Blue Note Records : Beyond the Notes

Année : 2019
Réalisateur : Sophie Huber
Avec : Wayne Shorter, Herbie Hancock, Robert Glasper
Éditeur : Eagle Vision
BD : BD-50, 111', zone B
Genre : documentaire, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 06/09/19
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.77
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais LPCM stéréo
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol

Thelonious Monk, John Coltrane, Eric Dolphy, Cecil Taylor... Longue et impressionnante est la liste des jazzmen légendaires passés par le label new‑yorkais Blue Note Records au fil des décennies. Depuis sa création en 1939 jusqu'à la fin des années 60, la maison de disques permit de faire fleurir les plus grands noms de l'histoire du be bop et du hard bop. Un catalogue d'exception mis à l'honneur dans l'excellent documentaire Blue Note Records : Beyond the Notes signé Sophie Huber. Donnant la parole aux légendes du label aussi bien qu'à ses jeunes voix, ce film a des allures de cours d'Histoire tant la liste d'artistes et d'albums évoqués ressemble à un panthéon du genre.

 

Fondé par les Allemands Alfred Lion et Francis Wolff, ayant quitté leur pays au milieu des années 30 pour rejoindre New York en fuyant le nazisme, Blue Note Records était avant tout une affaire de passion pour les deux émigrés : un label de jazz géré par des fans de jazz, plus occupés à enregistrer les disques qu'ils rêvaient d'écouter plutôt que d'essayer de faire fortune. Après des débuts parfois difficiles, le label commence à trouver une certaine reconnaissance au début des années 50 avec une poignée de disques légendaires. Accueillant les premiers essais de Thelonious Monk (alors incompris du public et qui ne rencontrera le succès que plus tard, quand il rejoindra le label concurrent Prestige), mais aussi de Bud Powell ou de Art Blakey (et ses Jazz Messengers), c'est tout un petit microcosme de musiciens qui se réunissaient dans le cadre très intimiste des sessions Blue Note, avec une équipe de production régulière qui enregistrait sans relâche.

 

Le documentaire brille dans sa façon de faire comprendre « la touche Blue Note », mettant particulièrement l'accent sur l'attitude et l'audace musicale de ses artistes tout au long des années 50 et 60. Passant d'un musicien à l'autre et illustrant les souvenirs de ces sessions par les nombreuses photos prises en studio par Francis Wolff (toutes plus classes les unes que les autres), le documentaire fascine par le flegme avec lequel il se balade dans l'histoire du jazz, portant un regard curieux et généreux qui donne envie de se remplir les oreilles des disques que l'on aurait pu manquer. C'est alors avec plaisir que l'on écoute des vétérans du label (Lou Donaldson, Wayne Shorter, Herbie Hancock…) nous raconter des anecdotes de cette époque. On ne se serait sans doute pas lassé d'une heure de plus pour évoquer d'autres artistes, d'autres albums, d'autres sessions...

 

Tombé en désuétude à la fin des années 60 suite à un malencontreux rachat, le label sera mis en sourdine dans les années 70, cessant alors d'innover là où l'audace était sa plus grande force. Pour rebondir sur cette période de disette, le documentaire bifurque alors avec intelligence sur les rapports entre le hip‑hop des années 80 et 90 et la façon dont celui‑ci a pu sampler et se nourrir des disques légendaires de Blue Note, donnant la parole alors à Q‑Tip, leader d'A Tribe Called Quest. Une belle façon d'inscrire l'histoire du label, relancé en 1984, dans celle de la musique afro‑américaine tout entière et de dresser des parallèles entre les luttes d'hier et celles d'aujourd'hui. Bouclant la boucle avec élégance, le documentaire termine en évoquant la participation de deux jeunes forces vives du label (Robert Glasper et Ambrose Akinmusire) sur l'album déjà légendaire To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar, montrant la richesse pouvant émaner de la rencontre de deux genres pas si éloignés que l'on pourrait le croire.

 

Réalisé avec sobriété et intelligence, laissant parler la musique et les artistes pour mieux faire comprendre leur apport à l'histoire du jazz tout en donnant envie d'aller dévaliser son disquaire le plus proche, Blue Note Records : Beyond the Notes est un documentaire passionnant à la hauteur du label qu'il met en lumière.

Émilien Villeroy - Publié le 11/12/19
Liste des bonus
- Bayyinah (14')
- Masqualero (10')


Commentaire

Déjà présentés dans des versions abrégées au sein du documentaire, deux morceaux joués en studio pour une brochette d'artistes du label (le Blue Note All‑Stars) sont proposés en intégralité en bonus. Bayyinah de Robert Glasper, ainsi qu'une version du Masqualero de Wayne Shorter jouée avec ce dernier, accompagné par son camarade Herbie Hancock au piano. De très belles versions qui complètent à merveille le documentaire.

Note bonus : 4/6
Image

La chance du documentaire, c'est qu'il comporte assez peu d'archives filmées de l'époque (qui sont généralement de qualité médiocre), donnant principalement à voir les nombreuses photos prises en studio par Francis Wolff quand il s'agit de parler d'enregistrement datant des années 50 ou 60. Résultat : le documentaire propose une image très détaillée d'un bout à l'autre, avec des interviews récentes un peu sombres mais très belles à voir.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

S'il n'y a pas de grandes différences à entendre la voix d'Herbie Hancock en stéréo ou en 5.1, la piste DTS‑HD 5.1 est donc plutôt bienvenue quand le documentaire s'attarde sur les quelques passages filmés en studio pour l'occasion avec Robert Glasper ou Wayne Shorter. Une belle qualité.

Top son : 52' (belle interprétation du Masqualero de Wayne Shorter en studio)
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
tatiana-maslany
jesse-tyler-ferguson
stefano-sollima
eric-rochant
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011