The King of New York

King of New York
Année : 1990
Réalisateur : Abel Ferrara
Interprètes : Christopher Walken, David Caruso, Larry Fishburne, Wesley Snipes, Steve Buschemi
Éditeur : Carlotta
BD : UHD-66, 103', toutes zones
Genre : policier, couleurs
Interdiction : - de 18 ans
Sortie : 24/10/12
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
UHD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français (imposé sur la VO)

Après plusieurs années passées en prison, Frank White (Walken dans l’un de ses meilleurs rôles), un caïd de la pègre, retourne dans le Bronx, son quartier natal. Avec l’aide de ses hommes, il entend bien reconquérir son territoire. Un à un, il élimine ses rivaux. Parrain désormais incontesté, il décide de se lancer dans un projet qui lui tient à cœur depuis des années : la construction d’un hôpital. Mais le prix de la violence se paiera cher.

Frère de sang du Carlito Brigante de L’impasse (Brian De Palma), le personnage incarné par Walken ressemble au fantôme d’une époque révolue où la mafia possédait encore un code d’honneur et des valeurs.

Avec The King of New York, Abel Ferrara (Bad Lieutenant) signe son chef‑d’œuvre. Un grand film qui décrit avec force l’agonie d’un monde. Un film crépusculaire et mélancolique hanté par l’idée de la mort. Prodigieux.

Jean-Baptiste Thoret - Publié le 13/09/21

Cinécult' Abel Ferrara : la chair et le sang

Morceaux choisis du bonhomme : « Je n’ai ni besoin de Hollywood, ni des financiers européens ou de Wall Street, ni de chef‑opérateur. J’ai encore besoin d’acteurs mais plus pour très longtemps ».
« Je porte toute mon attention sur les yeux, le regard des acteurs, c’est tout, et il me semble que tout le reste vient faire obstacle. Au fond, à part le regard... le mobilier ne m’intéresse pas tellement ».
Ou encore, à propos de Madonna dans Snake Eyes : « Pour moi, elle est d’abord un être humain, je me fiche de son image. Elle avait déjà travaillé avec Harvey Keitel, et quelque chose passait entre eux. Après tout, c’est lui le metteur en scène du film dans le film, il voulait Madonna, alors j’ai voulu Madonna ».

Lire la suite

Christopher Walken : une vie pas ordinaire
Un bandeau serré autour de la tête et l’œil hagard, signe d’une folie intérieure, un pistolet braqué sur la tempe, les invectives désespérées de Robert De Niro et la chaleur… L’homme s’appelle Nick. Il tire et s’effondre, tandis qu’une foule de bookmakers jusque‑là impassibles se déchaînent. Il s’agit de l’une des dernières séquences, devenue culte, de Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, le film‑monstre que le réalisateur de La porte du paradis consacra à la guerre du Vietnam en 1978.

Lire la suite
Liste des bonus
- Entretien avec Augusto Caminito, le producteur italien du film (20')
- Entretien avec Abel Ferrara par Nicole Brenez, historienne du cinéma d'avant‑garde et spécialiste de Ferrara (28')
- Bandes-annonces


Commentaire

L'entretien avec Augusto Caminito, le producteur italien du film, était déjà connu puisque présent sur les précédentes éditions vidéo. Cela n'enlève en rien son intérêt. Riche d'anecdotes vécues de l'intérieur, il nous rappelle combien le cinéma d'alors, et celui de Ferrara en particulier, appartient aujourd'hui à un autre monde.

La rencontre récente entre Nicole Brenez et Abel Ferrara est elle aussi connu depuis la dernière édition Blu‑Ray du film. Une interview une fois encore pleine de souvenirs de tournage (suite à un déjeuner, un financier fit un chèque de 5 millions de dollars à Ferrara sur le coin de la table), et d'infos croustillantes sur le New York des années 80 (la mafia, les boîtes de nuit, les hyper‑limousines). On découvre ainsi un Abel Ferrara posé (ce qui est rare) et passionné (on n'en doutait pas).

 

 

À noter, l'existence d'un coffret Prestige numéroté incluant le Blu‑Ray du film, un Pin's, des cartes et une affiche du film, au prix indicatif de 35 euros.

 

Note bonus : 4/6
Image

Remasterisée récemment par Arrow Films UK et approuvée par Abel Ferrara et le DOP du film Bojan Bazelli, cette copie 4K, qui a su conserver tous ses attributs cinéma, fait un considérable bond en avant technique.

 

L'éclat vivifiant des couleurs (le fameux bleu roi qui nappe presque tout le film), la précision inédite des visages et la lisibilité nouvelle de toutes les nombreuses scènes sombres ou de nuit sont un véritable plaisir de cinéphile. Si on frôle l'overdose avec les noirs très denses et profonds, tout demeure impeccable grâce à un HDR Dolby Vision solide et très actif. Les jeux d'ombre et de lumière n'ont jamais été aussi puissants, et cela commence dès les premières images du film quand Walken revient en ville.

 

Un bel écrin plein de brillance (les chromes des voitures, les phares, les enseignes lumineuses, les couchers de soleil, les dorures du Plazza) pour un film culte que l'on n'a jamais vu comme ça malgré quelques mineures scènes encore en deça (la partie de poker et ses volutes de fumée par exemple). 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Piste VO 5.1 encore mieux que lors de la dernière éditon Blu‑Ray (2007), tout est plus présent, plus intense, que ce soit au niveau de l'ouverture arrière, des ambiances très présentes de la rue et largement diffusées sur les enceintes, ou de la musique, très à l'aise sur les surrounds. La soirée des gangsters sur fond de hip‑hop, le mariage irlandais et la représentation théâtrale sont autant de passages marquants qui restent en mémoire. Sans compter les coups de feu, largement appuyés par des basses lourdes. La VF stéréo est correcte mais manque clairement de dynamique.

Top son : aucun
Note son : 4/6



949€ 1299€
il y a 8 heures
799€ 1199€
il y a 8 heures
PLANNING
29/09/21 Tina
29/09/21 The Servant
01/10/21 Ti Minh
01/10/21 Judex
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Bryan Cranston - Breaking Bad
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
bryan-cranston
fabrice-gobert
tom-selleck
mathieu-amalric
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser