Tristana

Année : 1970
Réalisateur : Luis Buñuel
Interprètes : Catherine Deneuve, Fernando Rey, Franco Nero, Lola Goas, Antonio Casas, Jesus Fernandez
Éditeur : Studiocanal
BD : BD-50, 99', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/03/20
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.66
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 2.0 (mono doublé)
Espagnol DTS‑HD Master Audio 2.0 (mono doublé)
Allemand DTS‑HD Master Audio 2.0 (mono doublé)
Sous-titres
Français, anglais, allemand
Amazon
89,25  €
Fnac
15 €
Fnac
15 €

Jeune orpheline, Tristana (Catherine Deneuve) est recueillie chez Don Lope (Fernando Rey), un notable aisé de Tolède. La nature filiale de leur relation se transforme avec le temps de pupille à concubine, mais Tristana quitte le domicile après sa rencontre avec Horacio (Franco Nero), un jeune peintre qui la ramène deux ans plus tard, presque à l’agonie…


Ultime réalisation de Luis Buñuel en Espagne (le cinéaste poursuit parallèlement sa carrière dans l’Hexagone), Tristana, à l’instar de sa jumelle sacrifiée Viridiana (1961), relate les étapes successives de l’innocence juvénile vers l’âge des désillusions.

 

Inféodée à son tuteur qui n’entend rien aux conventions corsetées de l’Église, la jeune maîtresse mène une existence recluse et sans véritable amour jusqu’à son idylle avec Horacio. Toutefois, par un cruel coup du destin (le thème de la fatalité imprégnant toute la filmographie de Buñuel), elle regagne (selon sa propre volonté) la demeure de Don Lope. Souffrante à cause d’une tumeur à la jambe, Tristana en revient le cœur sec, aigrie et impitoyable. À ses côtés, Don Lope, vieillissant, finit par troquer ses mœurs libertines contre un mariage qu’elle expédie avec froideur, toute de noir vêtue, comme pour assister à ses propres funérailles. Sa féminité amputée (quoique dévoilée à un jeune sourd‑muet dans un sursaut de mépris lors d’une célèbre séquence) se joint alors au déclin physique de son époux abhorré.

 

En plus d’une dialectique conjugale amère, Buñuel s’attache au retournement fatidique, en considérant à la fois le coût de la liberté et le temps qui passe. Indémodable.

Carole Lépinay - Publié le 04/06/20
Liste des bonus
- Rites (20')
- Interview de Franco Nero (18')
- Bande-annonce


Commentaire

Le scénariste Jean‑Claude Carrière, le réalisateur Pierre Lary et divers intervenants évoquent les souvenirs prégnants de tournage ou encore les différents thèmes abordés dans Tristana. Des retrouvailles du cinéaste avec Tolède (ville dont il est très attaché depuis sa jeunesse) à la dimension intentionnellement ritualisée du film, aucun plan, aucun détail, n'échappe à l'œil méticuleux de Buñuel. Les décors qui l'ont inspiré, jeune, implantent désormais les bases d'une réflexion sur la vieillesse, thématique qui le préoccupait, pour ne pas dire l'un de ses démons les plus redoutés. Don Lope, personnage sénescent, arrive ainsi comme une sorte d'alter ego du cinéaste.

 

Franco Nero (Horacio dans le film) raconte ses souvenirs de tournage, il se félicite d'avoir eu la chance d'être dirigé par « l'un des plus grands génies de l'histoire du cinéma »

Note bonus : 4/6
Image

Le master dénué de défauts d'origine offre encore de belles couleurs, laissant voir des décors soignés mémorables. Il manque toutefois encore un peu de lumière pour effacer totalement ce voile blanc qui fait parfois de la résistance et de ce manque de définition auquel on n'est plus vraiment habitués. Si le rendu est finalement assez inégal (avec même des contrastes un peu durs sur certaines scènes), le plaisir de voir une copie de cet âge si bien conservée l'emporte.

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Il faudra faire avec la mode et les techniques de l'époque, soit des bruitages réalisés en studio très appuyés et très présents pour la version espagnole. La VF a l'avantage de lisser le tout pour un ensemble plus doux, mais présente aussi moins de détails.

Top son : aucun
Note son : 3/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
francois-charles-bideaux
liam-neeson
tatiana-maslany
tara-reid
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011