Jurassic World : Fallen Kingdom

Année : 2018
Réalisateur : Juan Antonio Bayona
Interprètes : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Rafe Spall, Justice Smith, Jeff Goldblum, Toby Jones
Éditeur : Universal
BD : 1 UHD-99 + 1 BD-50, 128', toutes zones
Genre : fantastique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/10/18
Prix ind. : 29,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD High Resolution 7.1
Anglais DTS:X
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Tchèque DTS‑HD High Resolution 7.1
Polonais DTS 5.1
Sous-titres
Français, anglais, néerlandais, danois, finnois, norvégien, suédois, tchèque, polonais, grec, roumain, chinois, coréen
29,99 €
29,99 €
29,99 €

Comment reprendre une telle franchise ? En brûlant tout, tel Attila, sur son passage. Le réalisateur espagnol Juan Antonio Bayona (L'orphelinat, The Impossible) déclenche une éruption volcanique dévastatrice sur Isla Nubar, scellant le sort des milliers d'animaux préhistoriques abandonnés depuis la dernière catastrophe du parc. Alors que le monde se demande s'il est raisonnable de laisser ces espèces rares s'éteindre à nouveau, Claire (Bryce Dallas Howard) et Owen (Chris Pratt) sont rappelés par l'ancien partenaire du créateur du parc afin de constituer en urgence une arche de Noé. Enthousiastes, ils ne se doutent pas des réelles intentions de l'homme d'affaires vivant reclus dans son antre avec une étrange petite fille.

 

Jeff Goldblum est toujours là, les dinos aussi. Mais c'est bien tout ce qu'il reste de Jurassic Park. Le choix de Bayona s'oriente peu à peu vers d'autres problématiques et il en faudra beaucoup plus pour révolutionner le cinéma autant que l'avait fait un certain Spielberg en 1993. Reste que cette nouvelle mouture, qui ne peut s'empêcher de traîner en longueur, réussit à nous tenir en haleine, mixant habilement saynètes comiques (Chris Pratt complètement paralysé tente d'éviter la lave et c'est tordant), créations numériques très propres et enjeux écolo majeurs. De quoi passer un moment détente, si ce n'est ces 128 trop longues minutes. 

Carina Ramon - Publié le 13/09/18
Liste des bonus
- Sur le plateau avec Chris et Bryce (3')
- Le royaume évolue (5')
- Retour à Hawaï (3')
- Action sur l'île (6')
- À bord de l'Accadia (6')
- Naissance de l'indoraptor (4')
- Commencez les enchères (3')
- Tué par un dino (2')
- Monstre dans le manoir (3')
- Confrontation sur le toit (4')
- Le retour de Malcom (3')
- Effets visuels évolués (7')
- La discussion (10')
- Chanson pour le royaume (1')
- Les journaux de Jurassic de Chris Pratt (12')
- Blu-Ray du film et bonus


Commentaire

Comment le nouveau réalisateur s'est affranchi de l'héritage de sa saga ? En imaginant un volcan qui détruit tout sur Isla Nubar, empêchant ainsi toute tentative s'y implanter son histoire. Pas bête ce vilain volcan. Un peu plus loin, on en apprend plus sur les moyens techniques mis en œuvre pour « fabriquer » de la lave, ou encore l'importance dans le récit de la scène de l'opération de Blue.

 

Au sein de cette multitude de petits bonus parfois bien creux, celui tourné par Chris Pratt est sans doute le plus intéressant. On y voit de près toute l'équipe, de la maquilleuse aux effets spéciaux. Sa bonne entente avec Bryce Dallas Howard ne fait aucun doute (cliquer pour la revoir en vidéo lors de la sortie de Terminator Renaissance), d'autant que celle‑ci semble toujours partante pour rigoler. 

 

Mention spéciale à la petite chanson du jeune comédien Justice Smith offerte à toute l'équipe. Touchant. 

Note bonus : 3/6
Image

Malgré la présence du prestigieux label HDR Dolby Vision, la copie n'est pas tapageuse ni outrageusement démonstrative. Lumière et brillance sont simplement bien maîtrisées, les verts largement boostés, la lave incandescente paraît tout simplement réelle et les rouges « pètent » comme il faut. Sans oublier les effets spéciaux (l'autre personnage du film) parfaitement intégrés.

 

Difficile dans ces conditions de reprocher quoi que ce soit (de rares effets d'aliasing ?) à ce master qui fait le job. D'autant que la lisibilité reste en tout point optimale avec des contrastes maîtrisés à la perfection (cf. la dernière partie du film dans la maison, où se déroule la vente aux enchères et la poursuite sur les toits). 

 

Tourné entièrement en numérique en 3,4K puis ramené en 2K via le Digital Intermediate, le film a aussi un sens impressionnant des détails, des couleurs riches et naturelles, des contrastes extrêmement denses et une texture loin d'être lisse. Encore une preuve flagrante qu'un master 2K bien upscalé reste bluffant. Vraiment très bon.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Ouille ouille ouille la VF. Aurait‑on livré un container de Lexomil aux doubleurs ? Une catastrophe au niveau du jeu alors que techniquement, elle reste bien active tout du long. Pour plus de nervosité dans l'incarnation des personnages, plus de justesse aussi, passez en VO DTS:X. La différence est flagrante, vous ne regardez plus le même film de la même façon et l'immersion dans l'action sera tout à coup au rendez‑vous. Bref, Jurassic World : Fallen Kingdom vient malheureusement étoffer la longue liste des longs métrages dénaturés par leur doublage…

 

Outre les acteurs et leur voix originelle, la VO DTS:X vaut aussi pour sa puissance. Elle est plus dense, plus dynamique et plus dévastarice, notamment sur les poursuites avec les dinos. Cela est particulièrement vrai lors de la scène épique du film, quand toutes les bébêtes fuient l'irruption volcanique en direction de la mer.

 

Plus globalement, la bande‑son est riche de détails et de gimmicks sonores. Le rugissement des dinosaures est toujours aussi puissant et impressionnant, les mille bruits de la jungle emplissent totalement la salle Home Cinéma et la musique est parfaitement dispatchée sur toutes les enceintes. À noter, une grosse activité à l'avant, épaulée par des canaux hauteur régulièrement actifs. Un must, on vous dit !

Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
INTERVIEWS
Poppy Montgomery - Unforgettable saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
poppy-montgomery
priyanka-chopra
mads-mikkelsen
michael-c-hall
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011