Heroes saison 4

Année : 2009
Créateur : Tim Kring
Interprètes : Milo Ventimiglia, Zachary Quinto, Adrian Pasdar, Masi Oka, Hayden Panettiere, Madeline Zima, Robert Knepper
Éditeur : Universal
BD : 4 BD-50, 426', toutes zones
Genre : super-héros, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 21/09/10
Prix ind. : 49,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (VC-1)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Espagnol DTS 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, néerlandais
Amazon
19,70 €
Suite et fin (on y reviendra) d'une des séries TV fantastiques qui restera sans doute dans les mémoires pour avoir réussi la synthèse de tout ce qui a été fait auparavant dans le domaine, tout en parvenant à s'évader régulièrement du concept de départ de « super-héros », en ajoutant des ingrédients savamment empruntés au thriller, au polar, au film pour ados, au survival, etc.

Alors que les séries de super‑héros se concentrent habituellement sur un « pouvoir » ou une « habilité » particulière (voir le passé dans Médium, être en empathie avec les objets ou les êtres que l'on touche dans Dead Zone, deviner ce que les autres ne voient pas dans The Mentalist, décupler sa force dans L'homme qui valait trois milliards ou Superwoman, se fondre dans le décor dans L'homme invisible…), Tim Kring, le créateur de Heroes en 2006, opte pour une idée nouvelle : la multiplication des super‑pouvoirs au sein d'un même show, et à l'intérieur duquel les héros peuvent s'échanger leurs dons, contrôler ceux des autres ou carrément les inhiber (l'Haïtien bloque tous les pouvoirs du simple fait de sa présence, mais peut aussi effacer les mémoires).

Dans ce monde où être « normal » implique le fait de maîtriser un ou plusieurs pouvoirs, se crée automatiquement une sorte de gradation des dons : en bas de l'échelle, celui qui ne maîtrise pas son pouvoir ou vit mal son « aptitude », en haut, celui qui peut le voler aux autres et amplifier toujours plus sa puissance (Sylar, génial Zachary Quinto). Une sorte de théorie des vases communicants appliquée à un univers ésotérique et surnaturel qui fait toute la force du programme. On prend d'ailleurs un malin plaisir à découvrir les capacités des héros et les effets spéciaux qui leur sont associés tout au long des quatre saisons de Heroes (ce qui explique aussi les coûts de production exorbitifs) : de la femme de glace (Ali Larter, alias Tracy Strauss) au phénix qui renaît de ses cendres (Hayden Panettiere dans la peau de l'indestructible Claire Bennet), en passant par le don de maîtriser le sol et la terre (le nouveau venu Robert Knepper, fraîchement débarqué de Prison Break), de dessiner l'avenir à coups de tatouages, de se déplacer à la vitesse de la lumière, de maîtriser l'espace‑temps… Et on en passe des dizaines et des dizaines.

Il existe tout de même un point commun à toutes ces séries : la lutte du Bien et du Mal, thème fondateur de toute la culture de super‑héros en général et des comic‑books en particulier (ici, Hiro trouve son chemin en suivant notamment les cases de ses BD préférées). Mais au‑delà du parcours initiatique (s'émanciper de son père pour Hiro ou Claire, de sa mère et son frère pour Peter, d'un leader de pacotille pour les forains), le message est aussi simple que clair : en chacun de nous, il y a un super‑héros qui sommeille, prêt à bondir pour défendre ceux que nous aimons (le père de Claire, même sans pouvoir, parvient à tenir tête aux êtres les plus puissants et maléfiques qui soient). C'est sans doute en cela que Heroes peut être qualifiée de série d'inspiration profondément asiatique, puisque dans cette partie du monde, la maîtrise des « sens » et des choses de « l'invisible » est une évidence, et même enseignée dès le plus jeune âge (voir les personnages de Hiro et Ando, leurs rapports à leurs parents et ancêtres).

Autre tour de force de la série, les incursions dans différents univers et genres cinématographiques, allant du thriller au paranormal en passant par la comédie, le survival, le gore ou le suspense. Un mélange des styles qui caractérise à tous les niveaux cette série, qui n'hésite d'ailleurs pas à dicter aux personnages ses références souterraines. En plein délire et malade (les vrais héros ont toujours un point faible : Daredevil est aveugle, Superman vulnérable à la kryptonite…), Hiro cite pêle‑mêle Battelstar, Sherlock Holmes, La planète des singes

Pour toutes ces raisons, ses inventions visuelles comme autant de tours de force, ses comédiens tous excellents et ses histoires plus que jamais liées les unes aux autres à décrypter en permanence et dans tous les sens, Heroes marquera les esprits. Et même si, après une saison 3 aussi épique que remuante, cette quatrième saison semble beaucoup plus calme et se termine de manière peu commune (juste avant le dernier épisode, Tim Kring amorce ce que vous aviez sans doute déjà deviné concernant l'arrêt et le final de la série…), elle a le mérite de donner libre cours à notre imagination et de nous laisser espérer qu'il nous soit proposé un jour prochain, sous une forme ou une autre, un véritable épilogue. Vous n'en saurez pas plus à la fin de cette saison 4 (pourquoi le symbole de l'éclipse par exemple ?), mais une chose est sûre, vous aurez vécu une nouvelle saison aux côtés de vos héros préférés (et les autres). Et ce n'est déjà pas si mal.
Carina Ramon - Publié le 04/10/10
Interview James Kyson Lee
James Kyson Lee aura été le meilleur ami de Hiro au fil de ces quatre saisons. Le comédien est à l’image d’Ando, son personnage, à la fois drôle et touchant. Visiblement ému par l’arrêt de la série, il nous livre ses ultimes impressions. Lire la suite
Liste des bonus
- Scènes coupées en HD au fil des quatre disques (45')
- Table ronde en HD sur le plateau de tournage avec Tim Kring le créateur de la série, le producteur et Sylar, alias le fantastique Zachary Quinto (20')
- Coulisses en HD de la fête foraine : décors, dessins, interviews… (10')
- Sujet en HD sur le marketing lié à la série et l'utilisation des médias (11')
- Interview en HD de Milo Ventimiglia, Peter Petrelli dans la série (5')
- Galerie de dessins en HD autour de la fête foraine (3')
- Analyse de sept scènes de la série en HD : coulisses, cascades… (45')
- Intervention avant le dernier épisode de Tim Kring au sujet de la fin de la série (4')


Commentaire
Il y a tout ce qu'il faut pour poursuivre un peu l'aventure et tenter de glaner quelques informations sur ses personnages préférés ou la suite de leurs péripéties. Passez sur les scènes coupées, pour vous concentrer sur la table ronde, assez originale et instructive. Les autres sujets ne déméritent pas, même si nous aurions aimé assister d'un peu plus près au tournage via des scènes live sur le plateau. Quant à la courte intervention de Tim Kring juste avant le dernier épisode, on vous laisse deviner sa teneur… Vous le découvriez de toute façon bien assez vite.
Note bonus : 4/6
Image
Une qualité d'image égale à celle des autres saisons. Toujours aussi lustrée, brillante, oscillant entre la noirceur la plus totale, les effets de style (la fête foraine notamment) et le grain cinéma, Heroes saison 4 nous en met encore plein la vue. Les réalisateurs ne lésinent pas sur les plans montrant Claire Bennet (Hayden Panettiere) ou Tracy Strauss (Ali Larter) en tenues sexy. Et si quelques effets spéciaux laissent entrevoir leurs ficelles, la plupart du temps, ils sont magnifiquement mis en scène et intégrés au show, aussi bien visuellement que d'un point de vue narratif. Une série qui oscille entre plusieurs genres, donc dotée de moyens considérables. Et ça se voit.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Difficile d'imaginer d'autres comédiens dans la peau de ces personnages hors du commun. Rien que Sylar mérite à lui tout seul le visionnage en VO pour apprécier au mieux son interprétation énigmatique, entre séduction et répulsion. Ça tombe bien, cette piste DTS‑HD Master Audio 5.1 est aussi la plus prompte à nous immerger dans la série à grands renforts d'effets arrière, de vrombissements et autres trouvailles sonores illustrant les « pouvoirs » de nos héros. Cette saison est peut‑être moins « virulente » que la précédente, mais le design sonore tout aussi travaillé.
Top son : aucun
Note son : 5/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
05/08/20 Trauma Center
05/08/20 Radioactive
19/08/20 Invisible Man
19/08/20 Dark Waters
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Michael C. Hall - de serial killer à papa prêt à tout
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
michael-c-hall
martin-scorsese
melissa-bernstein
christian-rouaud
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011