Les griffes de la nuit

A Nightmare on Elm Street
Année : 1984
Réalisateur : Wes Craven
Interprètes : Heather Langenkamp, Robert Englund, John Saxon, Johnny Depp, Amanda Wyss, Ronee Blakley
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 91', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/10/10
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 7.1
Sous-titres
Français
En 1984, le réalisateur Wes Craven, qui avait déjà fait ses preuves dans l'horreur avec La dernière maison sur la gauche et La colline a des yeux, livre un film fantastique d'une grande originalité, et donne du même coup naissance à l'un des croquemitaines les plus charismatiques du cinéma d'horreur : Freddy Krueger. Ce méchant au visage brûlé et doté de griffes de métal, qui s'immisce dans les rêves de ses victimes pour les tuer, se démarque grandement de ses homologues (Michael Myers dans la saga Halloween, Jason Voorhees dans la série des Vendredi 13). Bourré d'humour très noir, il n'est pas qu'un personnage à la présence fantomatique, mais un monstre terrifiant par son omniprésence. Dès que l'un des adolescents tombe de sommeil, il est immédiatement embarqué dans un cauchemar mêlant monde onirique et réalité, où Freddy règne en maître incontesté.

C'est en cela que Wes Craven réussit un tour de force, dans cette fusion/confusion de la réalité et du rêve. Ce gouffre de l'enfer happe irrémédiablement ces ados qui sont ici les seuls à détenir la vérité, leurs parents, impuissants et en rupture avec eux, ayant déposé les armes. Au passage, le modèle familial américain est égratigné : la jeunesse est seule, isolée, incomprise.

Mais au‑delà de ce léger sous‑texte, c'est surtout un génial film d'épouvante que livre Wes Craven, regorgeant de trouvailles en matière d'effets spéciaux (Freddy sortant du mur de la chambre de Nancy, endormie, le meurtre aérien et sanglant de Tina), et instaurant un climat anxiogène extrême. Ici, il est impossible de ne pas s'endormir, donc d'échapper à cette descente aux enfers.
Laurence Mijoin-Duroche - Publié le 27/09/10

Cinécult' Freddy : dormir et mourir

Au cours des années 80, un genre prolifique fait irruption sur les écrans de cinéma, croisant le teen‑movie (le film pour adolescents) et le conte horrifique (le slasher), basé sur un schéma immuable montrant les exactions d’un tueur le plus souvent masqué, victime d’un traumatisme dans son enfance, fanatique de l’arme blanche (couteau, scie, hache, lance, tournevis…) et de chairs encore laiteuses.

Lire la suite

Wes Craven : Scream et délits
Dans le paysage cinématographique américain, Wes Craven fait figure, aux côtés de John Carpenter, de puriste du cinéma d’horreur. Le succès phénoménal de Scream en 1996 a remis en selle ce cinéaste que le système des majors avait tendance à marginaliser. Cet ancien prof de français cultive depuis ses débuts derrière la caméra, en 1972, un goût pour la provocation et la subversion, dont Les griffes de la nuit et Le sous‑sol de la peur sont sans doute les plus beaux témoins.

Lire la suite
Liste des bonus
- Commentaires audio de l’équipe
- Commentaires audio de l’équipe technique et des comédiens
- Making of « Ne plus jamais dormir » (50')
- Documentaire « La maison derrière Freddy » (22')
- Documentaire « Nuits de terreur » (16')
- Modules vidéo interactifs
- Trois fins alternatives (4')
- Piste Trivia
- Bande-annonce


Commentaire
L’éditeur a soigné l’arrivée de Freddy dans l’univers de la haute définition avec des bonus aussi nombreux qu’intéressants. Le plat de résistance est constitué par les commentaires audio et le making of, sources d’un nombre incalculable d’informations et d’anecdotes sur le tournage. Le reste ne démérite pas, avec notamment un documentaire rétrospectif sur le studio New Line et ses films d’horreur, et un autre, un peu loufoque mais tout même intéressant, sur les rêves. Les options interactives (piste Trivia et mode de visionnage avec modules vidéo) complètent une interactivité remarquable.
Note bonus : 5/6
Image
Magnifique restauration que celle-ci : Les griffes de la nuit n’a jamais été aussi beau sur un écran de télé, avec des couleurs stables et pimpantes à souhait, mais aussi des contrastes permettant une profondeur des noirs vertigineuse. La définition n’est pas en reste, avec des contours ciselés. Quant au grain cinéma, il n’a pas été atténué par un quelconque traitement numérique. Sur certains plans, on pourra toutefois regretter une légère baisse de précision et de qualité des contrastes, mais c’est heureusement assez rare.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
La VO DTS-HD Master Audio 7.1 appuie l’environnement sonore travaillé du film en multipliant les ambiances et les détails acoustiques sur les enceintes arrière. La dynamique globale est excellente, avec des basses appuyées, mais les dialogues ont parfois tendance à être un peu étouffés. À noter, une poste‑synchronisation moyenne. Quant à la VF DTS-HD Master Audio 5.1, elle semble un peu plus puissante, mais en revanche légèrement moins subtile dans ses effets.
Top son : aucun
Note son : 4/6


Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tara Reid - Sharknado 2
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
tara-reid
ken-follett
kevin-bacon
damian-lewis
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011