Shéhérazade

Année : 2018
Réalisateur : Jean-Bernard Marlin
Interprètes : Dylan Robert, Kenza Fortes, Idir Azougli, Lisa Amedjout, Kader Benchoudar, Nabila Ait Amer
Éditeur : Ad Vitam
BD : BD-50, 111', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 08/01/19
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
17,55 €
Rakuten
15 €
Fnac
19,99 €

Quartier nord de Marseille. Depuis sa sortie de prison, Zac (Dylan Robert), 17 ans, continue de donner dans la petite délinquance. Avec Shéhérazade (Kenza Fortas), il gère son petit business dans lequel la jeune fille se prostitue, mais un amour réciproque se substitue bientôt à leur relation mercantile.


Dans le sillage du cinéma naturaliste de Pialat ou d’Abdellatif Kechiche (La graine et le mulet), Jean‑Bernard Marlin (dont c’est le premier long) propose une radiographie d’une certaine jeunesse marseillaise. Dans les quartiers populaires de la cité phocéenne, Zac et Shéhérazade ont décroché du système, entre petites magouilles quotidiennes et guerre des clans, la caméra scrute leur visage au plus près, ainsi que leur posture estampillée banlieue difficile.

 

Encore un drame sociétal conventionnel qui a tapé dans l’œil consensuel du jury des César, soit trois
récompenses (du Meilleur premier film aux Meilleurs espoirs féminin/masculin) en dépit d’un manque d’audace problématique.

Carole Lépinay - Publié le 20/05/19
Liste des bonus
- La fugue (court métrage) (22')
- Portrait et entretien avec le réalisateur (3')
- Scènes coupées (4')
- Casting (14')
- Bande-annonce


Commentaire

Éducateur dans un foyer pour jeunes délinquants, Lakdar (Adel Bencherif) accompagne Sabrina (Médina Yalaoui) au tribunal pour une ancienne affaire. Réalisé en 2013, La fugue peut être considéré comme un brouillon de Shéhérazade. Le court métrage mettant ainsi l'accent sur la difficulté de la réinsertion sociale et de l'écoute entre le mineur et son responsable. 

 

Puis le réalisateur revient sur les raisons qui ont motivé son projet de long et se défend de vouloir véhiculer un message politique à travers lui. Enfin, quelques scènes coupées et les coulisses du casting (entièrement avec des acteurs non‑professionnels) viennent compléter l'interactivité. 

Note bonus : 3/6
Image

Avec un certain réalisme, le réalisateur capte sans désir aucun d'enjoliver la lumière urbaine de Marseille, son atmosphère à la fois solaire et brute. Grâce aux nombreux gros plans, ce master Blu‑Ray parvient à donner le meilleur de lui‑même compte tenu des conditions de tournage sur le vif.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Il faudra faire avec le parler, le langage et l'accent des quartiers et il manquera clairement des sous‑titres pour certains. On comprend tout de même l'essentiel, englobé dans des ambiances bien marquées et quelques fulgurances électro bienvenues. Assez pauvre, malgré tout côté sonore.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Rotem Shamir - Fauda saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
rotem-shamir
martin-scorsese
melissa-bernstein
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011