Knock

Année : 2017
Réalisateur : Lorraine Levy
Interprètes : Omar Sy, Ana Girardot, Alex Lutz, Audrey Dana, Sabine Azéma, Pascal Elbé, Michel Vuillermoz
Éditeur : Studiocanal
BD : BD-50, 114', zone B
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/02/18
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.39
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
19,99 €
Rakuten
8,55 €
Fnac
19,99 €

Knock, ancien voyou reconverti par hasard à la médecine, reprend le cabinet médical du village de Saint‑Maurice. Le médecin, qui s’acoquine avec le pharmacien du village, est déterminé à faire fortune en inventant toutes sortes de maladies imaginaires à ses nouveaux concitoyens. Bien qu’en butte avec le curé local, vexé par son dédain, Knock fait fortune. Mais l’escroc n’a pas prévu un coup de cœur pour une jolie jeune fille du village, ni l’arrivée d’un gredin qu’il avait côtoyé dans sa première vie.

 

Revisiter un classique n’est pas chose aisée mais s’avère souvent une démarche passionnante. Quoi de mieux qu’une relecture tardive (la pièce de Jules Romain date de 1923, le film avec Louis Jouvet de 1951) pour démontrer la modernité d’un propos ? Quoi de plus créatif qu’une relecture libre pour élargir un thème classique ?


Dans son audacieuse entreprise, la réalisatrice et scénariste Lorraine Levy a bénéficié de nombreux atouts : un joli casting de comédiens énergiques, une photographie et une lumière de grande qualité ainsi qu’une star inattendue. Knock, campé par le toujours tonique Omar Sy, est un personnage ultramoderne au sens où sa couleur de peau est, enfin, devenue donnée négligeable. Nul personnage ne l’évoque dans le film à aucun moment et, il faut le dire, cette disparition fait un bien fou.


Mais revisiter ou moderniser un classique exige aussi une mécanique de précision dans l’écriture. Et c’est là où le bât blesse. La réalisatrice et scénariste chasse en effet sur deux tableaux irréconciliables. Si son Knock reste un escroc avide qui sait faire fructifier les maladies imaginaires de ses patients ‑le fond de la pièce et du film original‑ il devient aussi ici une force solaire qui illumine le quotidien de ceux qu’il s’obstine pourtant à appeler ses « clients ». Deux faces totalement contradictoires, cupidité et amour, pour tout dire incohérentes, qui expliquent peut‑être les problèmes de rythme du récit (interminable prologue) ainsi que les incertitudes du jeu d’Omar Sy. Le talentueux comédien a de manière perceptible du mal à appréhender son personnage dans la globalité malgré quelques séquences éclatantes.


Autre problème d’écriture : les seconds rôles. Bien que servis par des acteurs compétents (Alex Lutz, Ana Girardot, Sabine Azéma, Hélène Vincent), ces personnages sont des figures unidimensionnelles, simples rouages narratifs qui ne suscitent d’autre attachement que purement décoratif à l’exception peut‑être de Christian Hecq, savoureux facteur soiffard. Ces gros soucis d’écriture ne trouvent pas meilleure illustration que la scène de fin, inracontable pour cause de spoiler. Un final censé précipiter l’alchimie mise en place par Knock à Saint‑Maurice mais qui, à coups de dialogues laborieux d’une intensité dramatique mal tenue et de gags visuels totalement hors sujet, s’effondre sans susciter l’émotion recherchée.

Paco Altura - Publié le 06/03/18
Liste des bonus
- Commentaires audio de Lorraine Levy


Commentaire

Des commentaires audio, c'est déjà ça. Lorraine Levy livre un accompagnement audio à son film extrêmement parcimonieux. Quelques anecdotes de tournage et notes d'intention mais la réalisatrice ‑qui ne maîtrise à l'évidence pas bien l'exercice‑ laisse la plupart du temps l'action du film se dérouler sans rien y ajouter.

Note bonus : 1/6
Image

Une très jolie qualité d'image, bien équilibrée en colorimétrie avec une légère patine vintage qui magnifie les décors du film. À noter, les visages très riches en détail et le grand soin apporté aux éclairages qu'il s'agisse de lumière naturelle ou des intérieurs plus sombres.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Une piste 5.1 de bonne qualité, des dialogues nets et une directivité impeccable. Mais on est surpris par les ambiances un peu en retrait. Ces montagnes et ce village manquent un peu de vie ! Dès que démarre la pétillante musique composée par Cyrille Aufort, les enceintes prennent joliment de la voix grâce à une montée dynamique bien maîtrisée.

Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Justin Theroux - The Leftovers saison 3
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
justin-theroux
gillian-anderson
christian-rouaud
tara-reid
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011