Divers

Netgear Orbi RBK20

Par Gwendal Lars - Publié le 18/03/19
Mustav
Prix indicatif : 249 € TTC
Note AVCesar.com
Type : pack routeur + hotspot Wi‑Fi ultra haut débit (base + 1 satellite)
Connexion sans-fil : Wi‑Fi 802.11 n/ac, Wi‑Fi 802.11b, Wi‑Fi 802.11g
Liaisons Dual Band : 2,4 GHz et 5 GHz
Débit (théorique) de transmissions : 2,2 Gbit/s (866 + 833 + 400 Mbits/s)
Standards Ethernet : 10/100/1 000 mb/s
Ports Ethernet : 2 sur base, 2 sur satellite
Modulation : Wi‑Fi OFDM (IEEE 802.11 ac)
Sécurisation : WPA/WPA2
Connecteurs internet : 1 x RJ‑45 Gbit (base)
Mémoire : 256 Mo flash+ 512 Mo Ram (dans base et dans satellite)
Dimensions modules : 142 x 179 x 61 mm
Poids : 470 g
219,95 €
Amazon.fr
L’essentiel

Netgear a présenté, il y a déjà plus d’un an, son système Orbi. Dans sa version d’origine, baptisée RBK50‑100PES que nous avions testé à l’époque (cliquez sur la référence du produit pour découvrir son test complet par la rédaction d’AVCesar.com), nous étions en présence d’une solution certes très performante mais coûteuse et surdimensionnée pour un usage domestique.

 

Orbi mini échelle ½

Netgear a donc eu l’excellente idée de décliner son routeur Wi‑Fi en une version mieux adaptée aux besoins d’une utilisation familiale : le pack Orbi RBK20. En fait, cette nouvelle mouture semble être une version à l’échelle ½ de sa grande sœur. Déjà les bornes, station de base et satellite, reprennent exactement le même design quasiment à l’échelle ½ et surtout, le prix de ce pack est lui aussi plus que divisé par deux : moins de 250 €, voire moins de 200 € chez certains distributeurs comme Boulanger, pour le RBK20 contre quasiment 450 € pour le RBK50.

 

Les concessions liées au prix

Certes, pour parvenir à une telle baisse de prix, Netgear a aussi dû faire quelques concessions. Leurs répercutions sont immédiatement visibles sur la connectique des RBK20. Une première disparition concerne le port USB qui équipait la base du RBK50. Elle était dédiée au raccordement d’une imprimante USB, pour la transformer en imprimante réseau, ou à la connexion d’un HDD pour l’utiliser en tant que disque dur Nas. Une disparition qui reste assez peu pénalisante puisque la plupart des imprimantes de dernière génération disposent d’une connexion Wi‑Fi. Pour un disque Nas, outre le Wi‑Fi, une connexion en Ethernet reste toujours possible. 

 

Prises RJ-45 moitié moins nombreuses

Autre constat : le nombre de prise RJ‑45, et donc de ports Ethernet, est lui aussi divisé par deux. Base comme satellite ne comportent que deux ports Ethernet, dont un gigabit, sur le système RBK20 contre quatre sur le RBK50 (cf. photo ci‑dessous). Un point qui pourra poser un petit problème si, par exemple, le satellite est dédié au raccordement d’un ensemble Home Cinéma. Si le téléviseur occupe l’un des ports, ce qui est de plus en plus courant pour accéder à Netflix dans de bonnes conditions par exemple, il faudra faire un choix entre le lecteur Blu‑Ray et l’amplificateur audio‑vidéo pour leur raccordement au réseau. Ici encore, tous ces équipements bénéficiant maintenant du Wi‑Fi, il sera possible de se rabattre sur cette connexion.

 

 

Moins visible, la réduction de taille des coffrets du système RBK20 a impliqué une réduction du nombre d’antennes internes. Il passe de six à quatre, ce qui peut occasionner une moins bonne uniformité de la couverture Wi‑Fi, notamment aux distances intermédiaires, sans que cela soit cependant très pénalisant en termes de débit. Enfin, il est probable que la réduction de prix drastique appliqué par Netgear au système RBK20 a un impact sur ses composants. La mémoire flash interne, entre autres, dispose également d’une capacité moins généreuse : 256 Mo sur les RBK20 contre 4 Go les RBK50. Il est probable que le processeur qui anime les RBK20, un Quad Core cadencé à 710 MHz, soit lui aussi légèrement moins véloce que celui des RBK50. Netgear annonce d’ailleurs un débit maximum théorique de 2,2 Gb/s sur les RBK20 alors qu’il était de 3 Gb/s sur les RBK50.

 

Ergonomie identique au pack RBK50

Reste que, si ces écarts sont bien présents sur le papier, leur impact sur les débits et le confort d’utilisation n’est pas vraiment perceptible en usage domestique. Sauf à être placé à la frontière de la zone de couverture des deux modules où l'on constate une baisse de débit (la faute à un nombre moindre d'antennes), cas particulier, il faut réellement multiplier les accès et les demandes de débit élevé pour que la différence commence tout juste à se faire sentir. Ne perdons pas de vue que les bornes RBK50 sont conçues pour pouvoir gérer jusqu’à 250 clients simultanément. Il n’est guère probable qu’une telle demande se présente en usage domestique, ce qui justifie une réduction de capacité de gestion des RBK20… du moins à l’heure actuelle.

 

Concurrence

La solution que propose Google, le Google Wi‑Fi, pour réaliser chez soi un réseau Wi‑Fi maillé. Le premier point d’accès est proposé à 139 euros. Il est possible d’acquérir directement un pack contenant deux (249 €) ou trois points d’accès (359 €) et même d’en ajouter pour étendre la couverture du réseau Wi‑Fi. 

 

TP‑Link Deco M5 propose également une solution évolutive. Des packs comprenant un à trois hotspots sont proposés pour un prix variant de 99 € à 250 euros. 

 

Un peu moins complet, mais aussi beaucoup moins cher, Devolo propose son système GigaGate. Le « starter kit » regroupant une base et un satellite est proposé à 229 euros. Ici aussi il est possible d’accroître la zone couverte par le réseau par adjonction de satellites. Vendus individuellement, ils sont proposés à 139  pièce.

 

Linksys Velop est disponible en trois packs, d’une à trois bornes, pour s’adapter au mieux aux exigences de couverture. Une application associée propose de fixer des priorités de débit entre les différents appareils pour répondre au mieux à leurs besoins spécifiques. Il est, par exemple, possible d’attribuer plus de débit à un équipement exploitant des flux vidéo qu’à un autre dédié à l’audio. Prix indicatif : de 249 € pour une borne, à 549 € pour trois bornes.

Verdict technique

La mise en service et l’utilisation des Orbi RBK20 comme leur exploitation sont similaires à celles des RBK50. Les interfaces et pages de configuration sont également identiques. Le pack RBK20 que nous avons testé, regroupant une base et un satellite, constitue une configuration très performante pour couvrir sans le moindre souci une zone de plus de 250 mètres carrés, même si elle comporte des cloisons voire différents niveaux. Mettre en œuvre ce réseau est simple et Netgear guide ses utilisateurs pas à pas durant sa configuration.

 

 

Entrez dans le cercle…

En fait, lors de la première mise en service, le dialogue avec l’utilisateur se fait par deux intermédiaires. En premier lieu, la partie supérieure des bornes RBK20 est équipée d’un cerclage de LED dont la couleur et le clignotement précisent l’état de chaque boîtier : clignotement blanc, blanc fixe puis bleu, orange ou magenta. Le clignotement blanc indique que les boîitiers sont en phase de démarrage, le blanc fixe indique qu’ils sont en cours de jumelage et, enfin, les trois couleurs précisent la qualité de la transmission.

 

 

Le bleu indique que la liaison est parfaitement établie et que le niveau de réception est bon (cf. photo ci‑dessus). L’orange signale un niveau de réception un peu faible. Enfin le magenta signifie que le couplage entre la base et le satellite a échoué (cf. photo ci‑dessous).

 

 

Le plus souvent il s’agit simplement d’un problème de portée. Dans ce cas la solution consiste à réduire la distance entre les deux boîtiers. Une fois la configuration réalisée les LED s’éteignent, pour plus de discrétion, et ne se rallument qu’en cas de problème. À savoir, le pack contient une base et un satellite pré‑jumelés. En cas de souci, un poussoir, sur la base et sur le satellite, permet aussi de renouveler le jumelage comme on le fait en WPS.

 

Configuration via ordinateur ou tablette

La configuration du réseau Wi‑Fi se poursuit par une première connexion depuis un ordinateur ou une tablette. Pour l’établir, la base du système Orbi est livrée accompagnée d’un nom et d’un mot de passe constructeur. Après avoir sélectionné la base RBK20 comme point d’accès Wi‑Fi, la saisie du mot de passe établit la connexion. Cependant, ce premier raccordement ne donne pas directement accès à internet. Le système aiguille alors l’utilisateur vers une page de contrôle et configuration.

 

 

 

En version de base, elle demande de valider l’interconnexion avec le, ou les satellites (cf. photos ci‑dessus), propose de changer les mots de passe puis précise un état global de l’installation : qualité de la connexion avec internet, mot de passe et nom du système (cf. photo ci‑dessus), appareils connectés, etc.

 

 

Options avancées

D’autres options, comme mise en place d’un contrôle parental ou création d’un réseau invité sont également proposées. Un mode « Avancé » propose aussi de rentrer de manière beaucoup plus approfondie dans le paramétrage du réseau. Enfin, une fois paramétrés, la base et le satellite répondent au même nom et au même mot de passe. Ainsi, lors de ses déplacements au sein de l’habitation, l’utilisateur passe sans s’en rendre compte de l’un à l’autre de ces hotspots sans qu’il s’en aperçoive.

 

 

Performances plus que suffisantes sur le terrain

Le débit, tant en Wi‑Fi que sur les ports Ethernet, est bien présent et plus que suffisant pour répondre aux exigences des meilleures expériences multimédia. Il séduira également les gamers par la réactivité qu’il confère aux jeux d’action. Dans tous les cas le débit disponible sera supérieur à celui que propose le fournisseur d’accès internet. C’est en effet lors de l’échange de fichiers entre deux ordinateurs, ou avec un disque Nas, qu’il pourra s’exprimer pleinement. Rappelons que Netgear pour son système RBK20 annonce un débit théorique atteignant les 2,2 gigabits par seconde, soit 20 fois le débit d’un accès internet haut débit à 100 Mbits par seconde. Même les utilisateurs « fibrés » auront donc bien du mal à atteindre les limites de débit du système RBK20.

 

Conclusion

Un dispositif qui, pour un usage domestique, ne risque pas d’arriver à saturation même pour les fanatiques de flux vidéo Ultra HD. On a testé avec les plus lourds de nos fichiers UHD/4K et même avec nos rares fichiers UHD/8K, aucun souci à l'horizon. Le seul petit reproche que l’on pourra faire aux RBK20 est leur petit nombre de ports Ethernet. Visiblement ce système mise tout sur le Wi‑Fi haut débit.

+ Les points forts
»  
Configuration ultrasimple
»  
Débit élevé quel que soit le type de connexion
»  
Portée du Wi‑Fi
»  
Application de configuration et de contrôle claire et intuitive
»  
Boîtiers élégants à l’encombrement réduit
- Les points faibles
»  
Boîtier d’alimentation externe
»  
Nombre de ports Ethernet un peu limité
BONNES AFFAIRES
- 18 %
214 €
174.43 €
Voir l'offre
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES