fiction et réalité géopolitique. Plus moderne que jamais, elle développe un suspense constant et permet à Claire Danes d’assurer une fois de plus une performance hors norme dans la peau d’un personnage que l’on sent toujours plus proche de la rupture. Preuve supplémentaire que la série a réussi à changer de thématique sans pour autant se renier. Exemplaire.

Cédric Melon - Publié le 02/05/16
Liste des bonus
- L'évolution de Carrie Mathison (11')


Commentaire

Un seul module mais de qualité, retraçant l'évolution du personnage de Carrie Mathison au sein de la série. Les auteurs et producteurs nous rappellent en quoi le 11 septembre infuse la série et guide les pas de Carrie Mathison, rongée depuis le début par le sentiment d'avoir failli à sa mission, d'avoir loupé le détail qui aurait tout changé.

Note bonus : 2/6
Image

Toujours aussi belle mais jamais esthétisante, l'image de la série cultive son réalisme pour toujours plus d'immersion. Tournée cette fois à Berlin et dans la gare centrale, cette saison fait un sans‑faute. La HD apporte par ailleurs toute sa définition lors des gros plans au plus près des personnages, et sa dynamique, quelles que soient les conditions.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

À part le générique d'ouverture hyper‑déprimant (pour rappel, Carrie est bipolaire, la dépression, ça la connaît), la série joue la carte du réalisme au niveau sonore aussi. Les coups de feu sont secs et surprenants, les conversations à voix basses feutrées, les ambiances marquées pour combler l'absence de titres musicaux (un choix judicieux) et l'accompagnement musical discret comme il faut. Pour l'impact des basses (on sursaute à plusieurs reprises) et la précision des sons, la VO l'emporte haut la main face à la VF mi‑débit honnête mais limitée.

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 15/12/18 The Charmer
DVD 17/12/18 Equalizer 2
BLU 17/12/18 Equalizer 2
BLUHD 17/12/18 Equalizer 2
INTERVIEWS
Sidse Babett Knudsen - Borgen saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
sidse-babett-knudsen
gillian-anderson
florent-siri
sophie-turner
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011