Mad Love in New York

Heaven Knows What
Années : 2014
Réalisateurs : Ben Safdie, Joshua Safdie
Interprètes : Arielle Holmes, Caleb Laundry Jones, Buddy Duress, Ron Braunstein, Eleonore Hendricks, Yuri Pleskun
Éditeur : Carlotta
BD : BD-50, 96', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 22/06/16
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.77
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais DTS‑HD Master Audio 2.0
PCM 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
18,47 €
Harley (Arielle Holmes) et Ilya (Caleb Landry Jones) traînent à la fois leur amour et leur dépendance à la drogue dans les rues de New York. De conflits relationnels en lutte perdue d’avance contre l'addiction, le jeune couple s’enfonce inexorablement.

New York vibre dans l’ADN de Josh et Benny Safdie, ayant grandi dans le Queens puis à Manhattan, les deux frangins faisaient de leur ville un personnage à part entière, abritant les retrouvailles d’un père et de ses enfants dans Lenny and the Kids en 2009.

Leur nouveau film explore désormais une facette plus ténébreuse et souterraine de cette mégapole convertie en jungle. Ancienne toxicomane, Arielle Holmes se retrouve confrontée à son passé à travers ce rôle d’une extrême dureté. Caméra embarquée, toujours au plus près des visages et des corps afin d’en révéler l’usure en dépit de leur jeunesse, Mad Love in New York n’offre décidément aucune échappatoire à Harley et les autres drogués qui composent son quotidien. Il n’y a qu’à voir ces plans serrés qui les rivent autant à des foyers miteux qu'au ciel plombé de Central Park.

Impossible, par ailleurs, de ne pas connecter cette tragédie de l’addiction à Panique à Needle Park (1971) de Jerry Schatzberg. À l’instar d’Helen (Kitty Winn) et Bobby (Al Pacino), Harley et Ilya tentent quelques pas vers l’horizon ‑en témoigne leur voyage déceptif pour la Floride‑, mais reculent aussitôt vers les démons qui les séparent. Sans espoir.
Carole Lépinay - Publié le 29/08/16
Liste des bonus
- Quatre scènes coupées (10')
- A Hot Two Weeks : making of (17')
- Clip vidéo d'Ariel Pink (3')
- Galerie photos
- Bande-annonce


Commentaire
Réalisé par Simon Hacker, le making of de Mad Love in New York donne la parole à Arielle Holmes, ancienne toxicomane castée dans le métro new‑yorkais. Les témoignages des autres membres de l'équipe viennent compléter son récit poignant.
Note bonus : 3/6
Image
Brute, réaliste, volontiers plombante, cette image n'a que faire de vous séduire. Elle est comme elle est. C'est‑à‑dire peu précise et terne. C'est volontaire mais il faut s'y faire.
Top image : aucun
Note image : 3/6
Son
Tous les bruits urbains (voitures, métro…) sont surdimensionnés, comme si la vie se déroulait ailleurs, bien présente mais absente du cadre. L'effet saute aux oreilles et constitue un remarquable ressort de mise en scène. Dialogues clairs par ailleurs. Durs mais clairs. Stéréo amplement suffisante.
Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lucy Lawless - Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
lucy-lawless
nic-pizzolatto
damian-lewis
lars-lundstrom
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011