Norah Jones - Live at Ronnie Scott's

Année : 2018
Réalisateur : Nick Wickham
Avec : Norah Jones, Brian Blade, Christopher Thomas
Éditeur : Eagle Vision
BD : BD-50, 116', zone B
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 15/06/18
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
DTS-HD Master Audio 5.1
LPCM stéréo
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, portugais
17,99 €
15,79 €
17,99 €

Heureuse bulle d’air frais que ce live de la pianiste et chanteuse Norah Jones, capté en septembre 2017 à Londres dans l’antre du Ronnie Scott’s Jazz Club. Une salle à taille humaine, où le public semble à portée de main avec sa petite scène délicatement éclairée. Là, un trio de musiciens complices suffit pour nous offrir 90 minutes suspendues et intimistes.

 

Revenue en 2016 avec l'album Day Breaks aux ambiances feutrées d'un Come Away With Me qui l’avait révélée il y a déjà 16 ans, Norah Jones avait alors fait le choix de défendre ce nouvel opus sur scène dans une formation plus minimale qu’à l’accoutumée, se focalisant sur les clubs de jazz et piano‑bars de ses débuts. C'est donc à un show tout en simplicité que nous convie l'artiste, revisitant avec beaucoup de sensibilité un beau florilège de titres de son répertoire (dont le toujours entêtant Don't Know Why) en appuyant sur leurs racines jazz et soul, tout en s'essayant à deux reprises assez représentatives du pont artistique qu'elle a toujours souhaité construire : Duke Ellington, avec Fleurette Africaine, et Neil Young pour son bluesy Don't Be Denied.


Aux côtés de la pianiste, nous offrant un timbre de voix toujours aussi feutré et délicat au micro, un duo rythmique de choc. Le batteur Brian Blade tout d'abord, dont la présence discrète sur ces ballades délicates n'est pas à sous‑estimer, apportant un groove méticuleux aux morceaux ainsi qu'une bonne humeur communicative avec ses mimiques enthousiastes. Et le bassiste Christopher Thomas qui volerait presque la vedette à Norah Jones : passant de la basse électrique à la contrebasse, des doigts à l'archet au fil des humeurs, il vient habiller le moindre morceau de lignes de basses rondes et précises, pleines de glissandos impeccables. Des camarades avec lesquels Norah Jones semble beaucoup s'amuser, comme en témoignent les regards complices et autres brefs échanges entre les morceaux.

 

Rares sont d'ailleurs les documents live comme celui‑ci qui laissent le show tel quel, dans son jus, comme quand Christopher Thomas décide d'interrompre un morceau en plein milieu pour changer de manière de jouer de la contrebasse : pas d'esbroufe, pas de triche. Juste une petite bande de musiciens qui prennent du bon temps à jouer ces quelques ritournelles délicates, transformées pour l'occasion en terrains de jeu jazzy. Et le plaisir est communicatif.

Émilien Villeroy - Publié le 29/11/18
Liste des bonus
- Interview de Norah Jones (20')
- Morceau bonus : Burn (5')


Commentaire

En plus d'un morceau supplémentaire joué sur scène (dont on s'étonnera de l'absence au sein de la captation principale, puisqu'il semble avoir été joué le même soir), ce live est accompagné d'une longue interview de Norah Jones réalisée par le journaliste Paul Sexton en amont du concert. Pendant vingt minutes, la chanteuse évoque son rapport au jazz, ses influences et sa façon d'appréhender l'exercice du concert. Un échange tout simple et décontracté qui, s'il n'offre aucune révélation, a le mérite de laisser la parole à l'artiste.

Note bonus : 3/6
Image

Une petite scène, quelques spots, trois musiciens assez statiques : ce concert de Norah Jones est bien loin des extravagances scéniques d'autres artistes dans l'exercice du live. Du coup, ni surprise ni explosions visuelles ne vous attendent avec la réalisation très soignée mais assez minimale de ce concert. Reste une image belle, soignée et pleine de détails, particulièrement sur les gros plans au plus près des interprètes.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Là encore, si le minimalisme des arrangements ne fera trembler aucun Home Cinéma, la qualité audio de cette captation 5.1 est absolument impeccable, presque plus précise que dans certaines versions studio, laissant beaucoup d'espace à chaque instrument, entre les brossés discrets de la batterie, les lignes de basses précises et la voix chaude de Norah Jones. La piste stéréo ne nous fait pas ressentir la salle, se rapprochant plus du disque pour le coup.

Top son : 78'38 (Don't Know Why revisitée avec beaucoup de délicatesse), 23' (Out on the Road et sa longue coda soul), 20'30 (beau solo de piano sur Sinkin' Soon)
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 12/12/18 The Last Movie
INTERVIEWS
Lucy Lawless - Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
lucy-lawless
matt-dillon
eric-rochant
lucky-mckee
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011