Blanche comme neige

Année : 2019
Réalisateur : Anne Fontaine
Interprètes : Isabelle Huppert, Lou de Laâge, Charles Berling, Vincent Macaigne, Damien Bonnard, Jonathan Cohen
Éditeur : Gaumont
BD : BD-50, 112', zone B
Genre : comédie dramatique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 21/08/19
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
19,99  €
Rakuten
11,29 €
Fnac
19,99 €

Depuis la mort de son père, Claire (Lou de Laâge) et sa belle‑mère Maud (Isabelle Huppert) gèrent l’hôtel que celui‑ci leur a laissé en héritage. Terrifiée à l’idée que son nouveau compagnon la quitte pour sa belle‑fille, Maud planifie son meurtre dans une forêt reculée du Vercors…


Outre l’antagonisme initial, jeunesse versus vieillesse, qui pousse la marâtre angoissée à anéantir son irrésistible rivale (la fameuse scène du miroir partagée avec le reflet juvénile de Claire est éloquente), cette lecture moderne du conte des frères Grimm explore la face cachée d’une Blanche‑Neige plutôt portée sur la chose.

 

Sauvée in extremis par un chasseur (Damien Bonnard), la belle séduira ou sera courtisée par sept hommes au profil atypique, de la paire de jumeaux introvertis au musicien hypocondriaque (Vincent Macaigne maîtrise comme personne le ton décalé). Bref, un véritable choc hormonal qui marque l’éveil sensuel de la jeune fille en fleur (à la fois objet et sujet de désir), quand sa belle‑mère, bien décidée à l’éradiquer, fricote avec la pulsion de mort.

 

Sur la piste balisée de la psychanalyse, s’immiscent quelques trouées oniriques (la forêt et son aura mystérieuse, le musicien jouant du violon sur les quais), ainsi que des situations désopilantes comme l’épisode de la pomme empoisonnée qui laissera un écureuil raide mort.

Carole Lépinay - Publié le 26/09/19
Liste des bonus
- Blanche comme neige vu par Anne Fontaine (26')
- Bande-annonce


Commentaire

La réalisatrice pioche et commente quelques scènes explicites autour de la lecture modernisée et ludique du conte de Blanche‑Neige. Lou de Laâge, déjà dirigée dans Les Innocentes (2016) par Anne Fontaine, s’est imposée comme une évidence avec sa beauté enchanteresse. Autre détail qui contribue à la part onirique du film, le choix de cette mystérieuse maison nichée au cœur du Vercors.

Note bonus : 2/6
Image

Dans des décors mystérieux et reculés, la réalisatrice tisse avec son directeur photo Yves Angelo une toile onirique qui a toutes les qualités pour séduire avec des partis pris marqués et assumés. Ce master HD apporte un surcroît de contraste à une photographie déjà très noire, une solide définition et juste ce qu'il faut de halos vaporeux pour échapper à une certaine réalité. 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Une piste 5.1 en parfaite adéquation avec son sujet sensuel et mystérieux. La bande‑son espiègle de Bruno Coulais y est sans doute pour beaucoup tant les occasions de faire vibrer les enceintes sont rares…

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
francois-charles-bideaux
maggie-q
bryan-cranston
victor-matsuda
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011