Le roi lion

The Lion King
Année : 1995
Réalisateurs : Rob Minkoff, Roger Allers
Interprètes : Matthew Broderick, James Earl Jones, Jeremy Irons, Rowan Atkinson, Whoopi Goldberg (voix VO)
Éditeur : WDSHE
BD : 1 UHD-66 + 1 BD-50, 88', toutes zones
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 24/08/11
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 7.1
Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby TrueHD 7.1
Allemand Dolby Digital Plus 7.1
Japonais Dolby Digital Plus 7.1
Coréen Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Mandarin Dolby Digital 2.0
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, japonais, espagnol, allemand, coréen, mandarin
Amazon
29,91 €
Rakuten
19,80 €
Fnac
29,99 €

Dans un monde hostile et sauvage, la vie recèle de mille et une merveilles. Luttes de pouvoir, morts cruelles, guerres des territoires, mais aussi entraide, amour fraternel et paysages grandioses.

C'est le cycle de la vie et le terrain de jeu du jeune Simba, fils du roi Mufasa, respecté de tous pour sa sagesse et sa bonté. Sauf de son frère Scar (« cicatrice »), un lion famélique et vil qui s'acoquinera bientôt avec les hyènes pour régner en maître sur les steppes verdoyantes des hautes plaines d'Afrique. Seul Simba, héritier du trône, sera capable de lutter pour le bien de tous, en même temps que pour sa propre survie. À ses côtés, il pourra compter sur l'aide du perroquet Zazu, du phacochère Pumbaa et du suricate Timon. Un drôle de quatuor prêt à tout pour que la nature reprenne ses droits.

Succès surprise et immense des studios Disney en 1995, Le roi lion aura marqué son temps comme les mémoires des enfants, aujourd'hui devenus adultes et ravis de découvrir ce dessin animé comme ils ne l'ont jamais vu à ce jour. Ode à la nature, à la vie sauvage, aux paysages à couper le souffle de l'Afrique, ce film marque aussi un tournant dans l'histoire des studios. Entre effets spéciaux et travail à l'ancienne, Le roi lion allie visuellement l'attrait de la nouveauté (pour l'époque), la perfection des peintures naturalistes et la poésie de la peinture abstraite (en illustration des scènes chantées). Le tout saupoudré d'un humour tordant (ça rote et même pire…) et de grands sentiments sur fond de vie et de mort. Inoubliable.

Carina Ramon - Publié le 11/01/19
Liste des bonus
- Bêtisier et prises ratées, à la manière d'un film classique (4')
- Coulisses de production : la fierté du Roi lion (38')
- Le roi lion : inoubliable Don Hahn, le producteur (20')
- Scènes coupées et crayonnés animés commentés (15')
- Possibilité de visionner le film avec les paroles des scènes chantées
- « Le rapport du matin » : scène rallongée (2')
- Galerie interactive : création des personnages, développement visuel, story‑board, mise en scène…
- Archives visuelles Disney : making of des chansons, conception de la scène « Le rapport du matin », séquences coupées, composition de la musique… (100')
- Promo BD 3D
- Blu-Ray du film et bonus


Commentaire

Une interactivité énorme déjà proposée sur la précédente édition Blu‑Ray. À visiter en premier lieu, les coulisses de production où l'on apprend notamment que l'animateur de Scar s'est inspiré du physique coupé à la serpe de Jeremy Irons, qui interprète la voix du frère maudit. On découvre également toute l'équipe et les huiles Disney en réunion au sommet dix‑sept ans après la création du film, alors qu'ils étaient alors tous très loin de penser au succès qui les attendait.

Le reste des bonus est une somme monstre d'archives, de sujets sur la création du film et d'interviews des équipes (production, casting, animation…). De la genèse du film (un voyage en Afrique) à la participation chaotique de Elton John en passant par la venue dans les studios Disney d'un vrai lion pour croquer aux mieux ses expressions, ou encore une rencontre avec Matthew Broderick (La folle journée de Ferris Bueller), qui interprète la voix de Simba adulte, vous saurez tout ! Des compléments de choix qui devraient scotcher les incollables du Roi lion.

Note bonus : 6/6
Image

Succès énormissime et film adoré de tous, les studios Disney sortent la meilleure version du film jamais montrée. Et ce n'est certainement pas une formule marketing de notre part. Cette version, pourtant issue d'un Digital Intermediate 2K, est bel et bien étonnante avec une palette de couleurs d'une intensité et d'une vibrance inédites. Ainsi, certaines portions de l'image autrefois un peu ternes retrouvent ici un lustre formidable sans saturation excessive. Les paysages, le ciel rougeoyant, les pelages, la faune et la flore, tout reste naturel, comme une évidence. Les dégradés du ciel africain se montrent sous un jour nouveau et illuminent l'écran de leurs couleurs marbrées. La moindre fleur en arrière‑plan se voit et s'apprécie. C'est réellement superbe. 

 

On pourrait énumérer nos meilleurs moments (le canyon, la jungle, les yeux verts terrifiants de Scar…), mais on y passerait des heures tant l'intégralité du film fait un grand bond dans le futur tout en gardant, et c'est essentiel, les sensations de l'époque. L'émotion n'en est que plus forte.

 

En bref, une intensité, une brillance et un relief jamais vus. Cerise sur le gâteau : une précision accrue pour des contours plus nets et une fraîcheur qui réjouira petits et grands. Magique.

 

 

Top image : 2'39 (le perroquet Zazou en plein vol arrive derrière le spectateur et passe devant lui pour s'éloigner loin devant…)
Note image : 6/6
Son

Une bande‑son plus ronde et plus dodue que jamais, plus énergique aussi. À apprécier en VO tellement les voix sont partie prenante de l'appréciation du film. Et dès le générique, le subwoofer se met en mouvement (de la marche lourde des éléphants à l'onde de l'eau), les canaux arrière fourmillent d’informations et l’ambiance se met doucement mais sûrement en place. À ce petit tour de magie, cette VO Dolby Atmos apparaît tout de suite bien plus charnue, présente et majestueuse que la VF Dolby Digital Plus 7.1, dont le volume apparaît pourtant plus fort à même niveau. À l'arrière, ça n'a même rien à voir. La musique de Hans Zimmer et les chansons sont enivrantes, le cœur trésaille et les larmes sont retenues de justesse, avec quelques effets rigolos bienvenus.

Top son : 27'25 (la chanson de Scar), 44'23 (Hakuna Matata)
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 19/01/19 Peppermint
BLU 19/01/19 Peppermint
DVD 19/01/19 Hell Fest
INTERVIEWS
Fabrice Gobert - Les revenants
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
fabrice-gobert
christian-rouaud
ken-follett
anthony-hopkins
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011