Divers

RX-V485 + MusicCast 20 + MusicCast Sub 100

Par Gwendal Lars - Publié le 28/01/19
Mustav
Prix indicatif : 1 307 € TTC
Note AVCesar.com
Type : pack amplificateur Yamaha RXV485 + enceintes Yamaha MusiCast 20 + caisson de basses Yamaha MusicCast Sub 100
Amplificateur RX-V485 : 5.1
Amplificateur RX-V485 : 80 W sous 6 Ohm (deux canaux actifs), 145 W par canal sous 6 Ohms (un seul canal actif)
Amplificateur RX-V485 : convertisseurs 24 bits/192 kHz Burr‑Brown sur chaque canal
Amplificateur RX-V485 : 4 entrées HDMI HDCP 2.2, 3 stéréo RCA, 1 mini‑Jack 3,5 mm en façade, 3 Composite, 1 optique, 2 coaxiales, 1 port USB (en façade), 1 port Ethernet RJ‑45
Amplificateur RX-V485 : 1 sortie HDMI HDCP 2.2 (ARC), 1 Composite (Moniteur), 1 Subwoofer, 5 paires de borniers, 1 sortie casque en façade
Amplificateur RX-V485 : Wi-Fi et Bluetooth
Amplificateur RX-V485 : Dolby TrueHD, Dolby Digital Plus, DTS‑HD Master Audio
Amplificateur RX-V485 : flux vidéos géré jusqu’en 2 160p (Pass‑Through et Upscalling)
Amplificateur RX-V485 : consommation moyenne de 300 W (590 W max)
Amplificateur RX-V485 : consommation en veille de 0,1 W
Amplificateur RX-V485 : 435 x 161 x 327 mm
Amplificateur RX-V485 : 8,1 kg
Enceintes MusicCast 20 : puissance de 40 W (25 W boomer + 15 W tweeter)
Enceintes MusicCast 20 : port Ethernet RJ‑45
Enceintes MusicCast 20 : Wi-Fi 2,4/5 GHz, Bluetooth 4.2
Enceintes MusicCast 20 : MP3, WMA, AAC jusqu’à 48 kHz/16 bits, Alac jusqu’à 96 kHz/24 bits, Flac, Wav, AIFF jusqu’à 192 kHz/24 bits
Enceintes MusicCast 20 : consommation en veille de 1,9 W
Enceintes MusicCast 20 : 150 x 186 x 130 mm
Enceintes MusicCast 20 : 2,2 kg
Sub MusicCast Sub 100 : 130 W
Sub MusicCast Sub 100 : boomer à forte élongation, diamètre 200 mm
Sub MusicCast Sub 100 : 1 entrée mini-Jack 3,50 mm, 10 port Ethernet RJ‑45
Sub MusicCast Sub 100 : Wi-Fi 2,4/5 GHz
Sub MusicCast Sub 100 : 252 x 373 x 418 mm
Sub MusicCast Sub 100 : 12,5 kg
L’essentiel

Si les barres de son connaissent un réel succès, les installations plus conventionnelles basées sur des éléments séparés ont toujours leurs adeptes. Il est vrai que rien ne vaut des enceintes bien réelles pour bénéficier d’une bonne sensation d’immersion sonore. Cependant de tels équipements se heurtent souvent à un problème de taille : leur câblage. En effet, il reste indispensable de raccorder les satellites de diffusion des canaux d’ambiance à l’amplificateur Home Cinéma. Si certains utilisateurs ont prévu de noyer des câbles dans les murs lors de travaux de rénovation, par exemple, c’est loin d’être la majorité des cas.

 

 

Fonctionnalité MusicCast étendues aux amplificateurs audio‑vidéo 

Pour résoudre ce problème, Yamaha est le premier constructeur à avoir pensé à utiliser la fonctionnalité de diffusion multiroom que propose son système MusicCast pour associer à ses amplificateurs audio‑vidéo des enceintes sans‑fil de diffusion des canaux d’ambiance. De même, cette solution est applicable au caisson de graves qui associe alors sa liaison MusicCast au canal LFE de la bande‑son 5.1. Forcément, on a voulu tester ! En gardant à l’esprit que notre priorité ici est de jauger la mise en œuvre et de la cohérence d’une telle installation plus que d’apprécier à tous crins les performances de l’amplificateur d’un côté et des enceintes/caisson multiroom de l’autre. Nous connaissons en effet déjà assez ces produits pour vous assurer de leurs performances audio, largement satisfaisantes dans l’optique de séances Home Cinéma, ou d’écoute stéréo pour l’ampli et nos frontales, d’écoutes de proximité pour les MusicCast 20. Car, on vous le précise à la fin de ce banc d’essai, un tel système offre en plus une modularité nouvelle et bienvenue avec la possibilité d’assigner les enceintes surround à d’autres tâches une fois le visionnage d’un film terminé.

 

 

Pack Yamaha RX-V485 + MusicCast 20+ MusicCast Sub 100 

Nous avons donc configuré notre installation autour d’un amplificateur audio‑vidéo Yamaha RX‑V485 (cf. photo ci‑dessus), déjà équipé d’une enceinte voie centrale et deux enceintes stéréo avant (installation 3.0 pour résumer), associé à deux petites enceintes Yamaha MusicCast 20 (cf. photo ci‑dessous) en tant que satellites de sons d’ambiance et un caisson de grave Yamaha MusicCast Sub 100. Ainsi, hormis les canaux frontaux, la liaison Wi‑Fi du système MusicCast offre une totale liberté de disposition tant du caisson que des enceintes satellites.

 

 

Précisons que le RX‑V485 est un modèle abordable doté d’une puissance très largement suffisante pour sonoriser les salons de petite et moyenne superficie, soit l’immense majorité des salons français. D’autant plus que, comme les petites MusicCast 20 sont des enceintes amplifiées, le RX‑V485 se trouve déchargé de la gestion de leur puissance. Un point qui occasionne ainsi un gain de disponibilité d’énergie au niveau de son alimentation pour permettre aux étages de puissances dédiés aux canaux avant de s’exprimer pleinement.

 

Canaux MusiCast surround et/ou caisson de basses

Précisons à ce sujet que Yamaha n’a pas prévu la réaffectation des étages de puissance inutilisés à la suite du passage aux satellites sans‑fil. Il aurait été intéressant de pouvoir les utiliser en bi‑amplification, par exemple, voir de les « bridger » pour bénéficier d’une puissance encore supérieure sur les voies stéréo. Après avoir questionné Yamaha, il semblerait que de telles options soient envisagées pour ses générations à venir d’amplificateurs audio‑vidéo. À savoir aussi, seuls les canaux 4 et 5, soit ceux dévolus aux enceintes surrounds, en plus du « canal Sub », sont compatibles MusicCast. Impossible par exemple, en l'état actuel du Firmware des amplificateurs audio‑vidéo Yamaha d'assigner des enceintes MusicCast aux canaux central ou frontaux.

 

Avec leur puissance de 20 W, les petites MusicCast 20 sont bien adaptées à la fonction de satellites. Rappelons qu’en 5.1, la puissance nécessaire aux satellites est toujours très inférieure à celle que requièrent les voies principales avant. Il s’agit le plus souvent de bruits d’ambiance. De plus, ces canaux ne comportent jamais de grave profond. Une puissance modeste est donc largement suffisante pour les restituer. Typiquement, comme dans le cas présent, 20 W par canal d’ambiance pour 80 W sur les canaux stéréo n’a rien d’aberrant.

 

Enfin, pour nous libérer totalement des fils, nous avons opté pour un caisson de graves MusicCast Sub 100 (cf. photo ci‑dessous). Lui aussi trouve parfaitement sa place dans cet écosystème sans‑fil avec lequel il s’intègre sans le moindre souci. À noter, cette fois‑ci, que le caisson soit avec ou sans‑fil ne change rien en ce qui concerne le comportement du RX‑V485.

En effet, comme presque tous les caissons, le Sub 100 est actif et ne requièrt aucune fourniture de puissance de la part de l’amplificateur. Ainsi, connecté via son entrée analogique mini‑Jack 3,5 mm, son port Ethernet ou par l’intermédiaire du réseau Wi‑Fi, ce dernier n’influe en rien sur la restitution proposée par l’amplificateur audio‑vidéo. Sinon, le Sub 100 est de conception assez traditionnelle. Basé sur un boomer de 200 mm alimenté par un amplificateur numérique Class D de 140 W, sa spécificité réside essentiellement dans sa connectivité Wi‑Fi qui lui permet de s’intégrer à l’environnement MusicCast.

 

Concurrence

Si une multitude de marques se sont précipitées dans le secteur multiroom, Yamaha reste à ce jour le seul constructeur qui propose sur ses amplificateurs audio‑vidéo de pouvoir délaisser les circuits de puissance des canaux d’ambiance internes à ces derniers pour les remplacer par une liaison vers des enceintes multiroom. Une pratique qui est pourtant courante sur les barres de son. Le seul regret que nous exprimerons à propos de cet univers concerne son absence de standardisation. Chaque constructeur dispose de son propre protocole d’interconnexion au niveau des enceintes, ce qui rend impossible l’association de différentes marques au sein d’une même installation. En revanche, en restant chez Yamaha, cette possibilité offre une ergonomie inédite et extrêmement appréciable.

 

Verdict technique

Comme toute installation sans‑fil, la mise en service de ce système implique sa configuration. Ici tout se passe par l’intermédiaire de l’application Yamaha MusicCast Controler. Comme de tradition, cette application est téléchargeable gratuitement sur le Google Play Store, pour piloter la configuration depuis un équipement Android, ou depuis l’App Store pour les appareils d’origine Apple. Une fois les différents équipements sous tension, ils apparaissent dans la liste des équipements MusicCast disponibles (cf. ci‑dessous).

 

Configuration de l'installation via l’application Yamaha MusicCast Controler

En premier lieu il faut configurer leurs accès au réseau Wi‑Fi de l’installation domestique afin qu’ils puissent pleinement exploiter les possibilités dues l’architecture MusicCast. Tout se passe de manière habituelle par l’intermédiaire de la fonction Ajouter un appareil.

 

 

Lors de cette phase, il est important de donner un nom différent aux deux petites enceintes MusicCast 20 afin de pouvoir les distinguer dans la suite de la configuration afin de leur associer correctement les canaux Surround droit et Surround gauche. Dans le menu de configuration des enceintes, les MusicCast 20 apparaissent au niveau des enceintes Surround. L’application demande alors de préciser quelle enceinte doit être associée à chaque canal.

 

 

 

Enfin, le raccordement du caisson se fait de manière similaire en le sélectionnant dans le menu de configuration des enceintes. L’ergonomie de l’application est bonne et l’utilisateur est guidé pas à pas à chaque étape pour lui simplifier cette phase, souvent assez rebutante, de configuration d’un système basé sur le réseau Wi‑Fi. 

 

Calibrage du système Home Cinéma MusicCast

Néanmoins, il ne s’agit là que de la configuration du système d’interconnexion sans‑fil. Reste à calibrer la restitution Home Cinéma en fonction de la disposition des enceintes et de la configuration de la pièce d’écoute. Pour cela, tout se passe par l’intermédiaire du RX‑V485 qui, de fait, devient la clé de voûte du système. Comme tous des amplificateurs audio‑vidéo récents de Yamaha, le RX‑V485 est équipé du système de calibration YPAO propre à la marque. Il s’active automatiquement dès que le micro fourni est connecté à la prise mini‑Jack 3,5 mm en façade du RX‑V485. Il suffit de sélectionner Démarrer le calibrage au niveau de son OSD pour que la séquence d’étalonnage débute. Elle dure une trentaine de secondes durant lesquelles divers bursts et bruits roses sont appliqués aux différentes enceintes. Pour que cette opération soit efficace, il est important de bien placer le micro au point d’écoute retenu, dossier d’un canapé pour être au plus proche des oreilles du spectateur, par exemple, et de ne pas faire de bruit pour éviter de fausser les mesures.

 

 

Ces diverses opérations menées à leur terme, le système est prêt à l’usage. Il nous a séduits par sa polyvalence. Comme attendu, en écoute stéréophonique conventionnelle, le RX‑V485 se comporte plutôt correctement et sa dynamique, entre autres, est très convaincante. On retrouve également la signature sonore propre à la marque. Le grave est franc et rapide tandis que l’aigu est bien détaillé sans tomber pour autant dans l’agressif. En somme, cette installation se substituera sans souci à un système stéréo plus conventionnel.

 

 

Installation modulaire

Côté Home Cinéma, les petites MusicCast 20 jouent parfaitement leur rôle de satellites et leur puissance est largement suffisante pour qu'elles assurent pleinement la restitution des sons d’ambiance. À noter que, ici encore, cette configuration offre une grande polyvalence. En effet, lorsqu’elles ne sont pas dédiées à la restitution des sons d’ambiance, les MusicCast 20 peuvent tout à fait redevenir des enceintes multiroom traditionnelles. Leur « modification de statut » se fait en quelques clics depuis l’application. Ainsi, elles feront aussi office d’enceintes d’appoint pour diffuser de la musique dans une chambre, une cuisine ou toute autre pièce. Enfin, le Sub 100 offre aux effets spéciaux beaucoup d’ampleur. Précisons qu’il garantit également à l’écoute une belle assise si, par exemple, des enceintes de taille modeste sont attribuées aux voies stéréo.

 

 

Conclusion

En conclusion, même si le budget que nous avons consacré à cette configuration peut paraître déjà conséquent (n’oublions pas que nous n’avons pas prix en compte l'achat des enceintes stéréo et de la voie centrale), sa grande polyvalence justifie cet investissement. Il faudra simplement garder une tablette équipée de l’application MusicCast Controler à portée de main pour pouvoir bénéficier pleinement de sa souplesse d’utilisation. Performante, facile à installer et pratique à utiliser, la solution Yamaha démontre ici sa cohérence et son ergonomie. Avec, en sus, une propension forte à convaincre les plus réfractaires aux installations multicanales, madame en tête, pour cause de câbles présents partout dans la pièce. Ce n'est pas le moindre de ses arguments…

+ Les points forts
»  
Excellent comportement des MusicCast 20 en tant que satellites
»  
Fonction lecteur réseau et accès services on line
»  
Calibration automatique YPAO
»  
Pas de liaison filaire
»  
Possibilité d’utiliser les MusicCast 20 en enceintes multiroom
»  
Bonne ergonomie lors de la configuration
»  
Compatibilité avec les flux Hi‑Res Audio
»  
Calibration automatique YPAO
»  
Compatible DLNA et AirPlay
»  
Upscaling vidéo 4K
»  
Optimisation de la qualité vidéo
- Les points faibles
»  
Pas de possibilité d'assigner les étages de puissance non exploités
»  
Pas d’entrée Phono
BONNES AFFAIRES
- 69 %
79 €
24.1 €
Voir l'offre
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES