Morgane

Morgan
Année : 2016
Réalisateur : Luke Scott
Interprètes : Anya Taylor-Joy, Kate Mara, Rose Leslie, Micheal Yare, Toby Jones, Chris Sullivan
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 91', zone B
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 01/02/17
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Français DTS 5.1
Espagnol DTS 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Russe DTS 5.1
Polonais Dolby Digital 5.1
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, norvégien, russe, suédois, estonien, islandais, polonais
Amazon
11,99 €
Rakuten
7,50 €
Fnac
15 €

Une équipe de scientifiques travaille ardemment sur un prototype doué d’intelligence artificielle. L’expérience tourne court lorsque la créature de synthèse commence à bugger et mettre la vie des chercheurs en danger.


Découverte dans le formidable The Witch (Robert Eggers), la jeune Anya Taylor‑Joy est décidément abonnée aux rôles ambigus. Dans le film de Luke Scott, elle incarne donc Morgane, une créature intrigante qui se révèle proche de ses créateurs, leur témoigne de la dévotion, encore que derrière son visage poupin, la mécanique artificielle connaît des limites.


Lorsque ceux qui lui ont donné vie tentent peu après de la lui retirer, l’androïde bascule dans une spirale de violence vengeresse, et la question du danger altérant toute ambition progressiste quant aux intelligences artificielles trouve aussitôt une réponse. Un premier film en demi‑teinte de Luke Scott, fils de Ridley.

Carole Lépinay - Publié le 22/03/17
Liste des bonus
- Organisme modifié : l'apport de la science au film (20')
- Scènes inédites (6')
- Loom (court métrage) commenté (20')
- Commentaires audio de Luke Scott
- Galerie
- Bandes-annonces


Commentaire

Le principal module apparaît un peu monté/enjolivé façon cinéma pour imposer son point de vue. Quelque chose de plus posé aurait sans doute mieux convenu à cette tentative d'approche scientifique. Le court métrage aborde bien sûr les thématiques du film et vaut le détour. Quant aux commentaires audio, ils nous apprennent notamment que le film fut tourné en 33 jours, ce qui agaça particulièrement certains membres de l'équipe, souvent privés de pause déjeuner. On les comprend.

Note bonus : 3/6
Image

Flippante et stylisée à souhait, cette image HD froide comme un matin d'hiver n'a qu'une gamme restreinte de teintes désaturées pour accrocher l'œil (du gris, du noir, du blanc, une touche de rouge, c'est tout), ou pas. C'est grisou à mort, vraiment monotone, mais beaucoup de séquences a priori anodines jouent sur les détails (reflets, nuances, cadrages) pour se faire plus grosses que le bœuf. Certain de son piqué d'image et de sa définition, le réalisateur ne se prive d'ailleurs pas de gros plans sur son beau trio de comédiennes.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

On ne se trouve pas face à une démo sonore pur jus mais la bande‑son recèle suffisamment de détails et de multiples bruits localisables partout dans la pièce pour flatter les tympans. Les nappes électro de Max Richter habillent joliment le film. Sur les rares fulgurances avec caisson enfin actif (poursuites en forêt notamment), la VF DTS mi‑débit montre ses limites par rapport à la VO 7.1 bien plus dense, plus présente dans la pièce, avec des voix plus fortes et mieux intégrées à l'environnement. 

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
nic-pizzolatto
tatiana-maslany
lars-lundstrom
kevin-bacon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011