La sentinelle des maudits

The Sentinel
Année : 1977
Réalisateur : Michael Winner
Interprètes : Cristina Raines, Chris Sarandon, Burgess Meredith, Ava Gardner, John Carradine, Martin Balsam
Éditeur : Éléphant Films
BD : 1 BD-25 + 1 DVD-9, 91', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 21/11/18
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français

En 1977, Universal souhaite imiter les studios concurrents qui optent les uns après les autres pour la mouvance des films satanistes. Succédant aux cartons de Rosemary’s Baby (1968) et L’exorciste en 1974, La sentinelle des maudits s’inscrit dans un contexte absolument favorable au genre. Par ailleurs, son décorum urbain (le film a été tourné dans une authentique résidence de Brooklyn) inspire Michael Winner dont c’est la première et ultime œuvre horrifique.

 

Célèbre top model, Alison Parker (Cristina Raines) emménage dans un charmant appartement de Brooklyn Heights. Elle fait la connaissance de ses voisins au comportement extravagant comme ce vieil homme flanqué d’un chat (Burgess Meredith, tout juste un an après avoir interprété Mickey dans Rocky), ou ce couple de lesbiennes aguicheuses. Mais sa santé mentale, extrêmement fragile, ne serait‑elle pas à l’origine de ces visions ? Pourquoi son petit ami découvre‑t‑il une résidence complètement décatie et abandonnée une fois rendu sur place ?

 

La réussite du film repose précisément sur cette double lecture déroutante, d’une part les projections intimes d’Alison dans lesquelles déambule un père cadavérique et terrifiant, de l’autre une réserve souterraine d’immondices échappant à l’intelligible et canalisée seulement grâce au regard, plus clairvoyant sur le monde qu’on ne pourrait le croire, d’une sentinelle élue.


Une pépite incontournable à (re)voir d’urgence.

Carole Lépinay - Publié le 20/05/19
Liste des bonus
- La locataire : documentaire de Julien Comelli et Erwan Le Gac (18')
- 10 Montague Terrace, Paradise on Earth : documentaire de Julien Comelli et Erwan Le Gac (6')
- DVD du film


Commentaire

À travers sa présentation truffée de petites anecdotes intéressantes, Julien Comelli explique pourquoi La sentinelle des maudits, produit par Universal, est un film post‑Romemary's Baby. Références cinématographiques et historiques à l'appui, il replace l'unique œuvre horrifique de Michael Winner dans un contexte complètement favorable au genre. On apprend qu'initialement Don Siegel avait été pressenti pour adapter ce formidable best‑seller de Jeffrey Konvitz (que l'on retrouve également au scénario). 

 

Puis retour à Brooklyn Heights, au 10 Montague Terrace, la petite « résidence des horreurs » d'Alison Parker. Le documentaire fait des allers‑retours entre le décorum originel du tournage et ce qu'il est devenu... Il ne donne qu'une envie, y aller en pèlerinage illico ! 

Note bonus : 4/6
Image

Compte tenu de l'âge du film, on comprend aisément les plans larges parfois difficiles et un certain manque de définition. Malgré tout, le charme opère avec de jolies couleurs encore agréables. 

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Une VO parfois excessive, doublée d'une musique grandiloquente typique de l'époque. Une plongée en pleine horreur Seventies qui manque bien sûr de dynamique mais affiche une clarté appréciable. VF beaucoup trop décalée dans le ton pour s'y attarder.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Leïla Bekhti - Jour polaire saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
leila-bekhti
sarah-jessica-parker
mads-mikkelsen
lucy-lawless
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011