Drive my Car

Année : 2021
Réalisateur : Ryusuke Hamaguchi
Interprètes : Hidetoshi Nishijima, Toko Miura, Masaki Okada, Reika Kirishima
Éditeur : Diaphana Vidéo
BD : BD-50, 179', toutes zones
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 01/03/22
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Japonais DTS‑HD Master Audio 5.1
Japonais DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français imposé sur la VO
Amazon
19,67  €
Fnac
19,99 €
Rakuten
18 €

À chaque nouveau film, Ryusuke Hamaguchi continue de tracer une des filmographies les plus magistrales du cinéma moderne. C’est en 2015 que le public français avait pu faire sa connaissance, à l’occasion de la sortie de son gigantesque Senses, qui suivait une bande d’amies japonaises aux parcours opposés. On y découvrait alors un réalisateur et scénariste capable de sonder l’intime et les abysses intérieurs avec un soin rare, laissant le temps à ses personnages de respirer et d’exister au‑delà de la marche ininterrompue de la narration. Une mise à nu permise par des dialogues écrits avec une justesse rare et une dilatation salutaire du temps, le film dépassant aisément les cinq heures sans une seconde en vain. Cette rare magie est encore à l’œuvre dans son nouveau long métrage, Drive my Car, adapté de plusieurs nouvelles d'Haruki Murakami.

 

Excellent Hidetoshi Nishijima

La caméra d'Hamaguchi suit cette fois‑ci un acteur et metteur en scène japonais traumatisé par la disparition brutale de sa compagne (joué par l’excellent Hidetoshi Nishijima, qu’on avait peu vu depuis Dolls de Takeshi Kitano). Hanté par les regrets, il accepte de partir à l’autre bout du pays, du côté de Hiroshima, pour y monter une version d'Oncle Vania de Tchekhov à l’occasion d’un festival de théâtre. Mais pendant toute la durée de l’événement, on lui assigne contre son gré une jeune conductrice taciturne (Toko Miura, dont c’est le premier rôle au cinéma), chargée de l'accompagner dans tous ses déplacements en prenant le volant de sa voiture.

 

La difficulté de communiquer ce qui nous hante

Présentée en quelques lignes, la trame de Drive my Car semble nous préparer à la rencontre inexorable entre ces deux âmes solitaires, recroquevillées dans le silence et le deuil. Mais chez Hamaguchi, les connexions humaines se méritent. Elles fleurissent lentement, à force de petits moments et de discussions éparses égrainés pendant trois heures qui passent pourtant en un instant. C’est donc au rythme des journées, ponctuées de trajets automobiles silencieux et de répétitions théâtrales, que nous emporte le film avec une belle patience, nous apprenant à aller vers ce duo passager‑conducteur, à le découvrir en épluchant chaque couche de leur personnalité, et avec lui toute une belle galerie de personnages secondaires, souvent touchants. L’occasion pour Hamaguchi de balayer de nombreux sujets chers à son cinéma : l’Autre comme écho de sa propre personnalité et la difficulté de communiquer ce qui nous hante, très joliment illustrée par la façon dont la pièce de Tchekhov est jouée dans le film, avec des acteurs venus de plusieurs pays qui déclament chacun dans leur propre langue.

 

Une pulsion de vie et de fuite

Et quand, finalement, la connexion se fait entre nos deux héros, le film bascule dans une superbe course pour rattraper le passé là où il était resté, le mettre enfin derrière soi et continuer d’avancer malgré tout. Une pulsion de vie et de fuite magnifiquement incarnée par les deux interprètes principaux, tout particulièrement Toko Miura, véritable révélation bouleversante derrière son visage mutique. La mise en scène d'Hamaguchi est alors à son meilleur, réussissant à habiter et investir l’espace confiné d’une voiture (travail admirable sur les lumières et le mixage sonore) pour en faire une bulle coupée du monde jusqu’à ce qu’elle éclate, enfin, dans le silence et le vide. Des moments de grâce que lui seul semble capable de capter avec autant d’intensité tranquille, et qui confirment définitivement sa place de nouveau géant dans la riche histoire du cinéma japonais.

Émilien Villeroy - Publié le 07/03/22
Liste des bonus
- Interview de Ryusuke Hamaguchi (9')


Commentaire

Toujouts difficile en si peu de temps, et avec toute la retenue du cinéaste japonais, de découvrir un son travail si profond et fleurissant. L'occasion, en tout cas, d'attiser la curiosité et d'avoir envie d'en savoir plus.

Note bonus : 2/6
Image

Jamais démonstrative, la mise en scène d’Hamaguchi dans Drive my Car continue de convaincre par son élégance, avec un travail soigné sur les éclairages et les plans au plus près de ses personnages, alors même qu’une grande partie du film se déroule dans l’habitacle d’une automobile. Le master est qui plus est impeccable et limpide. Un raffinement du cadre dans toute son épure et sa force.

 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Soulignons le beau travail sur le mixage sonore du film, particulièrement pour les séquences en voiture qui bercent de leur ronron de moteur la subtile mise en scène du réalisateur. À noter également, la partition délicate mais superbe de la compositrice Eiko Ishibashi, qui mêle sa sensibilité mélodique à un soin délicieux dans l’utilisation des textures des instruments ‑écho du piano, fragilité des violons, légèreté des percussions‑. Si la piste 5.1 paraît un peu disproportionnée compte tenu de la dynamique et de l'impact réel de l'ensemble, elle permet malgré tout d'en saisir toutes les fines nuances.

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
18/05/22 Scream
18/05/22 Le proviseur
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Rotem Shamir - Fauda saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
rotem-shamir
lucky-mckee
kevin-bacon
fabrice-gobert
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser