Poly

Année : 2019
Réalisateur : Nicolas Vanier
Interprètes : Elisa de Lambert, Julie Gayet, François Cluzet, Patrick Timsit, Orian Castano
Éditeur : M6 Vidéo
BD : BD-50, 102', zone B
Genre : aventure familiale, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 24/02/21
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants

Dans les années 60, Cécile (Élisa de Lambert), 10 ans, déménage dans le sud de la France avec Louise (Julie Gayet), sa mère fraîchement divorcée. Elle peine à s’intégrer aux enfants du village tout comme Louise, mère désormais célibataire, est regardée de travers par ses nouveaux voisins. Lorsque le cirque de Brancalou (Patrick Timsit) s’installe à proximité, Cécile est fascinée par l’univers forain. Mais elle ne tarde pas à découvrir que Poly, le poney vedette de Brancalou, est traité cruellement. Cécile décide d’organiser l’évasion nocturne de l’animal. Ce faisant, elle est aperçue par Victor (François Cluzet), mystérieux propriétaire d’un château local à la réputation sulfureuse…


Après l'honorable Belle et Sébastien, le cinéaste Nicolas Vanier tente un nouveau casse familial avec l'adaptation d’un feuilleton signé Cécile Aubry, carton télé dans les années 60. Cette fois, le héros n'est plus un garçonnet mais une héroïne indépendante et végane (anachronisme ?) et le gros chien protecteur est devenu un joli poney. On pourrait souligner que la petite Élisa de Lambert (Cécile), pourtant sélectionnée au milieu de 2 800 apprenties actrices, manque parfois de naturel malgré sa bonne volonté. Ou encore que le « personnage » de Poly n’est pas aussi judicieusement construit que celui de Belle, donc singulièrement moins charismatique à l'écran.

 

Si Nicolas Vanier sait toujours aussi bien magnifier un décor naturel (ici les Cévennes) et filme comme personne le tandem enfant/animal, il semble avoir été bridé par une obsession de chaque instant. Celle de ravir les très jeunes enfants et de conforter des grands‑parents qui ont aimé Poly voilà six décennies avec une imagerie rêvée des années 60. Cette obsession de séduction, ce calibrage presque marketing du récit et des images, ronge et ébarbe toutes les menues aspérités qui auraient pu séduire et rallier un public plus mûr. On la retrouve à chaque instant : avec la mise en retrait de tous les personnages adultes transformés en vagues silhouettes, avec la mise trop en avant de protagonistes secondaires, particulièrement un duo de gendarmes demeurés semblant exfiltrés de la saga Le gendarme de Saint‑Tropez. Ou encore l’éviction au montage de toutes les tentatives de densifier les rôles secondaires cruciaux, particulièrement le méchant incarné par Patrick Timsit.

 

Des mises en retrait clairement explicitées dans les scènes coupées commentées en bonus, où Nicolas Vanier justifie ce biseautage avec deux préoccupations : le rythme et surtout l’obligation de ne pas dépasser 1h45, une durée paraît‑il fatidique pour préserver l'attention du jeune public. Parfois, ce travail d’élagage est fait avec brio : une séquence ravissante mais trop longue au cirque devient un cauchemar élégant de Cécile. Souvent, hélas, ces séquences éliminées manquent pour densifier la tendre relation entre Cécile et sa mère, pour éclairer le personnage dans le fond tragique de François Cluzet ou celui, beaucoup moins binaire qu’il n'y paraît, de Patrick Timsit. Leur absence pèse sur le plaisir à voir le film.


Qu’on ne s’y trompe pas : Poly est suffisamment bien ajusté pour ravir un jeune public malgré un démarrage un peu lent. Il n’en reste pas moins que Nicolas Vanier n’a pas su, cette fois, restituer un récit pleinement familial, contrairement à ce qu’il avait fait pour Belle et Sébastien.

François Coulaud - Publié le 12/02/21
Liste des bonus
- Scènes coupées commentées (19')
- L'histoire de Poly (29')


Commentaire

Un corpus parfait de bonus roboratifs. Les scènes coupées commentées permettent d'évoquer de manière pédagogique les séquences bêtisiers et différentes scènes coupées ou réemployées autrement dans le film (scène du cirque). Les commentaires de Nicolas Vanier sont limpides, à la fois pédagogiques et informatifs. Seul regret sur cet excellent bonus : on aurait apprécié pouvoir voir les séquences en question aussi sans le commentaire du réalisateur, pour mieux profiter des dialogues.

 

Nourri de nombreuses archives et d'interviews bien calibrées, L'histoire de Poly ressuscite quant à lui l'histoire atypique et la gloire passée du feuilleton de Cécile Aubry, la personnalité étonnante de l'auteur ainsi que toute la mise en place et la préparation du film de Nicolas Vanier. De nouveau, bravo pour l'extrême pédagogie du propos qui s'avère à la fois très riche en informations et parfaitement digérable.

Note bonus : 4/6
Image

La photographie signée Christophe Graillot (Un sac de billes, Belle et Sébastien l'aventure continue) magnifie la merveilleuse lumière du décor et les couleurs chatoyantes d'une France rurale rêvée. C'est un régal de chaque instant, avec en prime beaucoup de détails à l'image. Si, après avoir vu Poly, vous n'avez pas envie d'aller traîner vos semelles dans les Cévennes, c'est à n'y plus rien comprendre !

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

L'unique piste sonore offre de jolies ambiances naturelles, une bonne spatialisation et du gros son quand il le faut (séquence du radeau et du naufrage). On peut toutefois jouer les tatillons en estimant que les voix des acteurs sont parfois trop centralisées. La chose peut s'avérer gênante, à l'image du monologue intérieur de Cécile inaugurant le récit.

Top son : aucun
Note son : 4/6



1469€ 2299€
il y a 1 jour
jusqu'à ‑70% de remise
il y a 1 jour
PLANNING
10/12/21 Free Guy
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Tara Reid - Sharknado 2
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
tara-reid
damian-lewis
leila-bekhti
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser