Capone

Année : 2020
Réalisateur : Josh Trank
Interprètes : Tom Hardy, Linda Cardellini, Matt Dillon, Al Sapienza, Kathrine Narducci, Noel Fisher
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 104', zone B
Genre : biopic, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 15/10/20
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.39
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
19,99  €
Fnac
19,99 €
Rakuten
11,90 €

Après dix ans derrière les barreaux, Al Capone (Tom Hardy) est assigné à résidence dans sa luxueuse villa en Floride. Atteint d’une maladie neurodégénérative, celui‑ci aurait dissimulé une fortune dans une cachette secrète. Tandis que son entourage met tout en œuvre afin de lui faire avouer, l’ancien caïd de Chicago est hanté par les fantômes de son passé.


Portrait déliquescent de l’un des plus redoutables gangsters des années folles, Capone de Josh Trank (Chronicle, Les 4 Fantastiques) peine à trouver un équilibre entre ses intentions biographiques et les traumas qui en découlent. Les yeux injectés de sang et dans l’incapacité de prononcer une phrase compréhensible durant tout le film, Tom Hardy (médiocre) campe un homme vulnérable simultanément traversé par les bribes de sa vie criminelle et des projections de lui enfant.

 

Tour à tour cible impuissante et pathétique (les scènes autour de son incontinence fécale auraient été dispensables) de journalistes fadasses ou de faux alliés (son meilleur ami Johnny/Matt Dillon ou son toubib personnel, le docteur Karlock/Kyle MacLachlan), Fonse, protégé par sa déficience mentale, cherche encore sa part d’innocence. Une reconquête tardive mais potentiellement salvatrice (en considérant le parcours du protagoniste) que Trank appréhende néanmoins comme un enjeu anecdotique.


Ajoutons l’irruption d’un fils illégitime (effet de résonance à peine creusé) à ce récit cafouilleux de désacralisation d’un mythe et l’on se précipitera plus volontiers sur les biopics flamboyants de Richard Wilson (Al Capone, 1959, avec Rod Steiger), Steve Carver (Capone réalisé en 1975 avec Ben Gazzara) et, bien sûr, leur matrice Scarface (Howard Hawks, 1932).

Carole Lépinay - Publié le 08/01/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

On ne s'en portera pas plus mal.

Note bonus : 0/6
Image

Une image tellement belle que l'on croirait de la 4K UHD (on a vérifié deux fois !). Les décors somptueux de la luxueuse villa de Capone n'y sont sans doute pas pour rien, tout comme la sublime photographie du film mettant en valeur le moindre élément du cadre, de l'herbe verte fluo à la lumière flamboyante de Floride en passant par les scènes plus sombres aux contrastes intenses. Une image dense et vibrante comme on les aime.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Les deux mixages sont identiques mais beaucoup moins probants que l'image. La bande‑son plutôt calme, à part quelques rafales de mitraillette plaquée or, n'offre pas beaucoup d'occasions de jouer les gros bras. On reste dans l'univers de l'intime. 

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
21/04/21 Les bas-fonds
21/04/21 Figaro
28/04/21 Hiroshima
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Leïla Bekhti - Jour polaire saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
leila-bekhti
damian-lewis
tatiana-maslany
gillian-anderson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011