Simetierre

Pet Cemetary
Année : 1989
Réalisateur : Mary Lambert
Interprètes : Dale Midkiff, Fred Gwynne, Denise Crosby, Brad Greenquist, Michael Lombard, Miko Hughes
Éditeur : Paramount
BD : 1 UHD-66 + 1 BD-50, 102', toutes zones
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 24/04/19
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
UHD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 2.0
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais audiodescription
Russe Dolby Digital 5.1
Tchèque Dolby Digital 2.0
Allemand Dolby Digital 2.0
Espagnol Dolby Digital 2.0
Italien Dolby Digital 2.0
Japonais Dolby Digital 2.0
Portugais Dolby Digital 1.0
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, cantonais, allemand, grec, espagnol, italien, japonais, coréen, hongrois, mandarin, néerlandais, norvégien, portugais, russe, finnois, suédois, thaï
Amazon
24,98 €
Rakuten
12,99 €
Fnac
22,60 €

Fraîchement débarquée dans le Maine, la famille Creed découvre sa nouvelle maison située à proximité d'une grande route. Lorsque le jeune Gage (Miko Hughes) meurt brutalement écrasé par un camion, son père Louis (Dale Midkiff), fou de douleur, va tenter de le ramener à la vie.


En 1989, l’œuvre de Stephen King a déjà une longue carrière cinématographique derrière elle, Carrie (1976), Christine (1983), Creepshow (1982) et le chef‑d'œuvre Shining (1980), autant de prodigieux récits horrifiques portés à l'écran par les plus grands maîtres de l'horreur, de John Carpenter à George A. Romero.

 

La nouveauté avec l'adaptation de Simetierre de Mary Lambert (connue pour avoir réalisé des clips de Madonna entre 1984 et 1989) tient dans le fait que le romancier prolifique l'ait entièrement scénarisée. Les moins nostalgiques lui reprocheront peut‑être ses ralentis hasardeux (voir la scène mélo ratée de l'accident) ou sa direction d'acteur approximative, mais le décorum exigé par King (il était hors de question que le tournage n'ait pas lieu dans le Maine) détient un potentiel horrifique qui structure, aujourd'hui encore, notre imaginaire. Qu'il s'agisse d'une maison paumée près d'un cimetière d'animaux (qui en cache un autre) ou d'un territoire maudit, aux confins de l'intelligible, Simetierre exhume la tragédie des Indiens Micmacs et confronte une famille américaine moyenne à un effroyable rite de passage, qui va jusqu'à défier les lois naturelles.

Carole Lépinay - Publié le 21/06/19
Liste des bonus
- Commentaire de la réalisatrice Mary Lambert
- Simetierre : crainte et souvenir (7')
- Simetierre : réadaptation (10')
- Galeries
- Éléments originaux (36')
- Blu-Ray du film et une partie des bonus


Commentaire

Le film de 1989 vu à travers les yeux de l'équipe du remake de 2019. Plus intéressant encore, le module « réadaptation » dit tout de l'implication de Stephen King qui a accordé toute sa confiance à la réalisatrice en la choisissant lui‑même. Parmi les petites anecdotes du commentaire audio, les effets pyrotechniques pas vraiment maîtrisés qui valurent à la boutique se trouvant juste derrière les décors de la maison du voisin d'en face de brûler de A à Z.  

 

Le module Éléments originaux revient sur Stephen King, les personnages et l'aspect horrifique du film. Alors qu’il enseignait dans une université du Maine, Stephen King a résidé dans une maison plus ou moins identique à celle des Creed, sa fille avait également l’âge de la petite. Le romancier nous livre les sources (autobiographiques, comme très souvent chez l’auteur) qui lui ont inspiré son terrifiant roman. Résidant à 20 minutes à peine du lieu du tournage, Stephen King ne pouvait pas rêver environnement plus familier pour l’adaptation de son roman. D’ailleurs, l’acteur principal Dale Midkiff se rappelle encore son cameo très hitchcockien lors des funérailles de Gage.

 

La réalisatrice Mary Lambert salue quant à elle l’incroyable proximité que King entretient avec ses personnages. Elle évoque un casting difficile, notamment en ce qui concerne le choix des enfants. On apprend ainsi que des petites jumelles se sont partagées le rôle d’Ellie Creed.

 

Note bonus : 4/6
Image

Le rendu pastel des années 80 est toujours là mais revigoré par une couche de vernis appréciable, des couleurs boostées (les camions rutilants laqués rouge sont particulièrement agressifs) et une lumière retrouvée grâce à un HDR Dolby Vision efficient, que ce soit en lumière du jour ou sur les nombreuses scènes sombres. C'est la réalisatrice Mary Lambert elle‑même qui a supervisé cette restauration et elle n'a pas lésiné sur différents réglages numériques pour parvenir à ses fins (cf. bonus), comme augmenter les densités et baisser autant que possible les flous. 

 

Un rendu au final plus harmonieux et propre qu'autrefois malgré une petite douceur/texture persistante. Les couleurs et la définition ne font pas leur âge hormis quelques plans proposant des visages légèrement rosés. Un bain de jouvence que l'on doit au nouveau master effectué à partir des sources d'origine.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

On remonte le temps au son des Ramones et de cette bande‑son déjà disponible sur de précédentes éditions mais bourrée de jumps scare bien amenés (on rappelle le principe : une image ou un objet apparaît subitement dans le champ, accompagné(e) d’un bruit ou d’une musique destiné(e) à faire sursauter). On apprécie le traitement sec et brut des bruitages, sans tralala, avec quelques effets arrière bien sentis. Un vrai design sonore qui ressort à merveille en DTS‑HD Master Audio 5.1 (VO). La VF est moins équilibrée, on passe.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 24/07/19 Walter
BLUHD 24/07/19 Us
BLU 24/07/19 Us
DVD 24/07/19 Us
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
nic-pizzolatto
tatiana-maslany
lars-lundstrom
sophie-turner
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011