La vérité

Année : 2019
Réalisateur : Hirokazu Kore‑Eda
Interprètes : Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke
Éditeur : Le pacte
BD : BD-50, 107', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/05/20
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
19,99  €
Rakuten
28,31 €
Fnac
19,99 €

Fabienne (Catherine Deneuve) est une star du cinéma français depuis des décennies. Élevée dans son ombre, sa fille Lumir (Juliette Binoche) est partie faire sa vie à New York, devenant scénariste et épousant un acteur américain de série télé (Ethan Hawk). La publication des Mémoires de sa mère pousse Lumir à revenir en France pour revoir cette dernière dans sa maison parisienne, accompagnée par son époux et sa fille. Mais les retrouvailles et les souvenirs volontairement fragmentaires du livre de Fabienne font ressortir de vieilles rancœurs et des secrets inavoués.

 

Voilà un nouveau pas de côté pour le réalisateur Hirokazu Kore‑Eda. Après s'être essayé au polar avec le très mineur The Third Murder en 2017, le génie du cinéma japonais tente de délocaliser son cinéma en France ‑un défi de son aveu même‑ avec son nouveau long métrage, intitulé La vérité, deux ans après avoir remporté la Palme d'Or pour le miracle Une affaire de famille.

 

L'occasion pour lui de réunir deux grands actrices qui n'avaient jamais jouées ensemble dans un duel mère‑fille lui permettant de filer à nouveau ses thèmes fétiches : qu'est‑ce qu'une famille ? Et comment ses membres se construisent les uns par rapport aux autres ? Mais c'est cette fois‑ci sous le prisme du cinéma et de la fiction que se construit cette histoire de filiation heurtée par les non‑dits. Entre les deux femmes, un fantôme èrre depuis des années, surgissant du passé via les traits d'une jeune actrice avec laquelle Fabienne tourne un film de science‑fiction. En faisant de ses héroïnes une actrice mythique et une scénariste de l'ombre, Kore‑Eda interroge l'histoire familiale et ses interactions, en tant que rôles à tenir face à l'autre, cherchant à déceler ce qui sépare le mensonge de la simple fiction intime.

 

C'est lorsque cinéma et famille se croisent dans un troublant jeu de miroir que La vérité est le plus touchant : quand Fabienne demande à sa fille de lui écrire des répliques pour présenter ses excuses à quelqu'un, c'est à la fois l'actrice qui parle, mais aussi la mère qui n'a jamais su trouver les bons mots face aux blessures qu'elle a pu infliger. À cela s'ajoute la dimension métafictionnelle du film. Difficile ainsi de ne pas voir Catherine Deneuve comme une version d'elle‑même affublée de presque toutes les tares que ses critiques pourraient lui attribuer : septuagénaire pédante et égoïste qui enchaîne les piques entre deux cigarettes, fuyant les responsabilités et la vieillesse comme elle peut. Il y a une évidente fascination à voir l'actrice Deneuve et son rôle se confondre.

 

Dommage cependant que toutes ces belles idées n'aboutissent qu'à un résultat somme toute très mineur et lesté par des défauts qu'on n'a pourtant pas l'habitude de retrouver chez le réalisateur japonais. En tête, une écriture souvent lourde au niveau des dialogues, avec des séquences voulues comiques qui finissent par agacer. Comme si la traduction du cinéma de Kore‑Eda lui avait fait perdre tout un pan de sa palette de couleurs : Ethan Hawk n'intéressera personne plus de cinq secondes dans son rôle de papa un peu paumé qui ne comprend pas un mot de français, et la jeune Clémentine Grenier n'arrive jamais à toucher autant que les autres enfants des films de Kore‑Eda (qui les filme pourtant si bien !), coincée par un rôle trop bancal que le scénario semble oublier à mi‑chemin.

 

Plus globalement, La vérité peine à émouvoir. La faute sans doute au cadre très bourgeois de son intrigue (exacerbée par ses évocations sans éclat du petit monde du cinéma) avec une succession de disputes sans vrais enjeux dans cette grande maison de campagne située pourtant au cœur de Paris (« J'avais oublié qu'on pouvait entendre le métro », lance Juliette Binoche dans le jardin à un moment ; nous aussi). On est bien loin de la beauté infiniment plus tragique et vitale de la petite bande d'Une affaire de Famille ou des gamins à la dérive de Nobody Knows. Et si Kore‑Eda réussit ainsi à émuler une certaine tendance du cinéma français ‑celui des règlements de comptes familiaux dans des grands intérieurs‑, on aurait préféré qu'il laisse plutôt ce créneau à un Assayas.

Émilien Villeroy - Publié le 20/07/20
Liste des bonus
- Entretien avec Kore‑Eda (10')
- Rencontre d'automne : making of (20')
- Bande-annonce


Commentaire

La genèse du film par Kore‑Eda, qui dévoile les raisons de ce film qui sonnent comme un défi personnel : comment tourner dans une langue (le français) à laquelle on ne comprend strictement rien ? Un peu plus loin dans le making of, on le voit effectivement monter son film avec l'aide de traductrices. Saisir la juste intonation au bon moment, ne garder le meilleur du jeu des acteurs, paraissent de prime abord impossibles.

 

Le réalisateur précise qu'il planifiait depuis longe date un rendez‑vous pelliculé avec l'actrice française Juliette Binoche, matérialisant peu à peu ce film dont une ligne de dialogues émène d'ailleurs directement de sa rencontre avec Catherine Deneuve. À sa question « À qui avez‑vous transmi votre ADN ? », la comédienne aurait répondu : « En France, personne ». Pas faux, en même temps.

Note bonus : 3/6
Image

Rien à reprocher à image à la fois empreinte de nostalogie et solaire. La lumière accompagne merveilleusement ses actrices et le master ne présente aucun dégaut. Ce n'est certes pas l'image la plus précise qui soit pour un Blu‑Ray, mais l'atmosphère qui s'en dégage participe à l'immersion.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Une bande‑son aussi discrète que Hirokazu Kore‑Eda en interview ! À la fois posée et élégante, elle plonge le film dans son microcosme bourgeois et cet entre‑soi typique des réunions familiales bourrées de non‑dits. 5.1 ou 2.0, peu de différences au final.

Top son : aucun
Note son : 3/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
05/08/20 Trauma Center
05/08/20 Radioactive
19/08/20 Invisible Man
19/08/20 Dark Waters
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
joel-schumacher
sidse-babett-knudsen
tom-selleck
kevin-bacon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011