Ferdinand

Année : 2017
Réalisateur : Carlos Saldanha
Avec : Olivier Bouana, Juliette Poissonnier, Raphaël Cohen, Laurent Maurel (voix françaises)
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 108', zone B
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/04/18
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Espagnol DTS 5.1
Danois DTS 5.1
Hollandais DTS 5.1
Finlandais DTS 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Danois DTS 5.1
Suédois DTS 5.1
Flamand DTS 5.1
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, danois, hollandais, finlandais, allemand, italien, danois, suédois
14,99 €
14,99 €
15 €

En Espagne, Ferdinand, taurillon épris de nature et de fleurs, fuit l’élevage de taureaux de combat qui l’abritait après la mort dans l’arène de son père Raf. Recueilli par la petite Nina, Ferdinand grandit en liberté et devient un colosse paisible. Mais à la suite d’une méprise, Ferdinand est arraché à ceux qui l’aiment et renvoyé dans l’élevage de son enfance. Il va tenter de convaincre ses compagnons de captivité de fuir avec lui.

 

Les créateurs de L’âge de glace et Rio livrent ici un joli récit rythmé et drôle qui fera mouche chez les tout‑petits. Les plus grands, peut‑être plus cyniques, comprendront que si le film multiplie autant les personnages secondaires ‑notamment l’amusante chèvre Lupe‑ c’est autant pour solliciter les zygomatiques des enfants... que pour tenir sur la durée d’un long métrage.


On peut aussi regretter que le studio Blue Sky n’ait pas développé, comme pour L’âge de glace ou les productions Pixar jadis, un double discours impliquant les juniors et leurs parents. La chose est d’autant plus malencontreuse que le pitch initial de Ferdinand sur le refus du déterminisme (combat dans l’arène ou résignation à l’abattoir) semblait se prêter à merveille au développement de thématiques parlant à toutes les générations.

 

En évitant la plupart des clichés sur la tauromachie, Ferdinand fait le choix de ne parler qu’aux plus jeunes de manière souriante. C’est une option assumée qui se défend, mais qui conduira sans doute les parents à laisser leurs kids seuls avec le film au lieu de vibrer en leur compagnie.

Paco Altura - Publié le 02/07/18
Liste des bonus
- Le guide de santé de Ferdinand avec John Cena (3')
- Le guide de la vie d'une chèvre (3')
- La bande de Ferdinand (3')
- L'Espagne vue par Ferdinand (2')
- La confession d'un cheval qui aime les taureaux (3')
- La création du monde de Ferdinand (5')
- L'anatomie d'une scène « L'encierro » (4')
- Apprendre à danser avec Ferdinand (7')
- Créer son propre jardin fleuri avec Ferdinand (6')
- Clip de la chanson Home chantée par Nick Jonas (3')
- La composition d'une chanson extra‑corne‑dinaire (3')
- Galerie d'images (concept, personnages, décors, photos)


Commentaire

Au milieu d'un déluge de suppléments gadget en VOST (conseils nutrition aux enfants de la part du catcheur stéroïdé John Cena...) quelques bonus se distinguent. L'anatomie d'une scène décrit, de manière très pédagogique, toute la conception d'une séquence, depuis le scénario en passant par les prévisualisations, les ajouts des animateurs... C'est passionnant.

 

Les petits pourront aussi s'intéresser ‑avec l'aide de leurs parents, VOST oblige‑ à un atelier pratique permettant de créer un petit jardin fleuri à partir de coquilles d'œufs. Ils devraient enfin suivre avec intérêt le module « Apprendre à danser » où les chorégraphes du film expliquent les différentes danses des taureaux, leurs inspirations et détaillent quelques pas de base faciles à maîtriser.

Note bonus : 3/6
Image

Une copie impeccable, nourrie de couleurs vives magnifiant cette vision cartoon de l'Espagne. L'extrême précision du master souligne, paradoxalement, les choix des animateurs de ne pas surcharger l'image et les dessins d'un surcroît de détails, contrairement à ce que fait Pixar depuis quelques années.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Le traitement technique de la VOST entraîne un évident gain de pêche dans les graves et les ambiances ainsi que lors des séquences musicales. À noter aussi, une excellente spatialisation. Même si elle est moins‑disante techniquement, il faut toutefois saluer l'excellence artistique de la VF.

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
INTERVIEWS
Leïla Bekhti - Jour polaire saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
leila-bekhti
stefano-sollima
jesse-tyler-ferguson
rotem-shamir
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011