Paul Rodgers : Free Spirit

Celebrating the Music of Free
Année : 2018
Réalisateur : Paul M. Green
Avec : Paul Rodgers, Richard Newman, Gerard Louis, Ian Rowley
Éditeur : Bertus France
BD : BD-50, 80', zone B
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 29/06/18
Prix ind. : 15,44 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
DTS‑HD Master Audio 5.1
LPCM stéréo
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, allemand, portugais

De tous les groupes de blues rock ayant émergé dans l'Angleterre de la fin des 60's, Free n'aura sans doute pas été le plus brillant, mais au moins l'un des plus populaires et solides avec l'aide de tubes cultes comme ce All Right Now dont le riff vient encore hanter aujourd'hui les boutiques de guitares électriques. Porté par la voix puissante de Paul Rodgers, le groupe avait sorti alors quelques albums acclamés (dont le culte Fire and Water) avant de jeter l'éponge en 1973, laissant son chanteur et son batteur partir fonder Bad Company.

 

Free ne s'étant jamais reformé par la suite et ayant perdu la moitié de ses effectifs avec les décès du guitariste Paul Kossoff en 1976 et du bassiste Andy Fraser en 2015, c'est en solitaire, accompagné d'une bande de musiciens anonymes (le backing band de la chanteuse Deborah Bonham) que Paul Rodgers a donc décidé de célébrer le cinquantième anniversaire de la formation du groupe de ses vingt ans. Le résultat : une grande tournée flashback sous le titre Free Spirit dont un Blu‑Ray nous retrace aujourd'hui les aventures sur la scène londonienne du Royal Albert Hall, en mai 2017.

 

Premier constat absolument renversant : à 68 ans, Paul Rodgers n'a absolument rien perdu de son coffre, attaquant chaque morceau avec une énergie et une présence tout bonnement inchangées en un demi‑siècle. Aussi fringant qu'enthousiaste face à un public très présent (et auquel il laisse régulièrement la parole sur les refrains), le chanteur a tout du jeune premier, jouant avec son pied de micro et arpentant la scène en souriant, avant de venir atteindre des notes qui feraient pâlir de jalousie pas mal de ses contemporains. Que ce soit sur des ballades bluesy comme Be my Friend ou les grosses explosions hard rock comme Wishing Well, Paul Rodgers assure le show avec panache, balançant avec aisance des vibratos bluesy comme s'il était encore en 1970.

 

Dommage que tout le reste ne soit pas à la hauteur de son interprète. Au‑delà même d'une réalisation assez paresseuse et d'une technique pas spécialement renversante pour cette édition Blu‑Ray, difficile d'enlever à ce concert une certaine sensation de rigidité et de mollesse. Reprenant très fidèlement cette collection de titres plus ou moins rares de Free, les musiciens de Rodgers ne brillent pas spécialement par la finesse de leur interprétation, manquant cruellement de vie et de pêche, principalement pendant certains longs solos exécutés sans grâce ni joie. Il faut dire que le mixage n'aide pas non plus, avec une batterie balourde et une guitare parfois perdue en arrière‑plan. Et bien que Paul Rodgers donne de lui‑même d'un bout à l'autre de ces 80 minutes, certains titres à mi‑parcours ennuient même franchement avec leur ronron blues rock répétitif et poussif. Parfois, les chanteurs se conservent mieux que leurs chansons.

Émilien Villeroy - Publié le 10/12/18
Liste des bonus
- Première partie : Jasmine Rodgers (19')
- Première partie : Deborah Bonham (20')


Commentaire

Histoire de vous faire revivre en intégralité l'expérience de ce live à Londres, le Blu‑Ray propose en bonus les deux premières parties qui précédaient le concert, sous le signe de la famille. Tout d'abord Jasmine Rodgers, la fille de Paul Rodgers, qui interprète six jolis titres de folk doucement psychédélique dont la simplicité touchante vient faire pardonner le manque criant d'originalité. Celle‑ci est suivie par Deborah Bonham, sœur de John Bonham de Led Zeppelin, pour des résultats bien moins recommandables avec un blues rock acoustique sans relief qui a bien du mal à maintenir l'intérêt le long de sept titres. Mais c'est l'avantage des concerts à domicile : même rajoutées en bonus, on peut toujours éviter les premières parties.

Note bonus : 2/6
Image

Résultats très contrastés côté image, avec une réalisation basée presque intégralement sur des plans assez lointains (à part quelques caméras en fish eye près du clavier et de la batterie pour des résultats évidemment hideux). Du coup, malgré quelques beaux contre‑champs d'ensemble sur la salle et sur son public enthousiaste, le reste souffre d'une certaine confusion, avec une image assez fade, des zooms numériques à foison et des plans larges sur la scène peu flatteurs. Du côté des points positifs, une jolie ambiance feutrée et colorée. 

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Un peu pataud, le groupe de Paul Rodgers ne brille pas spécialement non plus côté audio avec un son correct mais manquant un peu de relief en stéréo, principalement du côté de la guitare. Fort heureusement, la vraie star qu'est la voix phénoménale de Paul Rodgers peut ainsi rester sous les projecteurs, étant parfaitement mise en avant, portant parfois à elle seule certains morceaux. À noter que la piste 5.1 est légèrement plus aiguë que la stéréo, un changement de tonalité étonnant. La piste multicanale propose toute de même une scène sonore élargie.

Top son : 59' (All Right Now, jouée exactement comme à l'époque)
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 19/01/19 Peppermint
BLU 19/01/19 Peppermint
DVD 19/01/19 Hell Fest
INTERVIEWS
Melissa Bernstein - Breaking Bad saison 5
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
melissa-bernstein
justin-theroux
michael-c-hall
sidse-babett-knudsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011