Twin Peaks : the Return

Année : 2017
Réalisateur : David Lynch
Avec : Kyle MacLachlan, Laura Dern, Robert Forster, Mädchen Amick, Kimmy Robertson, David Lynch
Éditeur : Paramount
BD : 7 BD-50, 1 035', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 27/03/18
Prix ind. : 42,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Japonais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, allemand, espagnol, néerlandais, italien, norvégien, suédois, danois
42,99 €
44,99 €
44,99 €

Il nous a fallu du temps pour nous lancer. La crainte d'être déçu. Et puis le miracle. Voilà sans doute le seul mot capable de faire honneur à Twin Peaks : the Return. La seule façon de résumer la brillance inattendue de cette troisième saison venue de nulle part, chargée de donner suite, près d'un quart de siècle après son arrêt, à une série qui a bouleversé le paysage télévisuel, entre 1990 et 1991. Il fallait une audace folle au duo formé par David Lynch (Mulholland Drive) et Mark Frost pour oser se perdre à nouveau dans le petit monde surréaliste de Twin Peaks, qu'ils avaient brutalement laissé en suspend à l'époque avec un ultime épisode façon coup de tonnerre, ayant alors plongé les fans dans un impénétrable brouillard de questions sans réponses. Comment revenir après tant d'années ? Comment raccrocher les wagons narrativement et artistiquement ? Et comment surtout ne pas ébrécher à l'occasion la légende d'une série aussi unique ? La réponse : en allant ailleurs, en frappant à côté, en s'aventurant toujours plus loin, en osant se jouer des attentes et de la nostalgie pour propulser pleinement Twin Peaks dans le XXIe siècle.

 

Entièrement aux commandes de cette nouvelle saison (à l'inverse des deux premières, qui ont d'ailleurs pu souffrir parfois cruellement de son absence), David Lynch s'empare de la mythologie de Twin Peaks avec une audace vertigineuse, sans limites, capable de presque tout (de la comédie slapstick à la terreur psychologique). Ténébreux, taciturne jusqu'à l'excès, osant laisser s'étendre longuement des segments avant‑gardistes hallucinants à placer aux côtés des œuvres les plus folles de son créateur (Eraserhead ou Inland Empire en tête), The Return ne ressemble à rien de connu, et surtout pas à lui‑même. Le long de 18 épisodes d'une heure, pensés comme un seul et même film, Lynch prend tout son temps pour nous désorienter dans une inconfortable mais hypnotisante bulle d'abstraction et de mystères. Toute la beauté du geste est là, dans ce lent et impénétrable mouvement de « retour » vers les origines, vers Twin Peaks, symbolisé par l'odyssée de l'agent Dale Cooper, héros diffracté et perdu incarné en kaléidoscope par un Kyle MacLachlan n'ayant sans doute jamais aussi bien joué de sa carrière.

 

Et si la série s'enrichit d'une constellation de fascinants nouveaux personnages (dont ceux joués par Laura Dern ou Noami Watts, incroyable en mère de famille à la langue bien pendue), ce sont surtout les visages déjà connus qui donnent à cette nouvelle saison son aura émouvante, quasiment crépusculaire face à ces héros d'antan, transformés par les années. De Dana Ashbrook, jouant un Bobby Briggs passé du bon côté de la loi, jusqu'à la terrifiante Grace Zabriskie dans le rôle troublant de Sarah Palmer, tous ou presque sont là (dont certains disparus depuis tels Harry Dean Stanton, Miguel Ferrer ou Catherine E. Coulson), pièces éparpillées mais indispensables d'un grand puzzle impossible à compléter, où les moindres éclaircissements révèlent sans cesse de nouveaux abysses insondables.

 

Œuvre totale située à des kilomètres au‑dessus du reste du monde, Twin Peaks : the Return ne vous quitte jamais vraiment, même après ses troublantes dernières images, invitant sans cesse à la relecture maniaque, pour y trouver encore et encore de nouveaux détails et fragments. Incomparable, tout simplement.

Émilien Villeroy - Publié le 04/10/18
Liste des bonus
- Extraits promotionnels produits par David Lynch (6')
- Documentaire : le phénomène (15')
- Comic-Con 2017 : le panel Twin Peaks (60')
- Un rêve très agréable : une semaine à Twin Peaks (27')
- Documentaire : les films de Richard Beymer (60')
- Galerie de photos des coulisses (0')
- Impressions : un voyage dans les coulisses de Twin Peaks (dix parties, exclusivité Blu-Ray Fnac) (300')
- Logos Rancho Rosa (3')


Commentaire

À ceux qui craindraient la sensation d'abandon à la fin des 18 épisodes de Twin Peaks : the Return, le coffret Blu‑Ray de la série propose plus de 11 heures de bonus. Une collection absolument massive qui permet de se replonger dans les secrets de la série aux côtés de David Lynch et ses acteurs.

 

Si certains documents tiennent de l'anecdote sympathique (tels que le court film consacré à la popularité de la série depuis sa sortie ou le question‑réponse au Comic‑Con 2017), d'autres sont presque aussi indispensables que le visionnage de la série en elle‑même !

 

En tête, Impressions, une collection de dix documentaires pour une durée hors norme de 4h50, captés durant le tournage de la série et montés avec un sens du rythme et du mystère tout à fait lynchéen. Discussions de fond avec les acteurs, tracas de production venant mettre à mal le flegme de Lynch et mise au point de séquences désormais mythiques : un témoignage absolument incroyable et intimiste sur un tournage qui ne perd en rien de sa fascination.

 

Aux côtés de cette mini‑série mastodonte, les deux autres making of semblent bien plus restreints (durant 30 minutes et une heure respectivement) mais continuent de passionner, tant ils nous ramènent au cœur de la magie de Twin Peaks. Un pur bonheur.

Note bonus : 6/6
Image

Des noirs profonds des nuits de Twin Peaks jusqu'aux drapés de velours de la Black Lodge, la réalisation numérique extrêmement soignée de cette troisième saison est mise à l'honneur par ce coffret Blu‑Ray, offrant une image splendide, riche et pleine de détails, que l'on ne se lasse pas de scruter d'un épisode à l'autre. Pur bonheur que de pouvoir regarder en HD, les yeux écarquillés, la séquence « atomique » de l'épisode 8, véritable tourbillon visuel comme Lynch n'en avait pas signé depuis Eraserhead. Du très haut niveau.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Des multiples casquettes portées par David Lynch lors du tournage de Twin Peaks : the Return, celle de « sound designer » était sans doute la moins remarquée. Et pourtant, d'un bout à l'autre, le travail réalisé sur les ambiances sonores, entre bruits aliens et bourdons inquiétants, joue beaucoup dans le pouvoir de fascination exercé par cette nouvelle saison. Un travail d'orfèvre que l'on prend grand plaisir à redécouvrir dans cette édition Blu‑Ray, à écouter absolument en VO Dolby TrueHD 5.1 pour profiter de chaque fréquence et de chaque grincement. Très belle qualité également pour les fameuses séquences musicales chargées de conclure chaque épisode (mention spéciale au tempétueux groupe Trouble dans l'épisode 5).

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
INTERVIEWS
Leïla Bekhti - Jour polaire saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
leila-bekhti
stefano-sollima
jesse-tyler-ferguson
rotem-shamir
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011