Amoureux de ma femme

Année : 2018
Réalisateur : Daniel Auteuil
Interprètes : Daniel Auteuil, Sandrine Kiberlain, Gérard Depardieu, Adriana Ugarte
Éditeur : FTD
BD : BD-25, 85', zone B
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 29/08/18
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
14,99 €
15,04 €
14,99 €

Pour Daniel (Daniel Auteuil), la cinquantaine, marié à Isabelle (Sandrine Kiberlain), la tentation porte une robe rouge, arbore un délicieux accent espagnol et vient de débarquer chez lui à l'occasion d'un dîner avec son vieil ami Patrick (Gérard Depardieu). Tandis que les deux couples font plus ample connaissance, l'esprit de Daniel connaît quelques divagations érotico‑romantiques dans lesquelles la belle et jeune Emma (Adriana Ugarte) tient le premier rôle.

 

Adapté de la pièce de théâtre à succès L'envers du décor de Florian Zeller dans lesquelles les pensées intimes d'un homme en pleine crise de la cinquantaine étaient révélées au public sous forme d'apartés, Amoureux de ma femme n'est pas la comédie pétillante que l'on attendait, plutôt un exercice de style mêlant pas toujours adroitement rêve et réalité. Un film en miroir qui plombe la légèreté de départ (l'imagination florissante de Daniel) et ne livre au final que quelques saynètes vraiment drôles, comme cette scène au cours de laquelle l'épouse pas dupe, après un geste maladroit ayant entraîné une énorme tache, prête sa robe la plus moche à la plantureuse concurrente d'un soir. C'est trop peu.

Carina Ramon - Publié le 20/09/18
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

FranceTV y croit moyen, visiblement.

Note bonus : 0/6
Image

Une image cossue, des décors de rêve, Paris en toile de fond, que demander de plus si ce n'est quelques extérieurs en plus ? L'appartement de Daniel et Isabelle a beau être sublime, il confère au film un côté trop théâtral. Techniquement, précision, couleurs chatoyantes et piqué d'image sont bien visibles. 

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Bien plus que les dialogues clairs et vifs à l'avant, c'est la musique originale de Thomas Dutronc que l'on retient. Un petit air festif qui retranscrit parfaitement l'état d'ébullition intérieur de Daniel. Faute d'ambiances extérieures, la piste DTS‑HD Master Audio 5.1 reste toutefois timide. 

Top son : aucun
Note son : 4/6